Diable pour barils (deux roues)

Description

Diable pour barils (deux roues)
Illustration : Marc Lalumière

Le diable pour baril est conçu spécifiquement pour le transport d’un baril à la fois, de tous formats et d’une contenance maximale de 200 litres (45 gallons). Il peut être muni de deux (2) ou de quatre (4) roues.

Le baril est déposé sur deux petites fourches, et un crochet agrippe le haut du baril pour le fixer au dosseret du diable. Un tendeur, une courroie ou tout autre moyen de retenue peut être ajouté pour attacher solidement le baril.

Généralement fabriqué en acier soudé, en acier inoxydable, en aluminium ou en nylon, il est offert avec des roues en caoutchouc ou en matière plastique (polyoléfine ou autre). Certains modèles sont munis d’un système pour le confinement des déversements.

Le diable pour baril se conduit bien sur des surfaces uniformes et fermes. Il est facile à manœuvrer, peu encombrant et demande peu d’entretien. Il doit être adapté au matériel à manutentionner, car l’utilisation d’un appareil de manutention mal adapté peut occasionner des risques ou nécessiter une force importante pour l’utilisateur.

Critères de sélection

Voici quelques critères à considérer dans le choix d’un diable pour baril :

  • Vérifier le poids et les dimensions des barils à transporter afin de déterminer la capacité et la dimension de diable les plus appropriés.
  • Privilégier un appareil robuste et léger. Le poids du diable contribue au poids total manutentionné. L’effort requis pour diriger le diable ne doit pas être excessif. Privilégier si possible un diable en matériau léger comme le nylon, l’aluminium ou le magnésium.
  • Tenir compte de l’état du sol, car il affecte la performance du diable. Un sol inégal, des dénivellations ou des allées étroites entraîneront une charge supplémentaire.
  • Opter pour un modèle à deux roues dans les petits espaces, car il se prête bien aux espaces restreints.
  • Lorsque les charges sont lourdes, le choix d’un diable pour baril à quatre roues peut s’avérer un choix plus sécuritaire, car la présence des roulettes arrière permet de supporter la charge lors d’un arrêt pendant le déplacement.
  • Vérifier dans l’environnement de travail s’il y a des conditions particulières d’humidité élevée ou des exigences de salubrité afin de déterminer le matériau le plus approprié aux conditions d’utilisation. Certains modèles sont offerts en acier inoxydable, ce qui permet une meilleure protection contre la corrosion.
  • Choisir des roues ayant le plus grand diamètre possible. L'emploi de plus grosses roues de même que de roues ou de pneus bien gonflés réduit généralement la force que le travailleur applique au cours de ses manœuvres. Si le sol est inégal ou trop souple, l’augmentation du diamètre des roues facilitera les déplacements.
  • Choisir des poignées conçues pour faciliter la prise et les manœuvres.
  • Opter pour un diable dont les fixations sont solides pour y attacher le baril à l’aide de sangles, d’une courroie, de tendeurs ou d’un autre moyen de retenue. Certains modèles sont déjà munis d’une barre de sécurité pour l’attache du baril.
  • Opter si possible pour un système de freinage efficace si le diable doit être déplacé sur une surface inclinée telle qu’une rampe d’accès.

Conseils pour une utilisation sécuritaire

Un bon aménagement du lieu de travail et les quelques astuces suivantes peuvent aider à réduire les risques de blessure due aux efforts excessifs :

  • Vérifier la pression des pneus et le fonctionnement des roues afin qu’ils soient en bon état. L’utilisation du diable est facilitée en conservant une pression optimale dans les pneus. De plus, des roues lâches ou entravées par une accumulation de poussière augmentent l’effort requis.
  • Éliminer les dénivellations, réparer les fissures du plancher et ajuster l’ascenseur pour qu’il s’arrête parfaitement au niveau de l’étage.
  • Adapter l’inclinaison de la rampe d’accès au poids et à la nature des charges, si le diable doit être déplacé dans une telle rampe. L’inclinaison ne devrait pas excéder 5 %. Il faut également s'assurer que le chariot et sa charge demeurent toujours sous le plein contrôle du conducteur (RSST, art. 243).
  • Charger le baril en basculant le diable vers l’avant afin de glisser la « bavette » (plateforme) ou les deux petites fourches sous le baril, sans avoir à soulever le baril ou de quelques centimètres seulement. Veiller à ce que les fourches glissent sur le sol afin de ne pas percer le baril.
  • Attacher solidement le baril avant d’amorcer le déplacement. Si le diable est muni d’une barre de sécurité pour l’attache du baril, arrimer celle-ci au baril.
  • Amorcer la manœuvre en saisissant fermement les deux poignées et en poussant avec un pied la partie inférieure du diable, et maintenir l’équilibre du diable.
  • Maintenir le centre de gravité de la charge au-dessus de l’essieu des roues lors du transport afin que la charge soit transportée par les essieux, et non par les poignées. Les poignées devraient être situées environ à la hauteur de la ceinture du travailleur.
  • Conduire le diable en le poussant de face, sauf pour traverser un obstacle ou pour entrer dans un ascenseur, où il est plus efficace de le tirer à reculons.
  • Utiliser les deux mains pour manœuvrer le diable afin d’assurer une meilleure distribution de l’effort. Utiliser le poids du corps et la force des muscles abdominaux pour propulser le diable afin de faciliter l’effort.
  • Respecter le plus possible la vitesse recommandée pour les déplacements avec le chariot, qui est la vitesse de marche type (3-4 km/h). Il est préférable d’éviter de courir, car le diable peut être difficile à arrêter lorsqu’il est en mouvement.
  • Déposer le baril au sol, le détacher et incliner le diable vers l’avant pour dégager les petites fourches.

  • Conseils généraux pour une utilisation sécuritaire

    • Éviter de surcharger l'appareil de manutention afin de faciliter les manœuvres;
    • Ne pas manipuler avec des mains ou des chaussures glissantes; 
    • Dégager le sol et les espaces de circulation;
    • Planifier le déplacement.​

      To​us les conseils généraux​​​

    Références

    • ASSOCIATION PARITAIRE POUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL – SECTEUR FABRICATION DE PRODUITS EN MÉTAL ET DE PRODUITS ÉLECTRIQUES, et INSTITUT DE RECHERCHE ROBERT-SAUVÉ EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL. Manutention à l'aide d'équipement roulant non motorisé, Longueuil, ASPME; [Montréal], IRSST, 2002, 4 p. : ill.(Grille d'autodiagnostic en santé et en sécurité du travail).

    • CENTRE CANADIEN D’HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL. MMM : aides mécaniques pour le transport des matériaux : II, 2009, réf. du  9 novembre 2012, http://www.cchst.ca/oshanswers/ergonomics/mmh/mechanicalaids_transport2.html Site externe.

    • CENTRE CANADIEN D’HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ DU TRAVAIL. MMM : fûts et barils, 2009, réf. du  28 novembre 2012, http://www.cchst.ca/oshanswers/ergonomics/mmh/drums.html Site externe.

    • JUNG, M.C., J.M. HAIGHT, et A. FREIVALDS. « Pushing and pulling carts and two-wheeled hand trucks », International journal of industrial ergonomics, vol. 35, no 1, Jan. 2005, p. 79-89.

    • ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION. Ergonomie : manutention manuelle. Partie 2, actions de pousser et de tirer, Genève, ISO, 2007, v, 66 p. (ISO 11228-2 : 2007).

    • « Plans inclinés », dans QUÉBEC. Règlement sur la santé et la sécurité du travail, c. S-2.1, r. 13, à jour au 6 mars 2012, Québec, Éditeur officiel du Québec, 2012, section XXIII, art. 243.

    • VIA PRÉVENTION. Manutention avec un diable à baril, [En ligne], [Montréal], Via Prévention, [2012], 2 p. (Procédure sécuritaire de travail).
​​​​​