Chariot pour panneaux​

Description​

Chariot pour panneaux​
Illustration : Marc Lalumière

Ce chariot manuel à plateforme est conçu spécifiquement pour le transport de panneaux de toutes sortes comme des feuilles de contreplaqué, des panneaux de gypse, des feuilles de tôle, des feuilles de métal ou de plastique. Il est constitué d’une plateforme basse sur roulettes et d’un châssis vertical sur lequel les panneaux sont appuyés. Certains modèles proposent un châssis légèrement incliné. Il n’y a pas de poignée; la prise sur le chariot se fait à même sa structure.

Le châssis est fabriqué en acier tubulaire. Une enveloppe de protection peut le recouvrir afin de protéger la marchandise. La plateforme peut être fabriquée de différents matériaux comme l’acier, le bois, le plastique et l’aluminium. Certains modèles sont munis d’une tablette qui permet de déposer des planches au-dessus de la plateforme.

Le châssis peut se vendre séparément et être assemblé à un socle roulant en bois.

Critères de sélection

Voici quelques critères à considérer lors de l’achat d’un chariot pour panneaux :

  • Avant de procéder à l’achat, s’assurer que l’état du sol permet un déplacement facile du chariot pour panneaux (pas trop inégal, pas trop accidenté). Si le chariot doit être déplacé dans une rampe d’accès, l'inclinaison de cette rampe ne devrait pas excéder 5 %.
  • Tenir compte de l’état du sol pour déterminer la capacité du chariot, car il affecte la performance de celui-ci. Un sol inégal, des dénivellations ou des voies de circulation qui comportent des pentes ou des allées étroites entraînent une charge supplémentaire.
  • Privilégier un chariot robuste et léger. Le poids du chariot contribue au poids total manutentionné, qui ne doit pas être excessif.
  • Une plateforme en plastique rend le chariot plus léger et plus silencieux.
  • Les plus gros chariots (plus de 1,3 m de longueur ou plus de 1 m de largeur) se manœuvrent difficilement et ne doivent pas être utilisés sur des lieux de travail comportant des allées étroites.
  • Choisir le bon train de roulement afin de faciliter les manœuvres du chariot. Le nombre de roulettes, leur position et la possibilité qu’elles soient directionnelles ou non peuvent modifier la manœuvrabilité du chariot.
  • Choisir des roulettes ayant le plus grand diamètre possible. L'emploi de plus grosses roues de même que de roues ou de pneus bien gonflés réduit généralement la force que le travailleur applique au cours de ses manœuvres. Si le sol est inégal ou trop souple, l’augmentation du diamètre des roulettes facilitera les déplacements.
  • Choisir des roulettes fabriquées dans un matériau qui soit adapté à l’état du sol dans les locaux où s’effectueront les déplacements (matériau du sol ou de son revêtement).
  • Tenir compte de la conception de la prise sur le chariot afin qu’elle facilite les manœuvres de déplacement. Voir poignées​ ou barre de poussée.
  • Tenir compte de la conception du dispositif d’immobilisation (frein) afin qu’il soit capable de maintenir le chariot à l’arrêt sur un sol plat.

Conseils pour une utilisation sécuritaire

  • S’assurer que les allées de circulation sont suffisamment larges et dégagées pour permettre le déplacement du chariot.
  • Éliminer les dénivellations, réparer les fissures du plancher et ajuster l’ascenseur pour qu’il s’arrête parfaitement au niveau de l’étage.
  • Si le chariot doit être manipulé dans une rampe d’accès, l'inclinaison d’une telle rampe doit être adaptée au poids et à la nature des charges. Elle ne devrait pas excéder 5 %. Il faut également s'assurer que le chariot et sa charge sont toujours sous le plein contrôle de l'opérateur.
  • Vérifier la pression des pneus et le fonctionnement des roues pour s’assurer qu’ils sont en bon état. Des pneus dégonflés ou des roues lâches ou entravées par une accumulation de poussière augmentent l’effort requis.
  • Porter des gants afin de prévenir les échardes, les coupures et les autres blessures aux mains.
  • Limiter la hauteur du chargement afin de conserver un bon champ de vision lors des manœuvres.
  • Équilibrer la charge de façon à assurer sa stabilité.
  • Attacher le chargement s’il est instable.
  • Conduire le chariot en le poussant plutôt qu’en le tirant à reculons, sauf pour traverser un obstacle ou pour entrer dans un ascenseur. Voir pousser ou tirer​.
  • Utiliser les deux mains pour pousser le chariot de façon à se servir du poids du corps et de la force des muscles abdominaux, ce qui facilite l’effort.
  • Éviter les matériaux trop longs avec ce type de chariot, car ils peuvent causer des accidents lors des déplacements.

Conseils généraux pour une utilisation sécuritaire

  • Éviter de surcharger l'appareil de manutention afin de faciliter les manœuvres;
  • Ne pas manipuler avec des mains ou des chaussures glissantes; 
  • Dégager le sol et les espaces de circulation;
  • Planifier le déplacement.​

    To​us les conseils généraux​​​

Références

  • ASSOCIATION FRANÇAISE DE NORMALISATION, et COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION. Sécurité des chariots de manutention : chariots à conducteur à pied manuels et semi-manuels. Partie 3, chariot à plateau fixe, Paris, AFNOR, 2003, 19 p. (AFNOR NF EN 1757-3 : 2003).

  • ASSOCIATION PARITAIRE POUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL – SECTEUR FABRICATION DE PRODUITS EN MÉTAL ET DE PRODUITS ÉLECTRIQUES, et INSTITUT DE RECHERCHE ROBERT-SAUVÉ EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL. Manutention à l'aide d'équipement roulant non motorisé, Montréal, ASPME, IRSST, 2002, 4 p. (Grille d'autodiagnostic en santé et en sécurité du travail), http://www.asphme.org/upload/pdf/GADmanu.pdf​ Site externe.

  • CENTRE CANADIEN D’HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ DU TRAVAIL. Poussée et traction : chariots à main, 2010, réf. du 31 octobre 2012, http://www.cchst.ca/oshanswers/ergonomics/push2.html Site externe.

  • ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION. Ergonomie : manutention manuelle. Partie 2, actions de pousser et de tirer, Genève, ISO, 2007, v, 66 p. (ISO 11228-2 : 2007).
​​​​​