​Grue mobile

Description


Grue mobile
Illustration : Marc Lalumière

La grue mobile est utilisée pour le déplacement vertical de charges. Le levage s’effectue à l’aide d’un treuil motorisé. La présence de roues ou de chenilles permet de déplacer la charge sur une courte distance. De nombreux accessoires (dits « de gréage ») sont nécessaires : crochets, chaînes, cordages, élingues, palonniers, etc.

La grue mobile peut être équipée de divers accessoires de préhension comme un électroaimant, une fourche, un grappin ou une benne preneuse. Elle doit cependant avoir été conçue pour accueillir de tels accessoires.

Lors de la descente d’une charge avec le treuil de la grue, un frein dynamique permet de maintenir la charge à une vitesse constante. Les palans sont aussi pourvus d’une sécurité similaire.

Il existe plusieurs types de grues mobiles :

  • Grue automotrice, utilisée en usine pour le déplacement d’appareils et de
    machines;
  • Grue mobile
    Illustration : Marc Lalumière
  • Grue sur porteur, utilisée surtout en construction pour le levage et le positionnement de pièces lourdes, de machinerie de chantier et de structures d’acier;
  • Grue industrielle, utilisée à l’intérieur des bâtiments pour le déplacement de machinerie. Sa conception à profil bas lui permet d’entrer dans
    les bâtiments et d’être utilisée dans des endroits où le dégagement vertical est faible;
  • Grue conventionnelle (ou grue sur chenilles), fréquemment utilisée avec différents équipements de préhension;
  • Grue sur camion commercial, appelée « boom truck » par les grutiers; 
  • Grue à flèche articulée (grue de chargement ou camion à grue auxiliaire),
    utilisé pour la livraison de matériaux de construction, d’appareils ou de pièces
    lourdes;

    • Chèvre (potence sur roues), utilisée notamment dans les garages pour soulever des moteurs et des transmissions, ainsi que dans les services d’entretien pour soulever des charges variables.

Grue mobile
Illustration : Marc Lalumière

Critère de sélection

Le choix d’une grue mobile devra être fait en fonction des charges à déplacer (poids, distances verticales et horizontales) et de l’environnement de travail. 

​Certaines grues sont entièrement repliables pour un rangement facile ou pour permettre de les déplacer plus facilement. En atelier, lorsque les activités de levage sont fréquentes, il est possible d’opter plutôt pour des palans électriques ou pneumatiques sur rail au plafond.

Une grue mobile doit être conforme à la norme Z150-1974 de l’ACNOR et à son supplément Z150S1-1977, ou à toute autre norme d’un organisme de normalisation reconnu qui offre une sécurité équivalente, la plus récente étant la norme ACNOR Z150-2012 (Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST), art. 251).

Une grue de chargement avec bras articulés doit être conforme à la norme Z150.3-2012 de l’ACNOR.

Conseils pour une utilisation sécuritaire

  • Les grues mobiles permettent de soulever des charges très lourdes. Comme pour tous les appareils de levage, leur usage est encadré par la règlementation. Il est important de surveiller les points suivants :
    S’assurer que l’opérateur ait reçu une formation de grutier.
  • Ne pas surcharger la grue. La grue ne doit pas être chargée au-delà de sa charge nominale (RSST, art. 248 et 250).
  • S’assurer que les instructions et les chartes de levage du manuel du manufacturier soient suivies.
  • Planifier le levage afin que la charge ne puisse pas se balancer et heurter les travailleurs.
  • Munir les crochets servant au levage et ceux fixés aux élingues de linguets de sécurité. Il est préférable que le crochet de levage soit de type autobloquant, comme spécifié dans l’article 3.24.17 du Code de sécurité pour les travaux de construction (CSTC). (Pour une définition de ces termes, vous pouvez vous référer à la fiche technique no72 de l’APSAM sur les élingues. Celle-ci est incluse dans les références.)
  • Attacher solidement la charge pour ne pas qu’elle tombe lors du levage.
  • Effectuer la manœuvre de manutention conformément à l’article 255 du RSST.
  • Le levage d'un travailleur à l'aide d'une grue mobile est permis si les conditions prévues à l'article 3.10.7 du Code de sécurité pour les travaux de construction (R.R.Q., 1981, c. S-2.1, r.6), tel qu'il se lit au moment où il s'applique, sont respectées.  Chaque travailleur ainsi levé doit porter un harnais de sécurité conforme aux articles 347 et 348 du RSST.
  • En environnement extérieur, ne pas utiliser la grue dans des conditions météorologiques défavorables (vents violents, orages, températures extrêmes).   Se référer au manuel du manufacturier.
  • S’assurer qu’un ou plusieurs signaleurs guident l’opérateur de la grue si ce dernier a la vue obstruée lors d'une manœuvre (RSST, art. 253).
  • Utiliser, entretenir et réparer la grue de la façon décrite dans l’article 245 du RSST.
  • S’assurer que les accessoires de levage sont construits solidement, qu’ils ont la résistance requise, selon leur usage, et qu’ils sont tenus en bon état (RSST, art. 246).
    Note : Seules les principales précautions de sécurité sont énumérées ci-haut.  

Conseils généraux pour une utilisation sécuritaire

  • Éviter de surcharger l'appareil de manutention afin de faciliter les manœuvres;
  • Ne pas manipuler avec des mains ou des chaussures glissantes; 
  • Dégager le sol et les espaces de circulation;
  • Planifier le déplacement.​

    To​us les conseils généraux​​​

Références

  • AMERICAN SOCIETY OF MECHANICAL ENGINEERS. Articulating boom cranes, New York, ASME, 2010, xii, 38 p.  (ASME: B30.22-2010).

  • « Appareils de levage », dans QUÉBEC. Règlement sur la santé et la sécurité du travail, c. S-2.1, r. 13, à jour au 6 mars 2012, Québec, Éditeur officiel du Québec, 2012, section XXIII, art. 245-264.

  • ASSOCIATION CANADIENNE DE NORMALISATION. Code de sécurité relatif aux grues à flèche articulée, Mississauga, Ont., CSA, 2012, ix, 54 p.  (CSA Z150.3-11).

  • ASSOCIATION CANADIENNE DE NORMALISATION. Code de sécurité sur les grues mobiles, 3e éd., Mississauga, Ont., CSA, 2012, viii, 107 p.  (CSA: Z150-11).

  • ASSOCIATION FRANÇAISE DE NORMALISATION, et COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION. Appareils de levage à charge suspendue : grues de chargement, La Plaine Saint-Denis, France, AFNOR, 2011, 80 p.  (AFNOR: NF EN 12999:2011).

  • ASSOCIATION FRANÇAISE DE NORMALISATION, et COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION. Appareils de levage à charge suspendue : grues mobiles, La Plaine Saint-Denis, France, AFNOR, 2004, 96 p.  (AFNOR: NF EN 13000).

  • ASSOCIATION PARITAIRE POUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL DU SECTEUR DE LA FABRICATION DE PRODUITS EN MÉTAL, DE LA FABRICATION DE PRODUITS ÉLECTRIQUES ET DES INDUSTRIES DE L'HABILLEMENT. Reconnaître un empilage et un arrimage sécuritaires des charges, Longueuil, ASPHME, 2000, 4 p.  (Fiche technique. Sécurité), http://www.asphme.org/upload/pdf/empillage.pdf Site externe.

  • ASSOCIATION PARITAIRE POUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL,  SECTEUR AFFAIRES MUNICIPALES. Soulèvement et manutention mécanique des charges : élingues et accessoires d'accrochage, Montréal, APSAM, 2010, 6 p.  (Fiche technique ; 72), http://www.apsam.com/publication/fiche/FT72.pdf Site externe.

  • ASSOCIATION PARITAIRE POUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL,  SECTEUR AFFAIRES MUNICIPALES. Soulèvement et manutention mécanique des charges : les appareils de levage dans les ateliers d'entretien mécanique, Montréal, APSAM, 2004, 6 p.  (Fiche technique; 56), http://www.apsam.com/publication/fiche/FT56.pdf Site externe​.

  • BOUCHARD, P., et autres. Gréage et levage : guide de sécurité, Québec, Publications du Québec, 2006, v, 174 p.

  • CONSTRUCTION SAFETY ASSOCIATION OF ONTARIO, et D.E. DICKIE. Manuel du grutier, 2e éd., Montréal, CSST, 1985, viii, 304 p.

  • « Crochets de levage », dans QUÉBEC. Code de sécurité pour les travaux de construction, c. S-2.1, r. 4, à jour au 10 janvier 2012, Québec, Éditeur officiel du Québec, 2012, section III, art. 3.24.17.

  • « Levage de travailleur », dans QUÉBEC. Code de sécurité pour les travaux de construction, c. S-2.1, r. 4, à jour au 10 janvier 2012, Québec, Éditeur officiel du Québec, 2012, section III, art. 3.10.7.
​​​​