​Diable à deux roues

Description

Diable à deux roues
Illustration : Marc Lalumière

Le diable à deux roues est un chariot de manutention manuel qui utilise le principe du levier pour mouvoir des charges généralement plus hautes que larges. Les poignées en assurent la direction.

Parmi les divers modèles de diables, le diable à deux roues est le plus populaire et le plus polyvalent. Il est facile à manœuvrer, peu encombrant et demande peu d’entretien. 

Bien qu’il soit polyvalent, il est important de s’assurer qu’il est bien adapté au matériel à manutentionner, car l’utilisation d’un diable mal adapté peut nécessiter une force importante pour l’utilisateur. De même, lorsque le sol n’est pas uniforme et ferme, l’état du sol affecte la performance du diable.

Il est offert en matériaux comme l’acier, l’aluminium, le magnésium et le nylon.

Critères de sélection

  • Un bon aménagement du lieu de travail et le choix d'un diable qui convient à la tâche peuvent réduire les risques de blessures dues aux efforts excessifs. Voici quelques critères à considérer dans le choix d’un diable.
  • Vérifier le poids et les dimensions des charges à transporter et déterminer la dimension et le type de diable le plus approprié pour déplacer la charge. Étant donné qu’une partie de la charge est portée par le travailleur, la capacité du diable ne doit pas être excessive.
  • Privilégier un diable robuste et léger. Il n’est pas toujours utile de choisir un diable avec une grande capacité de chargement, car sa charge ne doit pas être excessive.
  • Choisir des roues ayant le plus grand diamètre possible. L'emploi de plus grosses roues de même que de roues ou de pneus bien gonflés réduit généralement la force que l'opérateur applique au cours de ses manœuvres. Par contre, une bande de roulement plus large augmente la force que l'opérateur applique au cours de ses manœuvres. Si le sol est inégal ou trop souple (un tapis, par exemple), l’augmentation du diamètre des roues facilitera les déplacements. 
  • Opter, si nécessaire, pour une bavette plus grande. La bavette est la petite plateforme d’appui sur laquelle la charge est déposée. La profondeur de la bavette varie généralement entre 17 et 35 cm.  (illustration ci-dessous)

  • Bavette
    Illustration : Marc Lalumière
  • Certains modèles sont dotés d’une courroie, de tendeurs ou d’un autre moyen de retenue qui permet de fixer les charges.
  • Choisir des poignées​ conçues pour faciliter la prise et les manœuvres.
  • Opter pour un système de freinage efficace si le diable doit être déplacé sur une surface inclinée comme une rampe d’accès avec une pente.
  • Opter si possible pour un système de freinage efficace si le diable doit être déplacé sur une surface inclinée comme une rampe d’accès.​
  • Choisir un modèle muni d’un monte-marche si les voies de circulation à emprunter comportent des marches. 
  • Si les voies de circulation à emprunter comportent des escaliers, il existe des diables adaptés pour les escaliers.

Conseils pour une utilisation sécuritaire

  • Vérifier la pression des pneus et le fonctionnement des roues afin qu’ils soient en bonne condition. Des pneus dégonflés ou des roues lâches ou entravées par une accumulation de poussière augmentent l’effort requis.
  • Éliminer les dénivellations, réparer les fissures au plancher, ajuster l’ascenseur pour qu’il s’arrête parfaitement au niveau de l’étage. Des dénivellations d’un, de deux, et même de cinq centimètres ont déjà été observées à l’entrée d’ascenseurs.
  • Il est préférable que la charge ne dépasse pas de beaucoup la largeur ou la profondeur de la plateforme d’appui (appelée « bavette »). (illustration ci-dessus)
  • Veiller à ce que les charges à manipuler soient compactes et rigides, permettant une bonne prise près du corps.
  • Contrôler le centre de gravité du chargement en plaçant les objets lourds près du sol.
  • Empiler la marchandise de façon à assurer sa stabilité et pour ainsi éviter une chute de la charge.
  • Charger une pile de caisses en basculant le diable vers l’avant afin de glisser la « bavette » du diable sous la pile. Pousser la bavette pour la glisser entièrement sous la charge avant de basculer le diable vers l’arrière, comme décrit ci-dessous.
  • Limiter la hauteur du chargement afin de conserver un bon champ de vision et de faciliter les manœuvres.
  • Attacher la charge si elle est instable, ou simplement pour plus de sécurité.
  • Amorcer la manœuvre en saisissant fermement les deux poignées et en poussant avec un pied la partie inférieure du diable, et maintenir l’équilibre du diable.

  • Diable à deux roues
    Illustration : Marc Lalumière
  • Maintenir le centre de gravité de la charge au-dessus de l’essieu des roues lors du transport afin que la charge soit transportée par les essieux et non par les poignées. Les poignées devraient être situées environ à la hauteur de la ceinture du travailleur.
  • Utiliser les deux mains pour manœuvrer le diable afin d’assurer une meilleure distribution de l’effort. Utiliser le poids du corps et la force des muscles abdominaux pour propulser le diable afin de faciliter l’effort.
  • Respecter la vitesse recommandée pour les déplacements avec le chariot, qui est la vitesse de marche type (3-4 km/h). Il est préférable d’éviter de courir, car le diable peut être difficile à arrêter lorsqu’il est en mouvement.
  • Entrer à reculons dans un ascenseur avec le diable. Monter les escaliers à reculons en tirant sur le diable. Le diable devrait toujours être placé devant l’utilisateur.
  • Adapter l’inclinaison de la rampe d’accès au poids et à la nature des charges, si le diable doit être déplacé dans une telle rampe. L’inclinaison ne devrait pas excéder 5 %. Il faut également s'assurer que le chariot et sa charge sont toujours sous le plein contrôle de l'opérateur.

Conseils généraux pour une utilisation sécuritaire

  • Éviter de surcharger l'appareil de manutention afin de faciliter les manœuvres;
  • Ne pas manipuler avec des mains ou des chaussures glissantes; 
  • Dégager le sol et les espaces de circulation;
  • Planifier le déplacement.​

    To​us les conseils généraux​​​

Références

​ ​​​​​​​​​