Les gaz dangereux

​​ Sur votre ferme, prévenez les chutes de tous les niveaux

Une seule inspiration peut avoir de graves conséquences !

Dans les espaces clos agricoles, les gaz de lisier, les gaz d’ensilage et le monoxyde de carbone peuvent s’accumuler, chasser l’oxygène et former une atmosphère très dangereuse.

Ces gaz, souvent combinés à une déficience en oxygène, sont à l’origine de pertes de conscience aiguë; d’intoxications graves et d’explosions, pouvant avoir des conséquences fatales. L’exposition aigüe ou répétée à ces gaz peut aussi entraîner des problèmes de santé chroniques.

​​ ​​Sur votre ferme, prévenez les chutes de tous les niveaux Danger d’asphyxie
L’absence d’oxygène ou l’inhalation d’un gaz toxique peut provoquer une perte de conscience en seulement une ou deux inspirations !



PRINCIPAUX GAZ DANGEREUX EN AGRICULTURE

Les gaz de lisier et d’autres effluents

La décomposition anaérobie des lisiers d’animaux d’élevage ou d’autres effluents riches en matières organiques (eaux usées, écoulements de compostage, d’entreposage, etc.) produit des gaz asphyxiants, toxiques et inflammables.

Les gaz d’ensilage

Le procédé de production de l’ensilage consomme l’oxygène et produit des gaz asphyxiants et toxiques durant toute la période de fermentation.

Le monoxyde de carbone ou CO

Le monoxyde de carbone provient de la combustion incomplète de diverses matières. Il se mélange facilement à l’atmosphère et crée rapidement une zone toxique autour des sources d’émission stationnaires. Les principales sources agricoles sont :

  • les gaz d’échappement des moteurs à combustion utilisés à l’intérieur;
  • les appareils de chauffage à combustible mal installés ou mal entretenus;
  • les feux couvants, par exemple un feu dans l’ensilage causé par de l’autoéchauffement.

​​ Attention : Toute combustion consomme aussi de l’oxygène et génère du gaz carbonique (CO2). Les gaz d’échappement contiennent aussi des hydrocarbures et des oxydes d’azote (NOx).


PRINCIPALES MESURES DE PRÉVENTION

Respecter la réglementation, dont le Code de construction et le Code de sécurité.

Les gaz de lisier et d’ensilage

Bâtiments et locaux (ex. : local de préfosse) :

  • Maintenir une ventilation continue pour évacuer les gaz à l’extérieur et à l’écart des aires d’élevage;
  • Installer des équipements antidéflagrants dans les locaux où des gaz inflammables peuvent migrer,
  • Installer les équipements de production d’ensilage à l’écart pour éviter que les gaz entrent dans les bâtiments.

Espaces clos :

  • Installer des affiches d’avertissement aux accès des préfosses, silos, etc.;
  • Faire en sorte que toute opération puisse se faire à partir de l’extérieur,
  • Éviter d’entrer dans les silos durant la période de fermentation.

Le monoxyde de carbone

Tâches stationnaires (ex. : lavage à pression) :

  • Utiliser uniquement des appareils munis de moteurs électriques;
  • Sinon, laisser l’appareil à l’extérieur, à l’écart des entrées d’air.

Véhicules ou autres équipements toujours en déplacement (ex. : tracteur ou chariot distributeur) :

  • Porter sur soi un détecteur de monoxyde de carbone (CO);
  • Assurer un débit minimal de ventilation pour balayer toute l’aire de travail et de​ circulation.

Par exemple, dans un espace intérieur de 850 m3 (32 000 pi3), un véhicule à essence de moins de 45 kW (60 hp) requiert un débit d’air d’au moins 25 000 m3/h (15 000 cfm).

Chauffage par combustible :

  • Faire installer et entretenir les appareils de chauffage par un professionnel compétent;
  • Installer des détecteurs de CO dans les locaux d’occupation humaine.

Une procédure d’entrée en espace clos ne s’improvise pas!

Une procédure d’entrée en espace​ clos doit être minutieusement préparée. N’improvisez pas!

Seule une équipe dûment formée et autorisée peut appliquer cette procédure, qui doit prévoir :

  • La ventilation pour évacuer les gaz dangereux et apporter de l’air neuf respirable ;
  • La détection des gaz :
    • Pour les gaz de lisier : O2, CO2, H2S et LIE;
    • Pour les gaz d’ensilage : O2, CO2, NO et NO2.
  • Le port d’un appareil de protection respiratoire autonome ou à adduction d’air :
    • Pour les gaz de lisier : dans tous les cas lorsqu’il y a un risque de dégazage à cause de la présence de lisier ou de boues ou si du lisier peut arriver dans l’espace clos;
    • Pour les gaz d’ensilage : tant que la détection des gaz ne démontre pas une atmosphère sûre.
  • Pour les gaz de lisier : L’interdiction d’entrer lorsque l’atmosphère est explosive (LIE > 10 %).

La procédure doit également prévoir tout autre mesure de prévention en fonction des risques identifiés, telles, des mesures de contrôle des énergies ou de prévention des chutes. Elle doit également prévoir des mesures d’urgence et de sauvetage. ​​


​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​ ​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​ ​​ ​​​