Programme pour une maternité sans danger (PMSD)

Propriétés physiques pertinentes 1 2

Mise à jour : 2020-01-29

État physique : Gaz
Tension de vapeur : Sans objet 
Point d'ébullition : -34,5 °C
Solubilité dans l'eau : 7,3 g/l à 20 °C
Masse moléculaire : 70,91

Voies d'absorption

Mise à jour : 2004-04-22

Voies digestives : Non absorbé
Percutanée : Non absorbé

Effets sur le développement 3

Mise à jour : 2018-06-18

  • Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate de l'effet prénatal.
  • Aucune donnée concernant le développement postnatal n'a été trouvée dans les sources documentaires consultées.

Développement prénatal

Études chez l'humain

Une étude des issues de grossesse, citée dans l'IPCS (1982), a été effectuée par Skljanskaja et al. (1935) auprès de 15 femmes ayant travaillé dans une usine de chlore entre 1932 et 1933. Parmi les 15 naissances, 2 étaient prématurées; un foetus femelle était mort-né et l'avortement a été suspecté, la cause de l'autre mort n'a pas été identifiée. Aucune mention sur les malformations congénitales n'a été rapportée. Selon l'IPCS, les auteurs ne mentionnent aucun autre effet. De plus, les concentrations auxquelles les travailleuses ont été exposées et la période d'exposition n'ont pas été mentinonnées.

Études chez l'animal

L'étude de Skljanskaja et Rapoport (1935), citée dans l'IPCS (1982), effectuée chez des lapins ne permet pas de tirer de conclusion à cause de biais expérimentaux. 

Effets sur la reproduction 

Mise à jour : 2004-04-23

  • Aucune donnée concernant les effets sur la reproduction n'a été trouvée dans les sources documentaires consultées.

Effets sur l'allaitement 

Mise à jour : 2004-04-22

  • Il n'y a aucune donnée concernant l'excrétion ou la détection dans le lait.

Cancérogénicité 4 5 6 7

Mise à jour : 2018-03-29

Évaluation de l'A.C.G.I.H. : Substance non classifiable comme cancérogène pour l'homme (groupe A4).

Évaluation de la cancérogénicité par des organismes officiels

L'ACGIH (2018) considère que le produit est non classifiable comme un cancérogène chez l'humain (groupe A4).

Effets cancérogènes

Études chez l'humain

Il n'y a aucune étude concernant la cancérogénicité du chlore chez l'humain. 

Études chez l'animal

Une étude de l'International Research and Development Corporation (IRDC, 1984) effectuée chez le singe (inhalation; 0, 0,1, 0,5 et 2,5 ppm, 6h/j, 5j/sem;  pendant 1 an) a rapporté une augmentation de l'incidence de métaplasie au niveau de la cavité nasale. Par contre, il n'y avait pas de donnée statistique, l'étude était de courte durée et le nombre d'animaux limité.

Une étude de Wolf et al. (1995) effectuée par inhalation chez le rat (mâles: 0, 0,4, 1 et 2,5 ppm, 6 h/j,  5 j/sem; femelles : 0, 0,4, 1 et 2,5 ppm, 6 h/j, 3 j/sem; pendant 2 ans) et la souris (mâles et femelles : 0, 0,4, 1 et 2,5 ppm, 6 h/j,  5 j/sem; pendant 2 ans) n'a pas rapporté d'augmentation significative de l'incidence de néoplasie. Une augmentation significative de l'hyperplasie nasale a été observée à toutes les doses chez les souris et les rats femelles ainsi qu'aux deux plus fortes doses chez les rats mâles. Chez les rats des deux sexes, une augmentation significative des lésions nasales non néoplasiques a aussi été observée.  

Mutagénicité

Mise à jour : 2018-06-18

  • Aucune donnée concernant un effet mutagène in vivo n'a été trouvée dans les sources documentaires consultées.

Commentaires 8

Mise à jour : 2004-04-22

Pour causer un effet toxique sur la reproduction ou le développement, un produit doit être absorbé, passer dans la circulation sanguine, se distribuer dans divers tissus de l'organisme (tels que le système reproducteur et le foetus) et y causer des changements nocifs. Certains produits chimiques corrosifs réagissent avec les premiers tissus avec lesquels ils entrent en contact (les yeux, le nez, la gorge, les poumons ou la peau) et pénètrent rarement en quantité appréciable dans la circulation sanguine. Ainsi, il est peu probable que ces substances affectent la reproduction ou le développement lors d'une exposition par voie cutanée ou respiratoire.

Le chlore est un produit corrosif qui exerce une action toxique locale, il est donc peu probable qu'il puisse avoir un effet sur la reproduction ou le développement.

Références

  • ▲1.  Kirk-Othmer encyclopedia of chemical technology. 4th ed. New York : John Wiley & Sons. (1991-1998). [RT-423004]
  • ▲2.  Pohanish, R.P. et Greene, S.A., Hazardous materials handbook. New York (NY) : Van Nostrand Reinhold. (1996). [RR-515125]
  • ▲3.  International Programme on Chemical Safety, Environmental Health Criteria 21: Chlorine and hydrogen chloride. Genève : World Health Organization. (1982). EHC21. [MO-005644]   http://www.inchem.org/documents/ehc/ehc/ehc21.htm
  • ▲4.  American Conference of Governmental Industrial Hygienists, 2019 TLVs® and BEIs® : threshold limit values for chemical substances and physical agents and biological exposure indices. Cincinnati (OH) : ACGIH. (2019). [NO-003164]   http://www.acgih.org
  • ▲5.  RTP expert panel, «Chapter 2 : Chlorine.» Regulatory Toxicology and Pharmacology. Vol. 20, no. 1 , p. S69-S125. (1994).
  • ▲6.  Wolf, D.C. et al., «Two-year inhalation exposure of female and males B6C3F1 mice and F344 rats to chlorine gas induces lesions confined to the nose.» Fundamental and Applied Toxicology. Vol. 24, no. 1, p. 111-131. (1995).
  • ▲7.  International Research and Development Coeporation (IRDC), Initial submission : chronic inhalation toxicity study on chlorine in non human primate with cover letter dated 081092. Triangle Park, NC. : Chemical Industry Institute of Toxicology. (1984). Microfiche : OTS0571476, EPA/OTS; Doc #88-920009826
  • ▲8.  Coyle, P. et Sonquis Forest, C, Workplace chemical hazards to reproductive health : a resource for worker health and safety training and patient education. Berkeley, Cal. : HESIS. (1990). [BR-000826]

La cote entre [ ] provient de la banque Information SST du Centre de documentation de la CNESST.