Programme pour une maternité sans danger (PMSD)

Propriétés physiques pertinentes 

L'information relative à cette section n'est pas disponible actuellement.

Voies d'absorption

Mise à jour : 2011-01-05

Voies respiratoires : Absorbé
Voies digestives : Absorbé
Percutanée : Faiblement absorbé

Effets sur le développement 1 2 3 4 5 6 7

Mise à jour : 2011-01-05

  • Il traverse le placenta chez l'humain.
  • Il n'a pas d'effet embryotoxique et/ou foetotoxique chez l'animal en absence de toxicité maternelle.

Placenta

Les données chez l'humain et les animaux montrent que les composés inorganiques d'arsenic traversent le placenta. Des niveaux élevés d'arsenic ont été mesurés dans plusieurs organes chez un nouveau-né prématuré lors de l'autopsie. La mère avait ingéré de l'arsenic inorganique à la trentième semaine de grossesse.

Plusieurs études chez la souris montrent des évidences à l'effet que l'exposition à l'arsenite de sodium (composé inorganique d'arsenic) dans l'eau de consommation peut causer un cancer transplacentaire.

Études chez l'humain

Plusieurs études épidémiologiques tentent de démontrer l'influence de l'ingestion de composées d'arsenic inorganique sur le développement chez l'humain. Les effets les plus fréquemment rapportés sont une augmentation de la fréquence d'avortements spontanés, d'anomalies congénitales et de mort-nés. Plusieurs limitations (exposition mixte, dose d'exposition inconnue, etc.) empêchent de tirer des conclusions sur ces études.

Développement prénatal

Aucune donnée concernant un effet sur le développement n'a été trouvée dans les sources documentaires consultées suite à une exposition à l'arsenic sous forme métallique.

Plusieurs auteurs et organismes ont publié des revues de littérature des effets sur le développement suite à l'exposition aux composés inorganiques d'arsenic :

Une étude de DeSesso et al. (1998) ainsi qu'une revue de littérature (2001) sur les effets sur le développement suite à l'exposition à des composés inorganiques d'arsenic rapportent qu'ils causent des malformations chez les rejetons lorsque les mères sont exposées tôt dans la gestation et seulement par la voie intraveineuse et intrapéritonéale, des voies non usuelles en milieu de travail. L'exposition par les voies orales ou par inhalation ne cause pas de malformation même à des doses causant de la toxicité maternelle. Aux concentrations présentes dans l'environnement ou dans le milieu de travail, les composés d'arsenic inorganiques ne devraient pas causer d'effet sur le développement selon les auteurs.

L'IPCS (2001) résume que plusieurs études chez l'animal montrent des effets sur le développement (augmentation de la mortalité foetale, néonatale et postnatale, du faible poids à la naissance, d'avortements spontanés, de mort foetal, d'éclampsisme et de malformations congénitales) suite à l'exposition à l'injection de composés d'arsenic mais seulement en présence de toxicité maternelle.

Wang et al. (2006) concluent que les études chez le rat et la souris montrent que l'exposition à des composés inorganiques d'arsenic cause des effets sur le développement post-natal. Les malformations ont été observées seulement suite à l'exposition par les voies intraveineuses et intrapéritonéales, des voies non usuelles en milieu de travail. Une diminution du poids foetal et une augmentation du nombre de résorptions ont été observés lors de l'exposition par la voie orale mais à des doses causant de la toxicité maternelle. De plus, aucun effet tératogène n'a été rapporté.

L'ATSDR (2007) résume que l'exposition chronique à des composés d'arsenic inorganiques dans l'eau de consommation chez l'humain a été associée à une augmentation de l'incidence des avortements spontanés, de mort-nés, de prématurés, et nouveau-nés avec un faible poids. Cependant, d'autres contaminants étaient présents dans l'eau. Chez l'animal, les études sur l'exposition par la voie orale à des composés inorganiques d'arsenic rapportent certains effets sur le développement à des concentrations toxiques pour les mères.

Effets sur la reproduction 6 7

Mise à jour : 2011-01-05

  • Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate des effets sur la reproduction.

Aucune donnée concernant un effet sur la reproduction n'a été trouvée dans les sources documentaires consultées suite à une exposition à l'arsenic sous forme métallique.

Quelques revues de littérature portant sur les effets sur la reproduction reliés à l'exposition aux composés inorganiques d'arsenic.

Wang et al. (2006) concluent que les études chez le rat et la souris démontrent que l'exposition par ingestion à des composés inorganiques d'arsenic cause des effets sur la reproduction (dommage testiculaire, diminution du poids testiculaire, diminution du nombre et de la motilité des spermatozoïdes, diminution du poids des ovaires et de l'utérus, diminution du niveau de plusieurs hormones chez les femelles, etc.). En effet, l'exposition à des composés inorganiques d'arsenic, même via l'eau de consommation, affecte la régulation et les fonctions hormonales des systèmes reproducteurs chez les deux sexes.  

L'ATSDR (2007) conclut que les études chez l'animal suggèrent que l'arsenic peut causer des changements aux organes reproducteurs chez les deux sexes, incluant la diminution du poids des organes et l'augmentation de l'inflammation des tissus reproducteurs, bien que ces changements puissent être des effets secondaires. Cependant, ces changements n'ont pas d'impact significatif sur la capacité reproductrice.

Effets sur l'allaitement 5 6

Mise à jour : 2011-01-05

  • Il est trouvé dans le lait maternel chez l'humain.

Une étude de l'OMS (1993) citée dans l'ATSDR (2007) indique que l'arsenic est détecté dans le lait chez l'humain à des concentrations de 0,00013 à 0 00082 ppm.

Chez des femmes exposées à des concentrations d'environ 200 ppb d'arsenic inorganique dans l'eau de consommation, des concentrations variant de 0,0008 à 0,008 ppm ont été mesurées dans le lait.

Cancérogénicité 1 6 8 9 10 11 12 13 14 15

Mise à jour : 2012-01-19

Évaluation du C.I.R.C. : L'agent (le mélange) est cancérogène pour l'homme (groupe 1).
Évaluation de l'A.C.G.I.H. : Cancérogène humain confirmé (groupe A1).
Évaluation du N.T.P. : La substance est reconnue cancérogène (K).

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC, 2011) considère que l'arsenic et ses composés inorganiques sont cancérogènes pour l'homme (groupe 1).  Les composés inorganiques d'arsenic, incluant le trioxyde d'arsenic, l'arsenite et l'arsenate, causent le cancer du poumon, de la vessie et de la peau. De plus, une association positive a été observée entre l'exposition à l'arsenic et aux composés inorganiques d'arsenic et le cancer du rein, du foie et de la prostate.

Le CIRC (2004) considère également que l'arsenic présent dans l'eau de consommation est cancérogène pour l'homme (groupe 1). Il précise qu'il existe des données suffisantes à l'effet que l'arsenic dans l'eau de consommation cause le cancer de la vessie, du poumon et de la peau.

L'ACGIH (2001) quant à elle considère l'arsenic et ses composés inorganiques comme des cancérogènes confirmés (A1) chez l'homme. Cette évaluation est basée sur des études épidémiologiques reliant un excès de cancer du poumon chez des fondeurs et des épandeurs de pesticides de même qu'un excès de cancer de la peau chez des personnes utilisant des composés d'arsenic pour des raisons médicales ou chez des personnes buvant de l'eau contaminée à l'arsenic.

Le NTP (2005) considère l'arsenic et ses composés inorganiques comme des cancérogènes reconnus chez l'homme. Leur évaluation est basée sur des études épidémiologiques et des études de cas chez des personnes exposés à des composés d'arsenic pour des traitements médicaux, dans l'eau de consommation ou professionnellement. Ces études ont démontré que l'exposition à des composés d'arsenic inorganiques augmente le risque de cancer de la peau, des poumons, des voies digestives, du foie, de la vessie, des reins et des systèmes lymphatique et hématopoïétique.

La DFG (2005) considère l'arsenic et ses composés inorganiques comme des substances qui causent le cancer chez l'homme (catégorie 1). Pour établir son évaluation, elle a utilisé les études épidémiologiques ainsi que les évaluations d'organismes nationaux et internationaux (ACGIH, EPA, CIRC).

Évaluation des autres aspects reliés à la cancérogénicité

Plusieurs études de Waalkes et al. citées dans l'ATSDR (2007), chez la souris montrent des évidences à l'effet que l'exposition à de l'arsenite de sodium (composé inorganique d'arsenic) dans l'eau de consommation cause un cancer transplacentaire. Les souris ont été exposées à des doses de 0, 9,55 ou 19,3 mg/kg/j aux jours 8 à 18 de la gestation. Une augmentation significative du nombre de tumeurs malignes a été observée chez les rejetons aux deux doses.

Mutagénicité6

Mise à jour : 2011-01-05

  • Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate de l'effet mutagène.

Effet sur cellules somatiques

Études chez l'humain
Les résultats des études d'aberrations chromosomiques et d'échanges des chromatides soeurs sur des lymphocytes, suite à l'inhalation ou l'ingestion de composés inorganiques d'arsenic, sont contradictoires d'une étude à l'autre.

L'exposition par la voie orale à des composés inorganiques d'arsenic augmente la formation de micronoyaux dans différentes cellules et augmente le taux de mutation du gène p53 dans un carcinome de la peau.

Études chez l'animal
L'inhalation de trioxyde d'arsenic chez la souris augmente l'incidence d'aberrations chromosomiques dans le foie des foetus de mères exposées à 22 mg As/m³ (jours 9 à 12 de la gestation).

Lors de l'ingestion d'arseniate de sodium ou d'arsenite de sodium, les résultats sont contradictoires quant à l'incidence d'aberrations chromosomiques sur des cellules de moelle osseuse de rats et de souris. 

Études in vitro
Dans les cultures de cellules humaines et de mammifères (souris, hamster chinois, hamster syrien doré), les composés inorganiques d'arsenic ont donné des résultats surtout positifs (transformation cellulaire, mutations, dommage à l'ADN, échange de chromatides soeurs et aberrations chromosomiques).

Références

Autres sources d'information

La cote entre [ ] provient de la banque Information SST du Centre de documentation de la CNESST.