Programme pour une maternité sans danger (PMSD)

Propriétés physiques pertinentes 1 2 3 4 5

Mise à jour : 2005-04-22

État physique : Liquide
Tension de vapeur : 349 mm de Hg    (46,5 kPa) à 20 °C
Autre(s) valeur(s) : 147 mm de Hg (19,6 kPa) à 0 °C ; 234 mm de Hg (30,7 kPa) à 10 °C ; 511 mm de Hg (68,1 kPa ) à 30 °C
Point d'ébullition : 39,75 °C
Solubilité dans l'eau : 20 g/l à 20 °C
Autre(s) valeur(s) : 25 g/l à 15 °C; 16,7 g/l à 25 °C; 15,6 g/l à 30 °C; 8,8 g/l à 45 °C; 5,3 g/l à 60 °C
Coefficient de partage (eau/huile) : 0,0562
Masse moléculaire : 84,94

Voies d'absorption

Mise à jour : 2005-04-22

Voies respiratoires : Absorbé
Voies digestives : Absorbé
Percutanée : Absorbé

Effets sur le développement 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22

Mise à jour : 2005-04-22

  • Il traverse le placenta chez l'humain.
  • Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate des effets sur le développement.

Placenta

Barlow et Sullivan (1982) rapportent une étude de Mukhametova et Vozovaya (1972) qui ont détecté du chlorure de méthylène dans le sang de femmes (0,66 mg/kg) travaillant dans des opérations de collage. Ils ont également détecté des hydrocarbures chlorés (chlorure de méthylène et dichloroéthane) dans les tissus embryonnaires et foetaux (0,34 mg/kg dans les membranes et 1,15 mg/kg dans les tissus) mais la proportion relative de chacun n'a pas été mentionnée.

Anders et Sunram (1982) ont détecté du chlorure de méthylène et du monoxyde de carbone dans le sang maternel et le sang foetal chez les rats exposés par inhalation (50 ppm pendant 1 heure; jour 21 de la gestation). Une étude par inhalation effectuée chez le rat par Withey et Karpinski (1985) a permis de montrer un transfert placentaire avec un rapport des concentrations sanguines foetus/mère d’environ 0,3 (100 à 3 000 ppm pendant 5 heures; jour 17 de la gestation).

Développement prénatal

Études chez l'humain

Plusieurs études épidémiologiques ont étudié les effets sur le développement de l'exposition des travailleuses au chlorure de méthylène. Aucune conclusion ne peut être tirée de ces études à cause de plusieurs problèmes expérimentaux tels que : l’exposition concomitante à plusieurs produits (l'acétone, le toluène, le xylène, etc.), le faible nombre de cas, la méconnaissance du niveau d’exposition, etc.

Études chez l'animal

Schwetz et al. (1975) ont observé une augmentation significative du retard osseux chez le rat et la souris ainsi qu’une augmentation significative des hémorragies cérébrales chez les ratons lors de l’exposition prénatale par inhalation (0 et 1 250 ppm pendant 7 h/j; jours 12 à 15 de la gestation). Une augmentation significative du poids du foie a été observée chez les rats femelles. Une seule dose a été utilisée. Les auteurs concluent  qu’il n’y a pas d’effet sur le développement à la dose utilisée. Une augmentation significative de la carboxyhémoglobinémie a été observée pour des femelles non gestantes exposées dans les mêmes conditions expérimentales.

Hardin et Manson (1980) ont étudié les effets postnataux de l’inhalation de chlorure de méthylène avant et/ou pendant la gestation chez le rat (0 et 4 500 ppm; 6 h/j, 7 j/sem., 21 jours avant et/ou pendant les 17 premiers jours de la gestation). Ils ont rapporté une augmentation significative du poids du foie chez les mères et une diminution significative du poids foetal pour le groupe exposé avant et pendant la gestation et celui exposé pendant la gestation. Il n’y a pas eu d’effet significatif sur les malformations, les résorptions, les implantations, le nombre de vivants et la proportion mâles/femelles. Une carboxyhémoglobinémie de 7 à 10 % a également été observée chez des femelles de ces deux groupes. Une seule dose a été utilisée.

Narotsky et al. (1995) ont fait une étude exploratoire par gavage chez le rat (0, 337,5 et 450 mg/kg; jours 6 à 19 de la gestation). Des signes de toxicité maternelle ont été observés à 450 mg/kg (une diminution significative du gain pondéral au cours de la gestation et une dépression respiratoire). Il n’y a pas eu d’effet sur le développement (résorption, viabilité pré & postnatale, poids à 1, 3 et 6 jours). Aucune analyse tératologique n'a été faite.

Aucune malformation (externe, squelettique et viscérale) n’a été rapportée par Nishio et al. (1984) chez le rat exposé par ingestion (0, 0,04, 0,4 et 4 % soit une dose totale de 0, 134, 1 394 et 13 626 mg; jours 0 à 20 de la gestation). Ils ont observé une diminution significative du poids corporel maternel à 4 %, du poids des foetus femelles ainsi qu’une diminution significative du poids des reins et du foie à 0,4 % pour les ratons femelles ainsi qu'une augmentation significative du poids du foie des femelles et des mâles et du poids du rein des femelles à 0,04 % à l’âge de 56 jours.

Raje et al. (1988) ont obtenu une réponse négative lors d'un test de dominance létale chez le rat par injection sous-cutanée (0, 5 et 10 % pendant 4 sem.) et par inhalation (0, 100, 150 et 200 ppm; 2 h/j, 5 j/sem. pendant 6 sem.). Aucun effet significatif n’a été observé sur le nombre de résorptions, le nombre de vivants, le nombre de morts et le nombre de résorptions par portée pour les deux voies d’exposition. Les auteurs ne mentionnent pas s’ils ont analysé les malformations.

Note

Diverses opinions qualitatives ainsi que des estimations quantitatives ont été publiées. Nous vous suggérons de vous référer aux études suivantes : Swedish National Chemicals Inspectorate, 1991; Stijkel et Reijnders, 1995; Jankovic et Drake, 1996.

Développement postnatal

Bornstein et al. (1980) ont étudié les effets postnataux de l’inhalation du chlorure de méthylène avant et/ou pendant la gestation chez le rat (0 et 4 500 ppm; 6 h/j, 7 j/sem.; 21 jours avant et/ou pendant les 17 premiers jours de la gestation). Il s’agit de la suite de l’étude de Hardin & Manson (1980). Aucun effet significatif sur le poids à la naissance et au cours de la période postnatale jusqu’à l’âge de 5 mois n’a été observé pour les quatre groupes. Il n’y a pas eu d’effet significatif sur la consommation d’eau et de nourriture. L’activité générale, l’activité locomotrice dans un nouvel environnement, l’activité sur la roue tournante et les fonctions d’apprentissage ont été testées par intervalles de 5 mois. Une augmentation significative de l’activité dans un nouvel environnement a été observée à 10 et 15 jours après la naissance pour les groupes exposés avant ainsi qu'avant et pendant la gestation. Elle traduit un problème d’adaptation à un nouvel environnement qui peut difficilement être extrapolé à d’autres espèces. L’activité était significativement réduite à l’âge de 150 jours pour les mâles exposés avant et pendant la gestation ou uniquement pendant la gestation. Contrairement à l’étude de Hardin et Manson (1980), aucun effet sur le poids foetal n’a été décelé.

Nishio et al. (1984) n’ont pas observé de modification significative du taux de survie entre la naissance et l’âge de 56 jours chez le rat (ingestion; 0, 0,4 & 0,004 %; jours 0 à 20 de la gestation).

Effets sur la reproduction 7 18 21 23 24 25 26 27 28 29

Mise à jour : 2005-04-22

  • Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate des effets sur la reproduction.

Système reproducteur

Études chez la femelle

Barlow et Sullivan (1982) rapportent une étude de Mukhametova et Vozovaya (1972), ces derniers ont rapporté des troubles gynécologiques (troubles menstruels, inflammation des organes sexuels, etc.) chez 54,2 % des femmes exposées comparativement à 33,1 % chez le groupe non exposé. Cependant, il y avait une exposition à plusieurs solvants (le chlorure de méthylène, le dichloroéthane, une source importante de benzène, etc.) de sorte que l’on ne peut conclure sur l’effet du chlorure de méthylène.

Le NTP (1986) a effectué une étude de toxicité chronique et de cancérogénicité chez le rat (0, 1 000, 2 000 et 4 000 ppm; 6 h/j, 5 j/sem. pendant 2 ans) et la souris (0, 2 000 et 4 000 ppm; 6 h/j, 5 j/sem. pendant 2 ans). Il n’y a pas eu d’atteinte ovarienne ou utérine chez le rat. Une atteinte ovarienne et utérine a été observée à 4 000 ppm chez la souris mais les auteurs de l’étude considèrent qu’elle est secondaire à la néoplasie.

Études chez le mâle

Wells et al. (1989) n’ont observé aucun effet sur le nombre de spermatozoïdes chez des travailleurs exposés à des concentrations de 15 à 366 ppm de chlorure de méthylène pendant au moins 3 mois. Cependant, on ne peut conclure car il s’agit d’un résumé d’étude et l’étude est inadéquate à cause de l’absence d’un groupe contrôle et du manque de puissance statistique.

Kelly (1988) a évalué un groupe d’hommes parmi 34 travailleurs exposés au chlorure de méthylène qui se sont plaints de différents problèmes de santé (perte de mémoire, irritabilité, etc.). Ce groupe de 8 hommes avait signalé de l’infertilité ainsi qu’une douleur génitale. L’examen médical a mis en évidence une sensibilité testiculaire. Ils ont été exposés à environ 68 ppm (3,3 à 154,4 ppm) de chlorure de méthylène et ils avaient une carboxyhémoglobinémie de 1,7 à 17,3 %. L’examen médical a mis en évidence une sensibilité testiculaire (4/7), une atrophie testiculaire (3/7) et une baisse du compte spermatique (2 cas d’oligospermie parmi les 4 hommes testés). Un seul s’est avéré normal. D’autres substances ont été également identifiées dans le milieu de travail (styrène, toluène, xylène, etc.).

Le NTP (1986) a effectué une étude de toxicité chronique et de cancérogénicité par inhalation chez le rat (0, 1 000, 2 000 et 4 000 ppm; 6 h/j, 5 j/sem. pendant 2 ans) et la souris (0, 2 000 et 4 000 ppm; 6 h/j, 5 j/sem. pendant 2 ans). Il n’y a pas eu d’atteinte testiculaire chez le rat. Une atteinte testiculaire a été observée à 4 000 ppm chez la souris mais les auteurs de l’étude considèrent qu’elle est secondaire à la néoplasie.

Nitschke et al. (1988) n’ont pas observé d’effet sur la reproduction, la survie, la croissance postnatale et la fertilité lors d’une étude de toxicité pour la reproduction sur 2 générations par inhalation chez les rats (0, 100, 500, 500 et 1 500 ppm,  6 h/j).

Raje et al. (1988) n’ont pas décelé de lésion histologique des testicules chez les rats mâles exposés par injection (sous-cutanée; 0, 5 et 10 % pendant 4 sem. avant l’accouplement) et par inhalation (0, 100, 150 et 200 ppm; 2h/j, 5j/sem. pendant 6 sem. avant l’accouplement).

Fertilité

Kelly (1988) a évalué un groupe d’hommes parmi 34 travailleurs exposés au chlorure de méthylène qui se sont plaints de différents problèmes de santé (perte de mémoire, irritabilité, etc.). Ce groupe de 8 hommes avait signalé de l’infertilité ainsi qu’une douleur génitale. L’examen médical a mis en évidence une sensibilité testiculaire. Ils ont été exposés à environ 68 ppm (3,3 à 154,4 ppm) de chlorure de méthylène et ils avaient une carboxyhémoglobinémie de 1,7 à 17,3 %. L’examen médical a mis en évidence une sensibilité testiculaire (4/7), une atrophie testiculaire (3/7) et une baisse du compte spermatique (2 cas d’oligospermie parmi les 4 hommes testés). Un seul s’est avéré normal. D’autres substances ont été également identifiées dans le milieu de travail (styrène, toluène, xylène, etc.).

Bornmann et Loeser (1967) cité par IPCS (1996) ont fait une étude par exposition orale (eau de consommation, 125mg/l pendant 13 sem. Avant l’accouplement). Aucun effet sur l’indice de fertilité des femelles, la dimension des portées, la survie des ratons à 4 semaines et les résorptions n’ont été observés. Il s’agit d’un résumé incomplet provenant d’une étude publiée en allemand.

Nitschke et al. (1988) n’ont pas observé d’effet sur la fertilité lors d’une étude de toxicité pour la reproduction sur 2 générations par inhalation chez les rats (0, 100, 500 et 1 500 ppm 6 h/j).

Raje et al. (1988) n’ont pas décelé d’effet sur la fertilité des rats mâles exposés par injection (sous-cutanée; 0, 5 et 10 % pendant 4 sem. avant l’accouplement ). Cependant, ils ont rapporté une baisse de la fertilité de 15 % chez ceux exposés par inhalation à 150 et 200 ppm (0, 100, 150 et 200 ppm; 2 h/j, 5 j/sem. pendant 6 sem. avant l’accouplement).

Hormonal

L’étude de Kjellstrand et al. (1985) n’a pas permis de montrer un effet significatif relié à l’inhalation de chlorure de méthylène sur l’activité de la testostérone chez les souris (300 ppm pendant 30 jours). Une seule dose a été utilisée.

Nitschke et al. (1988) n’ont pas observé d’effet sur le le niveau plasmatique d’oestrAdiol, d’hormone folliculostimulante et d’hormone lutéinisante lors d’une étude de toxicité chronique par inhalation chez les rats (0, 50, 50, 200 et 1 500 ppm, 6 h/j, 5 j/sem. pendant 2 ans).

Effets sur l'allaitement 7 18 30 31 32 33 34 35

Mise à jour : 2005-04-22

  • Il est trouvé dans le lait maternel chez l'humain.

La présence de chlorure de méthylène a été rapportée lors d'une étude destinée à identifier, en milieu urbain, les contaminants pouvant se retrouver dans le lait. Cependant, aucune relation avec l'exposition professionnelle ne peut être établie (Pellizzari et al., 1982).

Barlow et Sullivan (1982) rapportent une étude de Mukhametova et Vozovaya (1972) qui ont détecté du chlorure de méthylène dans le sang (0,66 mg/kg) de femmes travaillant dans des opérations de collage. Ils ont également détecté des hydrocarbures chlorés (chlorure de méthylène et dichloroéthane) dans le lait (0,074 mg/kg) mais la proportion relative de chacun n'a pas été mentionnée. Les hydrocarbures chlorés ont été également détecté dans le lait 17 heures après l'arrêt de l'exposition en milieu de travail.

Shelley et al. (1989) ont calculé un rapport des concentrations sanguines enfant allaité/mère qu'ils ont estimé à 3,85 % pour une exposition continue de 9 heures/jour, 7 jours/semaine pendant 2 mois.

Une méthode de modélisation mathématique a été utilisée afin d'estimer quantitativement le transfert lacté de plusieurs contaminants dont le chlorure de méthylène (Fisher et al., 1997). La quantité ingérée via le lait a été estimée ( modèle pharmacocinétique à base physiologique ) à 0,213 mg pour un enfant allaité (24 heures) lorsque la mère est exposée par inhalation à une concentration de 50 ppm (exposition intermittente pendant 6½ heures sur une période de 8 heures). Signalons, à titre indicatif, que la valeur recommandée par l'Environmental Protection Agency des États-Unis (pour protéger des effets néfastes autres que l’effet cancérogène) pour la consommation d'eau potable est de 2,0 mg/l pour un enfant de 10 kg qui ingèrerait 1 litre par jour pendant 10 jours d'eau contaminée par le chlorure de méthylène (United States Environmental Protection Agency et Office of Water, 2002).

Cancérogénicité 25 29 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53

Mise à jour : 2017-08-10

Évaluation du R.S.S.T. : Effet cancérogène soupçonné chez l'humain.
Évaluation du C.I.R.C. : L'agent (le mélange) est probablement cancérogène pour l'homme (groupe 2A).
Évaluation de l'A.C.G.I.H. : Cancérogène confirmé chez l'animal; la transposition à l'humain est inconnue (groupe A3).
Évaluation du N.T.P. : La substance est raisonnablement anticipée cancérogène (R).

 Évaluation de la cancérogénicité par des organismes officiels

Le CIRC (2016) considère que le chlorure de méthylène est probablement cancérogène pour l'homme (groupe 2A).

L'ACGIH (1997) considère que le chlorure de méthylène est cancérogène confirmé chez l'animal; la transposition à l'humain est inconnue (groupe A3).

Selon le NTP (1989), le chlorure de méthylène est  raisonnablement anticipée cancérogène (R).

Effets cancérogènes

Études chez l'humain

Plusieurs études épidémiologiques ont été menées afin d’évaluer le potentiel cancérogène du chlorure de méthylène, il s’agit de 9 études en milieu industriel et 3 études de populations. Dans plusieurs de ces études les niveaux d’exposition sont inconnus et il y a exposition à d’autres substances. L’IARC (1999) considère qu’aucun type de cancer n’a eu suffisamment d’augmentation pour permettre d’établir une relation causale adéquate.

Études chez l'animal

Par inhalation

Burek et al. (1984) ont fait une étude par inhalation chez le rat et le hamster (0, 500, 1 500 et 3 500 ppm; 6 h/j, 5 j/sem. pendant 2 ans soit 0, 1 735, 5 205 et 12 145 mg/m³). Le nombre de femelles ayant une tumeur bénigne n’a pas augmenté, mais le nombre de tumeurs mammaires bénignes a augmenté pour les rats femelles pour les 3 doses testées. Le nombre de tumeurs (sarcomes) a également augmenté pour les rats mâles exposés à 1 500 et 3 000 ppm. Une augmentation significative des tumeurs bénignes à 3 500 ppm a été observée chez les hamsters femelles mais, selon les auteurs, cette augmentation pourrait être reliée au vieillissement.

Le NTP (1986) a effectué une étude de toxicité chronique et de cancérogénicité par inhalation chez le rat (0, 1 000, 2 000 et 4 000 ppm; 6 h/j, 5 j/sem. pendant 2 ans) et la souris (0, 2 000 et 4 000 ppm; 6 h/j, 5 j/sem. pendant 2 ans). Il y a eu une augmentation des tumeurs mammaires bénignes chez les femelles et les mâles. Une augmentation dose-réponse des tumeurs hépatiques (adénomes et carcinomes hépatocellulaires) et pulmonaires (adénomes ou carcinomes alvéolaires ou bronchiques) a été rapportée pour les souris.

Nitschke et al. (1988) ont observé une augmentation significative des tumeurs mammaires bénignes (adénomes et fibromes combinés) chez les rats femelles (0, 50, 200 et 500 ppm pendant 2 ans, soit 0, 174, 694 et 1 740 mg/m³).

Kari et al. (1988) rapportent que des souris femelles exposées par inhalation (0 et 2 000 ppm, 6h/j, 5j/sem. pendant 104 sem.) ont développé des adénomes et des carcinomes pulmonaires et hépatocellulaires. Les auteurs n’ont pas fait d’analyse statistique et une seule dose a été utilisée.

Maltoni et al. (1988) ont exposé des rats par inhalation (0 et 100 mg/kg; 4 à 7 h/j, 5 j/sem.). Les reproducteurs (mâles et femelles) et les ratons (exposition transplacentaire à partir de 12 jours suivie d’une exposition postnatale par inhalation) ont été exposés pendant 15 ou 104 sem. Il y a eu une augmentation non significative des tumeurs malignes totales chez les reproducteurs et les ratons.

Par ingestion

Serota et al. (1986) ont administré du chlorure de méthylène à des souris (eau de consommation; 0, 60, 125, 185 et 250 mg/kg pendant 2 ans). Ils ont observé une augmentation de petites masses pulmonaires chez les femelles à 250 mg/kg. Aucune augmentation significative des lésions néoplasiques n’a été observée.

Serota et al. (1986) ont administré du chlorure de méthylène à des rats (eau de consommation; 0, 5, 50, 125 et 250 mg/kg pendant 2 ans). Ils ont observé une augmentation des tumeurs hépatiques chez les femelles à 50 et 250 mg/kg. Les auteurs ont jugé cette augmentation non significative à cause de l’absence d’effet à 125 mg/kg et par comparaison avec les contrôles historiques.

Maltoni et al. (1988) ont fait une étude de cancérogénicité par gavage chez les rats (0, 100 et 500 mg/kg, 4 à 5 j/sem. pendant 64 sem.). Le traitement a été arrêté après 64 semaines à cause d’une augmentation significative de la mortalité à 500 mg/kg. À 100 mg/kg, le pourcentage des rats avec des tumeurs bénignes et malignes n’a pas été affecté, ni le nombre de tumeurs malignes par 100 animaux. Ils ont rapporté une augmentation non significative des tumeurs mammaires malignes (adénocarcinomes) chez les femelles exposées à 500 mg/kg.

Maltoni et al. (1988) ont également traité des souris par gavage (0, 100 et 500 mg/kg, 4 à 5 j/sem. pendant 64 sem.). Le pourcentage des rats avec des tumeurs bénignes et malignes n’a pas été affecté, ni le nombre de tumeurs malignes par 100 animaux. Ils ont rapporté une augmentation significative des tumeurs pulmonaires malignes chez les mâles à 500 mg/kg en tenant compte du taux de mortalité.

Par une voie non usuelle en milieu de travail

Theiss et al. (1977) n’ont observé aucune augmentation des adénomes pulmonaires chez la souris (injection intrapéritonéale, 3 fois par sem. pendant 5-6 sem. (16-17 injections; 0, 160, 400 et 800 mg/kg pour un total de 2 720, 6 800 et 12  800 mg/kg).

Évaluation des autres aspects reliés à la cancérogénicité

Kitchin et Brown (1989) ont étudié les effets sur la biochimie hépatique d’une administration orale aiguë à des rats femelles (gavage; 0, 39, 425 et 1 275 mg/kg; deux administrations à 17 heures d’intervalle). Ils ont rapporté une augmentation significative de l’activité de l’ornithine décarboxylase (ODC) hépatique à la dose toxique de 1 275 mg/kg. Les auteurs mentionnent que cette enzyme est impliquée dans la régulation de la croissance cellulaire et que l’induction d’ODC serait nécessaire mais non suffisante pour causer une promotion de la cancérogenèse. L’augmentation de l’ODC est causée chez seulement 3 des 15 rats qui avaient une activité extrêmement élevée. Des études additionnelles sont nécessaires afin de valider l’effet.

Les données concernant la prolifération cellulaire sont insuffisantes pour tirer une conclusion (Foley et al., 1993; Kanno et al., 1993; Maronpot et al., 1995).

Deux tests in vitro de transformation cellulaire se sont avérés positifs, un chez le rat et l’autre sur des cellules embryonnaires de hamster syrien (IARC, 1999).

Mutagénicité10 21 24 38

Mise à jour : 2005-04-22

  • Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate de l'effet mutagène.

Effet mutagène héréditaire / sur cellules germinales

Études chez l'humain

Aucune donnée

Études chez l'animal

Raje et al. (1988) ont obtenu une réponse négative lors d'un test de dominance létale chez le rat par injection sous-cutanée (0, 5 et 10 % pendant 4 sem.) et par inhalation (0, 100, 150 et 200 ppm; 2 h/j, 5j/sem. pendant 6 sem.).

Effet sur cellules somatiques

Études chez l'humain

Aucune donnée

Études chez l'animal

Quatre études de la liaison protéine - ADN ont été effectuées : deux se sont avérées positives sur le foie de la souris et deux négatives sur le foie et le poumon du hamster Syrien.

Six études concernant le bris de l’ADN à simple brin ont été faites sur le foie et le poumon du rat et de la souris. Il y en a eu 2 négatives chez une souche de rat, 3 positives chez la souris et une positive sur une autre souche de rat.

Des résultats négatifs ont été obtenus lors de trois études de la synthèse non programmée de l’ADN, dont 2 sur des hépatocytes de rats et une sur le foie de souris.

Il y a eu trois études d’échange des chromatides-soeurs chez la souris, 2 négatives concernant la moelle osseuse et une positive pour les cellules pulmonaires.

Une réponse négative a été obtenue lors de 3 essais des micronoyaux sur la moelle osseuse de souris alors qu’elle a été douteuse pour les érythrocytes des souris.

Cinq études d’aberrations chromosomiques ont été effectuées : une négative sur la moelle osseuse du rat, 2 négatives sur la moelle osseuse de la souris. Il y a eu 2 douteuses dont une sur la moelle osseuse de la souris et une sur les cellules pulmonaires de la souris.

Un essai de liaison à l’ADN sur le foie, le poumon et le rein de la souris et du rat s’est avéré négatif.

Études In vitro

Cinq études de la liaison protéine - ADN ont été effectuées : trois se sont avérées négatives (hépatocytes de rat, hamster syrien et humain), une positive (hépatocytes de souris) et une douteuse (cellule ovarienne de hamster chinois).

Six études du bris de l’ADN à simple brin ont été effectuées sur plusieurs types cellulaires : trois se sont avérées positives (hépatocytes de la souris et du rat, cellules de Clara de la souris), deux négatives (hépatocytes de hamster syrien et cellules ovariennes du hamster chinois) et une douteuse (cellules ovariennes de hamster chinois).

Deux études de la synthèse non programmée de l’ADN se sont avérées négatives, une sur des cellules pulmonaires de hamster chinois et l’autre sur des fibroblastes humains.

Des résultats négatifs ont été obtenus lors de trois études de mutation génique chez le hamster chinois (2 avec des cellules ovariennes et une avec des cellules pulmonaires) et un résultat douteux a été obtenu sur des cellules du lymphome de la souris.

Il y a eu plusieurs études d’échange des chromatides soeurs. Deux sur des lymphocytes de hamster chinois se sont montrées négatives alors qu’une sur des cellules pulmonaires de la même espèce a été douteuse. Une quatrième s’est avérée négative sur des cellules lymphocytes humains.

Une étude des aberrations chromosomiques sur les cellules ovariennes de hamster chinois s’est avérée positive et l’autre négative.

Lors de deux essais des micronoyaux sur des cellules lymphoblastoides humaines, il y en a eu un positif et l’autre négatif.

Notes :

  • Il y a eu peu d’études concernant l’effet mutagène héréditaire. Une étude in vivo s’est avérée négative chez le rat dans un essai de dominance létale. De nombreuses études ont été effectuées pour évaluer l’effet mutagène somatique sur plusieurs espèces (humain, rat, souris, hamster Syrien) lors de différents essais (aberrations chromosomiques, bris de l’ADN à simple brin, micronoyaux, etc.) (IARC, 1999). Les résultats des 26 études in vivo se répartissent comme suit : 16 négatifs, 7 positifs et 3 douteux. La répartition des résultats des 25 études in vitro effectuées sur des cellules mammaliennes est similaire : 15 négatifs, 7 positifs et 3 douteux.

  • Les résultats pris globalement ne permettent pas de tirer une conclusion ferme :
    • L’IPCS (1996) considère que les résultats des tests à court terme sont non concluants. L'activité génétique in vivo a été décelée uniquement chez la souris.
    • L’IARC (1999) mentionne que les études mécanistiques ont montré un lien entre le métabolisme du chlorure de méthylène lié au glutathion-s-transférase et les effets cancérogène et mutagène, et que cette voie métabolique est plus importante dans les tissus de la souris que ceux du rat, du hamster ou de l’humain.
    • L’ATSDR (2000) mentionne qu’il n’y a aucune évidence que le chlorure de méthylène soit un cancérogène à action directe (effet sur l’ADN).

Références

  • ▲1.  France. Institut national de recherche et de sécurité, Fiche toxicologique no 34 : Dichlorométhane. Cahiers de notes documentaires. Paris : INRS. (2010). [RE-005509]   http://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox.html
    http://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox/fiche.html?refINRS=FICHETOX_34
  • ▲2.  O’Neil, M.J., Smith, A. et Heckelman, P.E., The Merck index : an encyclopedia of chemicals, drugs, and biologicals. 13th ed. Cambridge, MA : Cambridge Soft; Merck & CO. (2001). [RM-403001]
  • ▲3.  Verschueren, K., Handbook of environmental data on organic chemicals. 3rd ed. Toronto : Van Nostrand Reinhold. (1996). [RS-415005]
  • ▲4.  Bohnet, M. et al., Ullmann's Encyclopedia of Industrial Chemistry. 7th. Wiley InterScience (John Wiley & Sons). (2003-).   http://www3.interscience.wiley.com (http://www3.interscience.wiley.com/cgi-bin/mrwhome/104554801/HOME)
  • ▲5.  Hansch, C., Leo, A. et Hoekman, D., Exploring QSAR : hydrophobic, electronic and steric constants. ACS professional reference book, Vol. 2. Washington (D.C.) : American Chemical Society. (1995). [MO-005935]
  • ▲6.  Schardein, J.L., Chemically induced birth defects. 3ème rév. & expanded. New York : Dekker. (2000). [MO-122294]
  • ▲7.  Barlow, S.M. et Sullivan, F.M., Reproductive hazards of industrial chemicals : an evaluation of animal and human data. London (Toronto) : Academic Press. (1982). [RM-515020]
  • ▲8.  Sullivan, F.M., Watkins, W.J. et van der Venne, M.Th., Reproductive toxicity. Vol. 1 : Summary reviews of the scientific evidence. Vol. 1. Luxembourg : Commission of the European Communities. (1993). EUR : 14991. [RM-515100]
  • ▲9.  Swedish National Chemicals Inspectorate, Effects on reproduction of dichloromethane, n-hexane and 1,1,1-trichloroethane. Solna, Sweden : Swedish National Chemicals Inspectorate. (1991). [MO-019646]
  • ▲10.  Agency for Toxic Substances and Disease Registry, Toxicological profile for methylene chloride (update). ATSDR. Atlanta, GA. (2000). [MO-124876]   http://www.atsdr.cdc.gov/toxprofiles/
    http://www.atsdr.cdc.gov/ToxProfiles/tp.asp?id=234&tid=42
  • ▲11.  Narotsky, M.G. et Kavlock, R.J., «A multidisciplinary approach to toxicological screening. II, Developmental toxicity.» Journal of Toxicology and Environmental Health. Vol. 45, no. 2, p. 145-171. (1995). [AP-047328]
  • ▲12.  Taskinen, H., Lindbohm, M.L. et Hemminki, K., «Spontaneous abortions among women working in the pharmaceutical industry.» British Journal of Industrial Medicine. Vol. 43, p. 199-205. (1986). [AP-012087]
  • ▲13.  Schwetz, B.A., Leong, B.K.L. et Gehring, P.J., «The effect of maternally inhaled trichloethylene, perchloroethylene, methyl chloroform and methylene chloride on embryonal and fetal development in mice and rats.» Toxicology and Applied Pharmacology. Vol. 32, p. 84-96. (1975). [AP-003536]
  • ▲14.  Hardin, B.D. et Manson, J.M., «Absence of dichloromethane teratogenicity with inhalation exposure in rats.» Toxicology and Applied Pharmacology. Vol. 52, no. 1, p. 22-28. (1980). [AP-018445]
  • ▲15.  Bornschein, R.L., Hastings, L. et Manson, J.M., «Behavioral toxicity in the offspring of rats following maternal exposure to dichloromethane.» Toxicology and Applied Pharmacology. Vol. 52, p. 29-37. (1980). [AP-018446]
  • ▲16.  Jankovic, J. et Drake, F., «A screening method for occupational reproductive health risk.» American Industrial Hygiene Association Journal. Vol. 57, no. 7, p. 641-649. (1996). [AP-049865]
  • ▲17.  Withey, J.R. et Karpinski, K., «The fetal distribution of some aliphatic chlorinated hydrocarbons in the rat after vapor phase exposure.» Biological research in pregnancy and perinatology. Vol. 6, p. 79-88. (1985). [AP-048336]
  • ▲18.  Mukhametova, I.M. et Vozovaya, M.A., «Reproductive power and the incidence of gynecological effects in female workers exposed to the combined effect of benzene and chlorinated hydrocarbons.» Gigiena Truda I Professional'Nye Zabolevaniya. Vol. 16, no. 11, p. 6-9. (1972). [AP-024775]
  • ▲19.  Anders, M.W. et Sunram, J.M., «Transplacental passage of dichloromethane and carbon monoxide.» Toxicology Letters. Vol. 12, p. 231-234. (1982). [AP-000189]
  • ▲20.  Nishio, A. et al., «Studies on the teratogenicity of dichloromethane in rats.» Bulletin of the Kagoshima Agricultural College . Vol. 34, p. 95-103. (1984). [AP-048351]
  • ▲21.  Raje, R. et al., «Evaluation of in vivo mutagenicity of low-dose methylene chloride in mice.» Journal of the American College of Toxicology. Vol. 7, no. 5, p. 699-703. (1988). [AP-022489]
  • ▲22.  Stijkel, A. et Reijnders, L., «Implementation of the precautionary principle in standards for the workplace.» Occupational and Environmental Medicine. Vol. 52, p. 304-312. (1995). [AP-047771]
  • ▲23.  Nitschke, K.D. et al., «Methylene chloride : two-generation inhalation reproductive study in rats.» Fundamental and Applied Toxicology. Vol. 11, no. 1, p. 60-67. (1988).
  • ▲24.  International Programme on Chemical Safety, Environmental Health Criteria 164: Methylene chloride. 2nd ed. Genève : World Health Organization. (1996). EHC164.   http://www.inchem.org/documents/ehc/ehc/ehc164.htm
  • ▲25.  National Toxicology Program, Toxicology and carcinogenesis studies of dichloromethane (methylene chloride) (cas : no. 75-09-2) in F344/N rats and B6C3F1 mice (inhalation studies). Technical report series / NTP; 306. Research Triangle Park : NTP. (1986). [MO-007295], Microfiche : PB86-187903
  • ▲26.  Kelly, M., «Case reports of individuals with oligospermia and methylene chloride exposures.» Reproductive Toxicology. Vol. 2, no. 1, p. 13-17. (1988). [AP-048276]
  • ▲27.  Kjellstrand, P. et al., «Effects of solvent exposure on testosterone levels and butyrylchlolinesterase activity in mice.» Acta Pharmacologica et Toxicologica. Vol. 57, no. 4, p. 242-249. (1985). [AP-134284]
  • ▲28.  Wells, V.E. et al., «Letter to the editor.» Reproductive Toxicology. Vol. 3, no. 4, p. 281-282. (1989).
  • ▲29.  Nitschke, K.D. et al., «Methylene chloride : a 2-year inhalation toxicity and oncogenicity study in rats.» Fundamental and Applied Toxicology. Vol. 11, p. 48-59. (1988).
  • ▲30.  Pellizzari, E.D. et al., «Purgeable organic compounds in mother's milk.» Bulletin of Environmental Contamination and Toxicology. Vol. 28, p. 322-328. (1982).
  • ▲31.  Shelley, M.L., Andersen, M.E. et Fischer, J.W., «A risk assessment approach for nursing infants exposed to volatile organics through the mother's occupational inhalation exposure.» Applied Industrial Hygiene. Vol. 4, no. 1, p. 21-26. (1989). [AP-024815]
  • ▲32.  Fisher, J. et al., «Lactational transfer of volatile chemicals in breast milk.» American Industrial Hygiene Association Journal. Vol. 58, no. 6, p. 425-431. (1997). [AP-051996]
  • ▲33.  Byczkowski, J. Z., Gearhart, J. M. et Fisher, J. W., «"Occupational" exposure of infants to toxic chemical via breast milk.» Nutrition. Vol. 10, no. 1, p. 43-48. (1994). [AP-048033]
  • ▲34.  Poitrast, B.J., Keller, W.C. et Elves, R.G., «Estimation of chemical hazards in breast milk.» Aviation space and environmental medicine. Vol. 59, no. 11, p. A87-A92. (1988). [AP-026093]
  • ▲35.  United States Environmental Protection Agency et Office of Water, Drinking Water Standards and Health Advisories. Washington. (2004).
  • ▲36.  Règlement sur la santé et la sécurité du travail [S-2.1, r. 13]. Québec : Éditeur officiel du Québec. [RJ-510071]   http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/ShowDoc/cr/S-2.1,%20r.%2013
  • ▲37.  IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks of Chemicals to Humans, Some halogenated hydrocarbons and pesticide exposures. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks, Vol. 41. Lyon : International Agency for Research on Cancer. (1987).   https://monographs.iarc.fr/wp-content/uploads/2018/06/mono41.pdf
    http://www.iarc.fr
  • ▲38.  IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Re-evaluation of some organic chemicals, hydrazine and hydrogen peroxide : part 1. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks to humans, Vol. 71. Lyon : International Agency for Research on Cancer. (1999).   https://monographs.iarc.fr/wp-content/uploads/2018/06/mono71.pdf http://www.iarc.fr
  • ▲39.  IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Some Chemicals Used as Solvents and in Polymer Manufacture . IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks, Vol. 110. Lyon : IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks. (2016).   http://monographs.iarc.fr/
    http://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol110/mono110.pdf
  • ▲40.  American Conference of Governmental Industrial Hygienists, 2019 TLVs® and BEIs® : threshold limit values for chemical substances and physical agents and biological exposure indices. Cincinnati (OH) : ACGIH. (2019). [NO-003164]   http://www.acgih.org
  • ▲41.  American Conference of Governmental Industrial Hygienists, Guide to occupational exposure values - 2019. Cincinnati, Ohio : ACGIH. (2019). Publication #0395. [RM-519020]   http://www.acgih.org
  • ▲42.  Report on Carcinogens, 14th edition. Research Triangle Park, NC : U.S. Department of Health and Human Services, Public Health Service, National Toxicology Program. (2016).   https://ntp.niehs.nih.gov/pubhealth/roc/index-1.html
  • ▲43.  Theiss, J.C. et al., «Test for carcinogenicity of organic contaminants of united states drinking waters pulmonary tumor response in strain a mice.» Cancer Research. Vol. 37, p. 2717-2720. (1977). [AP-021346]
  • ▲44.  Environnement Canada, Liste des substances d'intérêt prioritaire : rapport d'évaluation : dichlorométhane. Loi canadienne sur la protection de l'environnement : liste des substances d'intérêt prioritaire, rapport d'évaluation. Ottawa : Approvisionnements et services Canada. (1993). [MO-010894]   http://www.hc-sc.gc.ca/ehp/dhm/catalogue/dpc_pubs/cepa/dichloromethane.pdf
  • ▲45.  Dell, L. D. et al., «Critical review of the epidemiology literature on the potential cancer risks of methylene chloride.» International Archives of Occupational and Environmental Health. Vol. 72, no. 7, p. 429-442. (1999). [AP-057965]
  • ▲46.  Serota, D.G. et al., «A two-year drinking water study of dichloromethane in rodents. I. rats.» Food and Chemical Toxicology. Vol. 24, no. 9, p. 951-958. (1986). [AP-018473]
  • ▲47.  Serota, D.G. et al., « A two-year drinking water study of dichloromethane in rodents. II. mice.» Food and Chemical Toxicology. Vol. 24, no. 9, p. 959-963. (1986).
  • ▲48.  Kari, F.W . et al., «Effect of varying exposure regimens on methylene chloride-induced lung and liver tumors in female B6C3F1 mice.» Carcinogenesis. Vol. 14, no. 5, p. 819-826. (1993).
  • ▲49.  Maltoni, C, Cotti, G. et Perino, G., «Long-term carcinogenicity bioassays on methylene chloride administered by ingestion to Sprague-Dawley rats and Swiss and B6C3F mice and by inhalation..» In: Living in a chemical world : occupational and environmental significance of industrial carcinogens. Vol. 534, p. 352-366. New York : New York Academy of science. (1988). [MO-013169]
  • ▲50.  Kitchin, K.T. et Brown, J.L., «Biochemical effects of three carcinogenic chlorinated methanes in rat liver.» Teratogenesis, Carcinogenesis, and Mutagenesis. Vol. 9, no. 1, p. 61-69. (1989).
  • ▲51.  Foley, J.F. et al., «Inhalation exposure to hepatocarcinogenic concentration of methylene chloride does not induce sustained replicative DNA synthesis in hepatocytes of female B6C3F1 mice.» Carcinogenesis. Vol. 14, no. 5, p. 811-817. (1993).
  • ▲52.  Maronpot, R.R. et al., «Hepatic and pulmonary carcinogenicity of methylene chloride in mice: a aserch for mechanisms.» Toxicology. Vol. 102, no. 1-2, p. 73-81. (1995).
  • ▲53.  Kanno, F.W. et al., «Effect of methylene chloride inhalation on replicative DNA synthesis in the lungs of female B6C3F1 mice.» Environmental Health Perspectives. Vol. 101, no. Suppl. 5, p. 271-276. (1993).

Autres sources d'information

  • Methylene chloride (dichloromethane) : an overview of experimental work investigating species, differences in carcinogenicity and their relevance to man. Technical report no. 34. Bruxelles : European Centre for Ecotoxicology and Toxicology of Chemicals. (1989). [MO-360197]   http://www.ecetoc.org
  • Centre d'écologie et de toxicologie de l'industrie chimique européenne, The assessment of carcinogenic hazard for human beings exposed to methylene chloride. Technical report / ECETOC; 26. Bruxelles : ECETOC. (1987). [MO-012654]   http://www.ecetoc.org
  • Barrowcliff, D.F. et Knell, A.J., «Cerebral damage due to endogenous chronic carbon monoxide poisoning caused by exposure to methylene chloride.» Journal of the Society of Occupational Medicine. Vol. 29, no. 1, p. 12-14. (1979). [AP-024239]
  • Wells, G.G. et Waldron, H.A., «Methylene chloride burns.» British Journal of Industrial Medicine. Vol. 41, p. 420. (1984). [AP-004466]
  • National Toxicology Program, Toxicology and carcinogenesis studies of dichloromethane (methylene chloride) (cas : no. 75-09-2) in F344/N rats and B6C3F1 mice (inhalation studies). Technical report series / NTP; 306. Research Triangle Park : NTP. (1986). [MO-007295], Microfiche : PB86-187903
  • Bayard, S., Bayliss, D., Davidson, I., Health assessment document for dichloromethane (methylene chloride)., 1985 Microfiche : PB85-191559, EPA/600/21

La cote entre [ ] provient de la banque Information SST du Centre de documentation de la CNESST.