​Procédures et suivis

Si l’un de vos employés subit un accident de travail, vous devez lui prodiguer les premiers soins et, si nécessaire, le faire transporter vers un centre hospitalier. Vous devez dès que possible informer la CNESST dans les cas suivants:

  • l'accident a provoqué le décès de votre travailleur;
  • votre travailleur a subi un traumatisme important (perte d’un membre, par exemple);
  • plusieurs de vos travailleurs blessés doivent s'absenter;
  • l'accident a causé des dégâts matériels de 166 612$ ou plus.

Absence la journée de l'accident

Si l'un de vos employés se blesse au travail et ne peut pas travailler pendant le reste de la journée, vous devez:

Absence de moins de 14 jours

Si votre employé ne peut pas poursuivre son travail le lendemain de l'accident, il doit consulter un médecin et vous remettre une attestation médicale. Pendant les 14 premiers jours du calendrier qui suivent l'événement, si votre travailleur est absent, vous devez lui verser 90% de son salaire net pour les jours où il aurait normalement travaillé. Ce montant est remboursé par la CNESST.

Pour ce faire, vous devez remplir le formulaire Avis de l'employeur et demande de remboursement. Vous devez en remettre une copie à votre travailleur et le transmettre à la CNESST avec une copie de l'attestation médicale.

Absence de plus de 14 jours

Si votre employé doit s'absenter pendant plus de 14 jours, la CNESST lui verse directement l'indemnité à laquelle il a droit à partir du 15e jour. Selon la convention collective signée avec vos employés, il peut y avoir des exceptions sur ce point. L’employé remplit le formulaire Réclamation du travailleur avec votre aide et le transmet à la CNESST.

Examens médicaux

Votre travailleur est libre d'être soigné et suivi par le médecin de son choix. Toutefois, vous pouvez désigner un médecin qui aura accès au dossier médical de votre travailleur et exiger qu’il soit examiné par ce médecin. Dans ce cas, vous devez payer les coûts de la consultation, les frais de transport et les autres dépenses admissibles.