​Les accidents nous parlent – Un méchant coup!

Décembre 2000. Sur un chantier de construction, une grue soulève une poutre pour la diriger vers son emplacement dans la structure. Soudain, la poutre se décroche et tombe au moment où elle passe juste au-dessus d'un travailleur.

effondrement 

Que s’est-il passé?

Le chantier est celui d'une future usine de fabrication de feuilles de cuivre. La charpente comporte des sections de béton et des structures d'acier. Deux monteurs d'acier s'apprêtent à boulonner une poutre à des colonnes. Le premier doit exécuter sa tâche à bord d'une nacelle élévatrice, alors que le second se tient sur la structure déjà en place, tout en étant bien attaché par un harnais de sécurité. Les poutres sont dirigées vers les travailleurs à l'aide d'une grue. Un ouvrier place une attache à étranglement au centre de la poutre et accroche la boucle de l'élingue au crochet muni d'un linguet de sécurité.

Au premier essai, la charge ne se maintient pas en position horizontale. Elle est redescendue au sol. Deuxième essai: non concluant. Chaque fois, le grutier doit relâcher la tension sur l'élingue. La troisième levée est la bonne. Mais le relâchement de la tension, combiné à la torsion de l'élingue, permet à la boucle d'exécuter un quart de rotation dans le crochet et de prendre appui sur le linguet de sécurité plutôt que dans la gorge du crochet (figure 1).

Le grutier achemine la poutre au monteur se trouvant sur la structure. Alors qu'elle se trouve au-dessus de ce dernier, le linguet de sécurité cède sous le poids. La poutre s'échappe et frappe le monteur d'acier situé en contrebas. Elle continue son trajet et heurte le dessus du garde-corps de la nacelle où se trouve le deuxième travailleur, qui, par un heureux hasard, est accroupi à ce moment-là. Ce dernier aura la vie sauve. Son collègue n'aura pas eu la même chance, hélas! Par un beau dimanche ensoleillé, il perd la vie tandis que deux enfants perdent un père...

Qu’aurait-il fallu faire?

Lorsque la poutre s'est décrochée, elle se trouvait au-dessus du monteur qui devait la recevoir. Elle n'aurait jamais dû se trouver à cet endroit, comme le stipule le Code de sécurité pour les travaux de construction. Lors du transport de la poutre, les élingueurs étaient attentifs à son équilibre plutôt qu'à l'attache de l'élingue. Il faut toujours s'assurer que la charge et l'élingue sont bien accrochées dans la gorge du crochet.

L'emploi d'une seule élingue à étranglement ne permet pas de soulever de longues pièces de façon sécuritaire. Lorsqu'un grutier soulève, dépose et soulève de nouveau une charge, le relâchement de tension permet à la boucle de l'élingue de pivoter dans le crochet. Si la boucle prend appui sur le linguet, un phénomène de «roll out» (risque de décrochage) est susceptible de se produire. L'utilisation d'un crochet autobloquant, possédant idéalement un dispositif de verrouillage, permet d'éviter ce phénomène (figures 2 et 3).

Julie Melançon

Personnes ressources de la Direction de la prévention-inspection de la Commission:

  • Laurent Desbois, ingénieur
  • Yvon Papin, conseiller
  • Jean-Pierre Chevrier, inspecteur
  • André Turcot, ingénieur