Neurotoxiques​

Introduction

Les substances neurotoxiques font partie des priorités nationales en santé et sécurité du travail identifiées par la CNESST. Dans ce contexte, et afin de soutenir la prise en charge des milieux de travail dans l’identification des facteurs de risque et la prévention, nous avons identifié les substances réglementées (Règlement sur la santé et sécurité du travail S-2.1, r.13, Annexe I) qui peuvent exercer un effet neurotoxique chez les travailleurs. Ces substances sont présentées dans le présent document sous forme de liste.

Dans les milieux de travail, on trouve des centaines de substances chimiques. Certaines peuvent exercer des effets toxiques sur l’homme, que ce soit au niveau sanguin, hépatique, rénal, cardiovasculaire, du système nerveux, etc.

La neurotoxicité peut se définir par la capacité que possède une substance à induire des effets néfastes dans le système nerveux. Celui-ci se divise en système nerveux central (SNC) et système nerveux périphérique (SNP). Le SNC est situé dans la boîte crânienne et la colonne vertébrale. Il comprend le cerveau, le tronc cérébral et la moelle épinière. Son rôle est de recevoir, enregistrer et interpréter les signaux qui lui parviennent de la périphérie. Il organise ensuite la réponse à envoyer. Le SNP est formé de ganglions nerveux, de nerfs sensitifs responsables de transmettre les sensations au cerveau, comme la douleur, et de nerfs moteurs responsables du mouvement en stimulant les muscles. Ils font circuler l’information entre le SNC et les organes.

Les substances visées par cette liste sont celles qui peuvent exercer un effet neurotoxique chez l’homme à la suite d’une exposition répétée ou chronique. En effet, l’exposition pendant des mois ou des années à des concentrations modérées peut entraîner progressivement des effets néfastes sur le système nerveux. Quand les effets aigus de ces substances sont connus, ils sont aussi inscrits au tableau. Par contre, les substances causant uniquement des effets neurotoxiques à la suite d’une exposition de courte durée (quelques heures à quelques jours) n’ont pas été considérées. Très souvent, les effets observés sont passagers et transitoires, c’est-à-dire qu’ils disparaissent suite à l’arrêt de l’exposition (à moins qu’il ne s’agisse d’une exposition accidentelle à une forte dose).

Ce document présente une liste non exhaustive de substances ou familles de substances pouvant exercer un effet neurotoxique lorsque les travailleurs y sont exposés de façon répétée. De plus, des renseignements concernant la réversibilité des effets suite à l’arrêt de l’exposition à une substance donnée sont présentés. Nous indiquons également quelles sont les substances pouvant faire l’objet d’une surveillance biologique de l’exposition. Ceci permet aux intervenants en santé au travail d’évaluer l’exposition d’un travailleur et le risque à la santé découlant d’une exposition professionnelle à ces substances. D’autres substances s’ajouteront à cette liste à mesure que les données concernant la neurotoxicité seront  mises à jour dans les fiches de renseignements du Répertoire toxicologique.

Élaboration de la liste des substances neurotoxiques

À partir de la liste des substances réglementées (RSST, Annexe 1) et d’une extraction de notre banque de données, nous avons établi une liste préliminaire de substances ou familles de substances qui peuvent exercer des effets neurotoxiques suite à une exposition répétée ou chronique à celles-ci. Ces substances ou familles seront documentées et les données analysées afin de mettre à jour la section Effets aigus / Effets chroniques des fiches de renseignements du Répertoire toxicologique. Dans un deuxième temps, à mesure que les fiches seront mises à jour, les données seront diffusées dans la liste qui suit.

Évaluation des études disponibles pour une substance donnée

L’évaluation est basée principalement sur des études effectuées en milieu de travail. Il s’agit par exemple, d’études épidémiologiques reposant sur l’observation de travailleurs, des études de cas cliniques, etc. La qualité et la cohérence des données sont importantes. Tous les effets neurotoxiques rapportés sont pris en considération lors de la mise à jour des effets aigus et chroniques dans nos fiches de renseignements. Le poids des données déterminera si les substances feront partie de la liste qui suit.

Contenu de la liste

Nom et numéro de CAS de la substance 

Les substances sont présentées en ordre alphabétique (selon leur nom indiqué dans l’annexe I du RSST). Le numéro de CAS des substances y est également inscrit. Pour obtenir plus d’informations sur une substance, il est possible d’accéder à sa fiche de renseignements en cliquant sur son nom

Voies d’absorption et surveillance biologique
Les voies d’absorption et une mention indiquant qu’il existe une surveillance biologique pour une substance sont indiquées à titre informatif.

Neurotoxicité
Les données concernant la neurotoxicité chez l’homme sont ensuite présentées. Les effets sur le système nerveux central (SNC) et sur le système nerveux périphérique (SNP) à la suite d’une exposition aiguë et chronique sont indiqués.

Les effets sur le SNC comprennent :

  • Les effets généraux tels que maux de tête, perte d’appétit, somnolence, etc.
  • les troubles de l’humeur et de la personnalité tels que troubles du sommeil, irritabilité accrue, dépression, anxiété, etc.
  • les atteintes cognitives telles que troubles d’apprentissage, de la concentration, de la mémoire, de l’élocution, etc.

 

Les effets sur le SNP comprennent :

  • les atteintes motrices telles que faiblesse, tremblements, incoordination, convulsions, etc.
  • les atteintes sensorielles telles que diminution de l’audition, vision des couleurs, acouphènes, pertes d’équilibre, etc.

 

Les données présentées dans la liste constituent une identification de danger qui est propre à la substance et non une estimation du risque qui dépend des conditions d’exposition des travailleurs.

Réversibilité
Lorsqu’elles sont disponibles, des données sur la réversibilité des effets observés sont présentées.

Retour au début du contenu de cette page

Nom du produit
(Numéro CAS)
Voies d'absorption Surveillance biologique Effet neurotoxique chez l'homme Réversibilité des effets neurotoxiques chroniques
I C O aigu chronique
SNC SNP SNC SNP
Acétone
(67-64-1)
X
X
X
X
X
 
X
 
N.D.
Acrylamide
(79-06-1)
X
X
X
 
 
 
X
X
Les symptômes régressent en quelques mois ou quelques années après l'arrêt de l'exposition.
Acrylonitrile
(107-13-1)
X
X
X
 
X
 
X
 
N.D.
Alcool méthylique
(67-56-1)
X
X
X
X
X
 
X
X
Les altérations de l'acuité visuelle sont réversibles après l'arrêt de l'exposition.
Arsenic
(7440-38-2)
X
 
X
X
X
X
 
X
Les symptômes régressent lentement et de manière incomplète après l'arrêt de l'exposition.
Arsenic, composés inorganiques
X
 
X
X
X
X
 
X
Les symptômes régressent lentement et de manière incomplète après l'arrêt de l'exposition.
Azote, protoxyde d'
10024-97-2
X
 
 
 
X
 
X
X
Réversibilité partielle dans les cas d'abus.
Benzène
(71-43-2)
X
X
X
X
X
 
 
X
N.D.
Bromométhane
(74-83-9)
X
X
 
 
X
X
X
X
N.D.
Carbone, tétrachlorure
(56-23-5)
X
X
X
 
X
 
X
 
N.D.
Chloroforme
(67-66-3)
X
X
X
 
X
 
X
 
N.D.
Chlorométhane
(74-87-3)
X
 
 
 
X
 
X
 
Selon une étude chez un nombre restreint de travailleurs, les symptômes étaient réversibles de un à trois mois après l'arrêt de l'exposition.
Chloro-3 propène
(107-05-1)
X
X
X
 
X
 
 
X
Onze mois après l'arrêt de l'exposition, les travailleurs n'étaient pas rétablis.
Chlorure de méthylène
(75-09-2)
X
X
X
 
X
X
X
 
N.D.
Dichloroacétylène
(7572-29-4)
X
 
 
 
X
X
X
 
N.D.
Disulfure de carbone
(75-15-0)
X
X
X
 
X
 
X
X
Certains effets (vitesse de conduction dans les nerfs périphériques) ne seraient pas réversibles après l'arrêt de l'exposition.
Éther diéthylique
(60-29-7)
X
 
X
 
X
 
X
 
Les symptômes disparaissent en quelques semaines.
n-Hexane
(110-54-3)
X
X
X
X
X
 
X
X
Généralement, les symptômes régressent lentement, 1 à 3 ans après l'arrêt de l'exposition. Dans certains cas, la récupération est incomplète.

Manganèse
(7439-96-5)
X
 
X
 
 
 
X
 
Les symptômes nerveux du manganisme chronique ne régressent généralement pas. On peut espérer un arrêt de l’évolution lors de la cessation de l’exposition; il est même possible qu'une aggravation puisse survenir.
Manganèse, fumées
X
 
 
 
 
 
X
 
Les symptômes nerveux du manganisme chronique ne régressent généralement pas. On peut espérer un arrêt de l’évolution lors de la cessation de l’exposition; il est même possible qu'une aggravation puisse survenir. 
Manganèse, poussières
X
 
X
 
 
 
X
 
Les symptômes nerveux du manganisme chronique ne régressent généralement pas. On peut espérer un arrêt de l’évolution lors de la cessation de l’exposition; il est même possible qu'une aggravation puisse survenir. 
Mercure
(7439-97-6)
X
X
X
X
 
 
X
X
Les symptômes peuvent régresser suite à l'arrêt de l'exposition mais certains effets cognitifs (comme les pertes de la mémoire) peuvent être permanents.
Mercure (composés inorganiques)
X
X
X
X
 
 
X
 
Les symptômes peuvent régresser suite à l'arrêt de l'exposition mais certains effets cognitifs (comme les pertes de la mémoire) peuvent être permanents.
Méthyl éthyl cétone
(78-93-3)
X
X
X
X
X
 
X
 
N.D.
Méthyl n-butyl cétone
(591-78-6)
X
X
X
 
X
 
 
X
Six mois après l'arrêt de l'exposition une amélioration a été observée dans la majorité des cas de neuropathie mais le rétablissement peut être incomplet. Dans certains cas, une progression de la neuropathie a été rapportée.
Méthyl isobutyl cétone
(108-10-1)
X
X
X
X
X
 
X
 
N.D.
Monoxyde de carbone
(630-08-0)
X
 
 
X
X
 
X
 
N.D.
Perchloroéthylène
(127-18-4)
X
X
X
X
X
 
X
X
N.D.
Plomb
(7439-92-1)
X
X
X
X
X
 
X
X
Les effets neurotoxiques peuvent être réversibles si la plombémie est maintenue en deça d'un certain niveau.
Plomb et composés inorganiques
X
X
X
X
X
 
X
X
Les effets neurotoxiques peuvent être réversibles si la plombémie est maintenue en deça d'un certain niveau.
Plomb, tétraéthyle de
(78-00-2)
X
X
X
 
X
 
X
 
N.D.
Plomb, tétraméthyle de
(75-74-1)
X
X
X
 
X
 
X
 
N.D.
Pyridine
(110-86-1)
X
X
X
 
X
 
X
 
N.D.
Styrène
(100-42-5)
X
X
X
X
X
 
X
X
N.D.
Toluène
(108-88-3)
X
X
X
X
X
 
X
 
N.D.
Trichloroéthylène
(79-01-6)
X
X
x
X
X
X
X
X
Les symptômes étaient réversibles plusieurs mois après l'arrêt de l'exposition. Dans un cas, ils persistaient encore 2 ans après la fin de l'exposition.
Xylène (mélange d'isomères)
(1330-20-7)
X
X
X
X
X
 
X
 
N.D.
o-Xylène
(95-47-6)
X
X
X
X
X
 
X
 
N.D.
m-Xylène
(108-38-3)
X
X
X
X
X
 
X
 
N.D.
p-Xylène
(106-42-3)
X
X
X
X
X
 
X
 
N.D.
Légende: I : Inhalation
C : Cutanée
O : Orale
SNC : Système nerveux central
SNP : Système nerveux périphérique
X : présence d'un effet
N.D. : non disponible

Août 2012