Guide d'utilisation d'une fiche signalétique​

10. Propriétés toxicologiques

Voies d'absorption, contact avec la peau et les yeux

Dans cette section sont indiquées les voies par lesquelles une substance peut pénétrer dans l'organisme et produire des effets néfastes. Il peut s'agir des voies respiratoires (inhalation), de la voie cutanée (absorption par la peau) et des voies digestives (ingestion). Il faut également mentionner toute surface du corps sur laquelle une substance peut produire un effet néfaste par contact direct.

 

Exemple

· Voies d'absorption
Toluène : ce produit est absorbé par les voies respiratoires, la peau et les voies digestives.

· Contact avec la peau et les yeux
Acide sulfurique : à la suite d'un contact direct avec les yeux et la peau, ce produit peut causer des brûlures.


Voies repiratoires Voie digestive Voie cutanée

Retour au début du contenu de cette page

Effets de l'exposition aiguë au produit

Il est question ici des dangers pour la santé qui résultent d'une exposition de courte durée au produit contrôlé. Une exposition aiguë est généralement définie comme une exposition unique ou répétée pendant une période de 24 heures. Souvent, les intoxications aiguës provoquent des effets toxiques brefs et réversibles. Cependant, il peut arriver que certains effets ne se manifestent que plusieurs heures après l'intoxication. De même, certaines intoxications graves peuvent laisser des séquelles.

 

Exemple

L'exposition à de fortes concentrations de vapeurs d'acétone (plus de 12 000 ppm) peut causer une sécheresse de la bouche et de la gorge, une salivation excessive, l'anorexie, des maux de tête, des nausées, des vomissements, des vertiges, de l'incoordination, de l'asthénie, de la léthargie, de l'ataxie. Dans les cas extrêmes, elle peut conduire à un état de stupeur ou au coma.


Exposition 1 heure Exposition 2 heures Exposition 3 heures

Retour au début du contenu de cette page

 

Effets de l'exposition chronique au produit

Il s'agit ici des dangers pour la santé qui résultent d'une exposition prolongée au produit contrôlé à des concentrations plus faibles que celles qui entraînent des effets aigus. La durée de l'exposition peut être plus ou moins longue (semaines, mois, années).

 

Exemple

L'inhalation répétée de vapeurs de styrène peut causer une atteinte du système nerveux se traduisant d'abord par des maux de tête, des nausées, des vertiges, une perte d'appétit et une faiblesse générale. Les effets suivants peuvent ensuite être observés : augmentation du temps de réaction, difficulté de perception des couleurs, etc. Un contact répété du produit avec la peau peut causer des rougeurs, de la desquamation et des fissures.

Exposition chronique-Semaine
Exposition chronique-Mois

Retour au début du contenu de cette page

 

Limites d'exposition

Les valeurs limites d'exposition sont les concentrations permises dans l'air pour une substance donnée. Elles représentent les concentrations de la substance dans l'air auxquelles la grande majorité des travailleurs peuvent être exposés quotidiennement, sans subir d'effets néfastes. Il existe trois types de valeurs :

  • Les valeurs limites d'exposition à court terme, qui sont mesurées pour une durée maximale de 15 minutes;
  • Les valeurs limites d'exposition moyenne, qui sont mesurées pour la durée d'un quart de travail de 8 heures;
  • Les valeurs plafond qui ne doivent jamais être dépassées pour quelque durée que ce soit.

Dans la fiche signalétique, les valeurs limites admissibles au Québec, qui sont prescrites par le Règlement sur la santé et la sécurité du travail (S-2.1, R.19), sont parfois présentées. Pour plus de détails, consulter la section Réglementation (RSST) du présent guide. Cependant, les valeurs limites recommandées par l'ACGIH (American Conference of Governmental Industrial Hygienists), un organisme américain, sont souvent celles qui figurent sur la fiche. Les valeurs limites d'exposition sont présentées en ppm, en mg/m3 ou en fibre/cm3.

Si un produit comprend plusieurs ingrédients, la limite d'exposition à chacun des ingrédients doit être indiquée sur la fiche signalétique.

Retour au début du contenu de cette page

 

Propriété irritante et corrosive

Ce champ indique si la substance peut causer l'irritation des yeux, de la peau ou des muqueuses des voies respiratoires et digestives. Les effets irritants d'un produit sur les yeux ou la peau peuvent aller, par exemple, de la simple sensation de picotement à l'érythème (rougeurs) ou à l'oedème (enflure). Ces dommages sont réversibles, c'est-àdire qu'ils disparaissent avec le temps, lorsque l'exposition au produit cesse. Si les dommages causés par un produit sont irréversibles, le produit est dit corrosif.

 

Exemple

L'alcool isopropylique est modérément irritant pour les yeux et peu ou pas irritant pour la peau. L'exposition aux vapeurs de ce produit peut causer une irritation des yeux et des voies respiratoires supérieures.

L'hydroxyde de sodium est un produit corrosif qui peut causer des brûlures graves accompagnées d'ulcérations profondes de la peau. Sur les yeux, il provoque une désintégration et une escarrification de la conjonctive et de la cornée accompagnées d'œdème et d'une ulcération. L'opacification permanente de la cornée est également possible. L'exposition aux poussières ou aux brouillards peut causer une irritation et une ulcération des voies nasales. Un œdème pulmonaire peut se manifester dans les cas de fortes expositions aux poussières ou aux brouillards.

Retour au début du contenu de cette page

 

Sensibilisation au produit

La sensibilisation est une réaction immunologique de l'organisme. Elle se produit à la suite de l'exposition à une substance chimique ou biologique et conduit à une réponse allergique des voies respiratoires (rhinite, asthme) ou de la peau (eczéma). L'exposition à la substance sensibilisante peut avoir été sans conséquence préalablement, jusqu'à ce qu'une première réponse allergique se manifeste.

 

Exemple

Après un premier contact avec les isocyanates (TDI, HDI, MDI, etc.), on peut observer une sensibilisation des voies respiratoires (asthme) chez certaines personnes lors d'un contact subséquent.

Le formaldéhyde (utilisé comme agent de conservation dans divers types de produits, telles des huiles de coupe) est un sensibilisant de la peau.

Retour au début du contenu de cette page

 

Cancérogénicité

Dans ce champ, il est précisé si le produit peut ou non causer le cancer. Le SIMDUT utilise les systèmes de classification du CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) et de l'ACGIH (American Conference of Governmental Industrial Hygienists) pour déterminer le potentiel cancérogène d'un produit. Le fait qu'une substance soit classée A1 et A2 par l'ACGIH ou groupe 1, 2A et 2B par le CIRC, constitue une preuve de cancérogénicité selon le SIMDUT. Les substances peuvent être qualifiées de cancérogènes prouvés, probables ou possibles, selon le degré d'évidence observé.

 

Exemple

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) considère que le styrène est peut-être cancérogène pour l'homme (groupe 2B).

 
0-5 ans 5-10 ans 10-15 ans

Retour au début du contenu de cette page

 

Effets toxiques sur la reproduction

Certaines substances peuvent exercer une action toxique sur la reproduction, c'est-à-dire qu'elles peuvent causer une altération de la fertilité affectant ainsi la capacité de reproduction de la femme ou de l'homme. Par exemple, certaines substances peuvent avoir des effets sur l'activité hormonale, la spermatogenèse, etc., ce qui peut affecter la fertilité.

 

Exemple

Le disulfure de carbone peut causer des atteintes spermatiques ainsi que des désordres menstruels chez l'humain.

 

Retour au début du contenu de cette page

 

Tératogénicité

Dans cette section il est précisé si le produit peut causer une malformation chez le nouveau-né. Comme le Règlement sur les produits contrôlés exige que l'ensemble des effets sur le développement soient mentionnés, les effets embryotoxiques et fœtotoxiques (ce sont les effets autres que les malformations) doivent figurer sur la fiche. Il peut s'agir, par exemple, de la réduction du poids corporel, d'un retard de la croissance, d'une dysfonction, de la mort, etc. Les effets sur le développement postnatal (après la naissance) y sont également indiqués. La plupart du temps, les informations proviennent d'études effectuées sur les animaux.

 

Exemple

Le toluène a un effet embryotoxique et/ou fœtotoxique chez l'animal.

Effet embryotoxique

Retour au début du contenu de cette page

 

Mutagénicité

Ce champ indique si la substance peut causer des mutations (changements) du matériel génétique (ADN) des cellules. Des mutations de l'ADN des cellules reproductrices ou germinales (ovules et spermatozoïdes) peuvent causer des effets héréditaires, c'est-à-dire transmissibles à la descendance. Des atteintes des autres cellules (cellules non reproductrices ou somatiques) ne causent pas d'effets héréditaires, mais peuvent entraîner la mortalité cellulaire, la transmission de la mutation aux cellules d'un même tissu ou le cancer.

 

Exemple

Le benzène est mutagène chez l'humain.

Effet embryotoxique

Retour au début du contenu de cette page

 

Nom des produits toxicologiquement synergiques

Il s'agit des substances ou des produits qui interagissent avec le produit contrôlé pour produire un effet toxique supérieur à la somme de leurs effets séparés.

Il existe d'autres types d'interactions entre les produits chimiques, par exemple l'antagonisme (effets toxiques amoindris), l'effet additif (effets qui s'additionnent), etc. Cependant, le Règlement sur les produits contrôlés n'exige pas que ces effets soient mentionnés sur la fiche signalétique.

 

Exemple

La durée des effets toxiques du xylène est augmentée par la consommation d'alcool ou d'aspirine.

Xylène + Alcool

Retour au début du contenu de cette page