Guide d'utilisation d'une fiche signalétique​

8. Risques d'incendie ou d'explosion

*Renseignements non obligatoires aux fins du SIMDUT.


 

Point d'éclair et méthode de détermination

Le point d'éclair est la température la plus basse à laquelle un produit dégage assez de vapeurs pour former avec l'air un mélange inflammable au contact d'une flamme ou d'une étincelle. On détermine le point d'éclair d'un produit par l'une ou l'autre des deux méthodes suivantes : en coupelle fermée, c'est-à-dire à l'intérieur du récipient qui le contient ou en coupelle ouverte, c'est-à-dire au voisinage de la surface du liquide. Plus le point d'éclair d'un liquide est bas, plus le risque d'incendie est grand.

 

Exemple

Le butanol normal a un point d'éclair en coupelle fermée de 29°C (méthode Set-a-flash). Il est donc extrêmement inflammable par une chaude journée d'été lorsque ses vapeurs entrent en contact avec une flamme ou une étincelle.

 

Retour au début du contenu de cette page


20° C

25° C

29° C

 

Limites inférieure et supérieure d’inflammabilité ou d’explosibilité

Il s'agit des concentrations minimale et maximale d'un produit dans l'air entre lesquelles peut se former un mélange inflammable ou explosif en présence d'une source d'ignition. Ces concentrations sont exprimées en pourcentage de volume dans l'air. Ces valeurs varient en fonction de la température et de la pression. Ainsi, sauf indication contraire, elles sont normalement données à 25 °C et à 1 atm.

 

Exemple

L'éthylène a une limite inférieure d'explosibilité de 2,7 % et une limite supérieure de 36 %. Donc, en présence d'une source d'ignition, si la concentration du gaz est inférieure à 2,7  % ou supérieure à 36 %, il n'y a pas de risque d'explosion. Mais si la concentration du produit se situe entre ces deux limites, le mélange risque d'exploser. Il est nécessaire de maintenir la concentration du produit dans l'air sous sa limite inférieure d'explosibilité, par exemple par une ventilation appropriée.

Retour au début du contenu de cette page


1%

1,5%

2,7%

 

Température d'auto-ignition

C'est la température la plus basse à laquelle survient la combustion spontanée d'un produit qui s'amorce d'elle-même en l'absence de toute flamme ou étincelle. Plus la température d'autoignition se rapproche de la température ambiante, plus le risque d'incendie est grand.

 

Exemple

La térébenthine a une température d'auto-ignition de 253 °C. Donc, elle ne s'enflammera pas d'elle même à la température ambiante.

Solide - Liquide - Gazeux

Retour au début du contenu de cette page

 

Conditions d'inflammabilité

Les conditions d'inflammabilité indiquent si un produit risque de prendre feu et dans quelles conditions.

 

Exemple

Le toluène est un liquide inflammable et il s'enflammera donc s'il se trouve près d'une source d'ignition.

 

Note. – Lorsqu'un produit est classé « inflammable », il faut prendre les moyens nécessaires pour éviter qu'il n'atteigne sa température d'autoignition ou son point d'éclair, selon le cas.

Retour au début du contenu de cette page

 

Conditions d'explosibilité

Les conditions d'explosibilité indiquent si un produit est susceptible ou non d'exploser lorsqu'il est utilisé.

 

Exemple

Les vapeurs de toluène forment avec l'air un mélange explosif.

Retour au début du contenu de cette page

 

Données sur l'explosibilité - sensibilité aux chocs

Ces données indiquent s'il y a ou non un risque d'explosion en cas de choc et, dans cette éventualité, elles précisent les conditions dans lesquelles l'explosion pourrait survenir.

 

Exemple

L'acide picrique peut exploser sous un choc.

Retour au début du contenu de cette page

 

Données sur l'explosibilité - sensibilité aux décharges électrostatiques

Ces données indiquent s'il y a ou non un risque d'explosion en cas de décharge électrostatique et, dans cette éventualité, elles précisent les conditions dans lesquelles l'explosion pourrait survenir.

 

Exemple

Le xylène peut accumuler une charge électrostatique lorsqu'il est agité ou lorsqu'il s'écoule dans des tuyaux, ce qui peut provoquer l'ignition des vapeurs.

Retour au début du contenu de cette page

 

Moyens d'extinction

La présence du produit et tout incendie dont il peut être la cause exigent que l'on ait à sa disposition les moyens d'extinction voulus. Ce champ énumère ces moyens.

 

Exemple

Toluène : Dioxyde de carbone, poudre chimique sèche, eau pulvérisée, mousse d'alcool.

Retour au début du contenu de cette page

 

Techniques spéciales

La présence du produit et tout incendie dont il peut être la cause exigent que l'on prenne les mesures qui s'imposent en l'occurrence. Ce champ décrit ces mesures en plus d'indiquer les mesures particulières à prendre pour éviter une explosion ou la propagation de l'incendie.

 

Exemple

Toluène : Porter un appareil de protection respiratoire autonome. Les vapeurs sont plus lourdes que l'air et peuvent parcourir une grande distance vers une source d'ignition et ainsi provoquer un retour de flamme.

Retour au début du contenu de cette page

 

Produits de combustion dangereux

Ce champ énumère les produits dangereux pour la santé et la sécurité que la combustion d'un produit peut générer.

 

Exemple

Toluène : Dioxyde de carbone, monoxyde de carbone.

Retour au début du contenu de cette page