Glossaire

Aberration chromosomique
​Il s'agit de modifications qui résultent de dommages touchant les chromosomes ou les chromatides (élément du chromosome). Elles peuvent être de deux types,  le premier type concerne des anomalies dans la structure des chromosomes alors que le second met en évidence une variation dans le nombre normal de chromosomes. Ces modifications fournissent une indication d'un effet génétique.
Absorption
Passage d'une substance de l'extérieur à l'intérieur de l'organisme. Les voies d'absorption sont des voies par lesquelles une substance pénètre sans lésion dans l'organisme. Les voies d'absorption habituelles en milieu de travail sont les voies respiratoires (par inhalation) et la peau (par pénétration cutanée). La voie digestive (par ingestion) est la moins fréquente.
ACGIH
(American Conference of Governemental Industrial Hygienists)
Organisation américaine non gouvernementale regroupant les hygiénistes industriels des agences gouvernementales américaines. L'ACGIH met au point et publie des normes d'exposition recommandées pour les produits chimiques, les agents physiques ainsi qu'une liste d'indices d'exposition biologique.
Acide
Se dit d'une substance chimique pouvant libérer un ion hydrogène (H+). Le degré d'acidité est mesuré en unité de pH variant de 0 à 7, où 7 est neutre et 0 très acide. Selon le SIMDUT, une substance appartient à la catégorie des matières corrosives si son pH est égal ou inférieur à 2 en absence de données spécifiques.
Acide folique
Vitamine hydrosoluble appartenant au groupe B. Elle a un rôle important dans la formation des cellules de l'organisme (notamment dans la formation des globules rouges par la moelle osseuse), dans la synthèse de l'ADN et le métabolisme de certains acides aminés (ex. homocystéine).

Durant la grossesse, l'acide folique joue un rôle important dans le développement de l'embryon et du foetus, surtout dans les premières semaines de la gestation. La carence en acide folique est une des causes des malformations congénitales du tube neural comme le spina bifida.

Acidose métabolique
C'est un trouble de l'équilibre acido-basique de l'organisme. Il correspond à un excès d'acide dans le sang. L'équilibre acido-basique est le rapport constant et équilibré entre les acides et les bases dans l'organisme.
Acro-ostéolyse
Destruction progressive du tissu osseux de l'extrémité des doigts et des orteils.
Adduit
Produit d'addition suite à une réaction chimique entre deux molécules qui implique un lien covalent. En génétique, c'est le produit de réaction entre un produit chimique et l'ADN. La présence d'adduit à l'ADN n'implique pas nécessairement un effet génétique.
Adénocarcinome
Carcinome dont la structure s'apparente à celle d'une glande (cellules organisées autour d'une cavité).
Adénome
Tumeur bénigne due à la prolifération d'un épithélium glandulaire normal (ex. adénome prostatique).
Adénopathie
Inflammation chronique des ganglions lymphatiques.
Adjuvant
En médecine, préparation administrée en même temps qu'un antigène pour accroître la réponse immunologique de ce dernier.
ADN
L'acide désoxyribonucléique (ADN) est une macromolécule (molécule géante) qui se présente sous la forme de deux brins complémentaires enroulés l'un autour de l'autre en double hélice. L'ADN est le constituant principal des chromosomes, donc du support du matériel génétique. L'ADN déroulé s'étire en un très long fil qui est constitué par un enchaînement de quatre substances chimiques symbolisées par leur première lettre : A (Adénine), T (Thymine), C (Cytosine) et G (Guanine). Leur enchaînement précis constitue le message génétique.
Agénésie
Absence ou arrêt de dévelopement d'un tissu, d'un organe ou d'une partie du corps.
ALARA
(As low as reasonably achievable)
Aussi bas qu'il est raisonnablement possible de réaliser.
Albuminurie
Présence d'albumine dans l'urine.
Alcalis
Carbonates, hydroxydes, silicates, etc. de métaux alcalins (ex. hydroxyde de sodium, hydroxyde de potassium, etc.). Les alcalis sont des substances basiques.
Alcanes
Voir «Hydrocarbures paraffiniques».
Allergène
Substance susceptible de causer une réaction allergique chez certaines personnes.
Allotropique
Se dit des différentes formes sous lesquelles peut se présenter un produit, ces formes ayant des propriétés physiques différentes (densité, dureté, couleur, par exemple) mais la même formule moléculaire et les mêmes propriétés chimiques. Par exemple, le graphite et le diamant sont deux formes allotropiques du carbone.
Alopécie
Chute totale ou partielle, habituellement temporaire, des cheveux ou des poils.
Alvéolite
Inflammation des alvéoles pulmonaires.
Alvéolite allergique
Voir «Pneumopathie d'hypersensibilité».
Amiante
Forme fibreuse des silicates minéraux appartenant aux roches métamorphiques du groupe des serpentines, c'est-à-dire le chrysotile, et du groupe des amphiboles, c'est-à-dire l'actinolite, l'amosite l'anthophyllite, la crocidolite, la trémolite ou tout mélange contenant un ou plusieurs de ces minéraux.
Amnésie
Perte totale ou partielle de la mémoire.
Androgène
Hormone stéroïde mâle (par exemple la testostérone) qui favorise le développement des organes génitaux externes, la formation du sperme et l'apparition des caractères sexuels secondaires masculins.
Anémie
Diminution du nombre des globules rouges ou de la quantité d'hémoglobine par unité de volume de sang.
Anencéphalie
Absence d'encéphale et de voûte crânienne.
Aneuploïdie
Existence d'un nombre anormal de chromosomes, en plus ou en moins, dans le génome d'une cellule, p. ex. la trisomie 21 (état caractérisé par un chromosome surnuméraire qui est responsable du mongolisme).
Anhydre
Milieu qui ne contient pas d'eau, par opposition à humide; ou substance qui ne contient pas d'eau, par opposition à hydratée.
Anophtalmie
Absence congénitale d'un oeil ou des deux yeux.
Anorexie
Perte ou diminution de l'appétit.
Anoxie
Diminution de la quantité d'oxygène distribuée dans les tissus par le sang.
ANSI
(American National Standards Institute)
Organisation privée qui identifie les consensus sur les standards et coordonne leurs développements.
Anticorps
Substance protéinique élaborée par les lymphocytes du sang (globules blancs) en réaction à l’introduction d’une substance étrangère dans l’organisme.
Antigène
Substance étrangère qui provoque la formation d’un anticorps spécifique.
Anurie
Absence d'urine dans la vessie.
Apathie
Affaiblissement affectif accompagné d'une indifférence aux stimuli extérieurs.
Apnée
Arrêt plus ou moins prolongé de la respiration.
Argyrie
Intoxication par l'argent et ses sels.
Arthralgie
Douleur articulaire.
Arythmie
Perturbation du rythme des battements du coeur.
Asphyxie
Difficulté ou arrêt de la respiration. Il existe deux types d'asphyxie: l'asphyxie chimique et l'asphyxie simple.
Asphyxie chimique
Asphyxie causée par l'inhibition des mécanismes de la respiration cellulaire. Par exemple, le monoxyde de carbone peut causer une asphyxie chimique.
Asphyxie simple
Asphyxie causée par une déficience en oxygène dans l'air, sans interférer avec la mécanique de la respiration. Par exemple, l'acétylène peut causer une asphyxie simple.
Asthénie
Diminution ou perte des forces physiques et psychiques.
Asthme
C'est une maladie respiratoire causée par une réaction inflammatoire des bronches et qui se manifeste par des symptômes tels que de la difficulté à respirer, de la toux et des sifflements.
Pour plus d'information
ASTM
(American Society for Testing and Materials)
Organisation qui gère les consensus sur les standards pour la caractérisation et l'emploi de matériaux.
Asymptomatique
Absence de symptômes ou de signes cliniques décelables.
Ataxie
Incoordination des mouvements.
Atélectasie
Affaissement des alvéoles pulmonaires alors qu'il y a absence de ventilation.
Atopie
Tendance à présenter des manifestations telles que l'asthme, le rhume des foins et d'autres manifestations allergiques au contact d'agents allergènes, inoffensifs pour les individus normaux (ex. poussières de maison, pollen).
Atrophie
Diminution du poids et du volume d'un organe, d'un tissu ou des cellules.
Avorton
Terme utilisé en développement, indiquant l'animal le plus faible et le plus petit d'une portée (en anglais : runt).
Axe hypothalamo-hypophysaire
Concept basé sur un rapport d'interdépendance anatomique et fonctionnelle entre l'hypothalamus (région du cerveau qui est reliée à l'hypophyse par une tige) et l'hypophyse (glande endocrine située à la base du crâne).
Axone
Prolongement du neurone, entouré ou non d'une gaine de myéline, qui assure la conduction de l'influx nerveux à partir du corps cellulaire.
Azotémie
Quantité d'azote dans le sang.
Azoturie
Quantité d'azote dans l'urine.
Barrière hémato-encéphalique
Ce n'est pas une barrière au sens physique du terme. Il s'agit pluôt d'une perméabilité réduite au niveau de la paroi des capillaires du système nerveux central. Ceci crée une barrière au passage de la plupart des ions et des composés de haut poids moléculaire, du sang vers le tissu cérébral.
Base
Se dit d'une substance chimique pouvant libérer un ion hydroxyde (OH-). Le degré de basicité est mesuré en unité de pH variant de 7 à 14, où 7 est neutre et 14 très basique. Selon le SIMDUT, une substance appartient à la catégorie des matières corrosives si son pH est égal ou supérieur à 11,5 en absence de données spécifiques.
BEI
(Biological Exposure Indice)
Voir Indice d'exposition biologique.
Biodisponibilité
Quantité de substance ou de principe actif disponible dans la circulation sanguine.
Biopersistance
Caractéristique se rapportant à la durée de séjour ou de rétention d'une particule ou d'une fibre dans un tissu ou un organe. La biopersistance est une notion qui dépend de plusieurs paramètres : solubilité dans le milieu biologique, potentiel d'épuration, dimension et composition des fibres, etc.
Biopersistance pulmonaire
Durée de séjour d'une substance dans le poumon. La biopersistance pulmonaire correspond à la demi-vie après la déposition pulmonaire. C'est une notion qui dépend de plusieurs paramètres comme la dimension, la solubilité dans le milieu biologique, la capacité de transformation des fibres et du potentiel d'épuration de l'individu.
Blépharite
Inflammation du bord libre de la paupière. Elle se manifeste par des démangeaisons et une paupière rouge et enflée (oedémateuse).
Blépharospasme
Contraction spasmodique du muscle orbiculaire des paupières (pourtour des yeux).
Bradycardie
Ralentissement de la fréquence des battements du coeur.
Bradykinésie
Lenteur anormale des mouvements volontaires.
Bronchite
Inflammation des bronches.
Bronchoconstriction
Contraction avec rétrécissement des bronches.
Bronchospasme
Contraction spasmodique des muscles entourant les bronches. Le bronchospasme peut avoir une origine non toxique (ex. asthme, choc anaphylactique) ou une origine toxique (ex. exposition à des gaz irritants).
Byssinose
Affection pulmonaire due à l'inhalation chronique de poussières de coton.
Cancer primitif
Première tumeur qui atteint un organe et qui peut être à l'origine de métastases.
Cancérogène (Effet)
Indique que le produit peut causer le cancer. Voir Tumeur.
Capacité vitale
Volume maximal d'air expiré des poumons lors d'une expiration forcée, après une inspiration maximale.
Caractéristiques de l'exposition
Définit ou caractérise l'exposition à un produit en établissant des relations entre ses propriétés physiques ou entre celles-ci et les données utiles en hygiène industrielle.
Carboxyhémoglobine
Molécule résultant de la combinaison entre le monoxyde de carbone et l'hémoglobine. Cette combinaison empêche la fixation de l'oxygène sur l'hémoglobine et nuit à la fonction d'oxygénation des hématies (globules rouges). La carboxyhémoglobine peut se former à la suite d'une intoxication au monoxyde de carbone.
Carboxyhémoglobinémie
Présence de carboxyhémoglobine dans le sang.
Carcinome
Tumeur maligne constituée d'un tissu épithélial (ex. néphrocarcinome).
Cardiomégalie
Augmentation du volume du coeur.
Cardiomyopathie
Affection du muscle cardiaque.
Catécholamine
Substance chimique faisant partie de la famille des neurotransmetteurs. Il existe trois catécholamines : l'adrénaline, la noradrénaline et la dopamine.
Cathartique
Substance qui stimule l'évacuation par l'intestin.
Cavité pleurale
Espace entre les deux feuillets de la plèvre. Il contient le liquide pleural qui empêche les deux feuillets de coller l'un à l'autre et permet ainsi les mouvements respiratoires.
CCHST
Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail. Le CCHST est un organisme du gouvernement fédéral du Canada. Sa mission est d'éliminer toutes les maladies et les blessures liées au travail sur le territoire canadien.
CCOHS
(Canadian Center for Occupational Health and Safety)
Voir CCHST.
CCSN
Commission canadienne de sûreté nucléaire. Organisme indépendant du gouvernement du Canada qui joue le rôle de protecteur de l'intérêt public, veillant sur presque toutes les activités faisant appel à l'énergie et aux matières nucléaires au Canada.
Cécité
Perte de la vue.
Cellule caliciforme
Cellule en forme de calice, sécrétant du mucus afin de protéger la surface de l'épithélium. Elles proviennent de l'épithélium respiratoire ou intestinal et elles sont considérées comme des glandes unicellulaires.
Cellule mésothéliale
Cellule qui origine du mésothélium.
Cellule squameuse
Cellule d'origine épithéliale (l'épithélium est un tissu de revêtement).
Céphalée
Mal de tête.
CERHR
(Center for Evaluation of Risks to Human Reproduction)
C'est le Centre pour l'évaluation des risques pour la reproduction humaine du National Toxicology Program (NTP). Il a été mis en place par le NTP et le National Institute of Environmental Health Sciences (NIEHS) des États-Unis en 1998. Il sert de source d'information pour le public et les agences gouvernementales.
Charge corporelle
Quantité totale d'une substance présente à un moment donné dans le corps d'un humain ou d'un animal.
CHEMTREC
(Chemical Transportation Emergency Center)
Centre d'information d'urgence sur les matières transportées aux États-Unis.
Chloracné
Maladie de la peau, du type acné, due à l'exposition à certains produits chlorés.
Chlorhydrate
Substance chimique possédant au moins une fonction aminée, qui se combine au chlorure d'hydrogène dans une proportion bien définie (ex. chlorhydrate d'hydroxylamine).
Choc anaphylactique
Le choc anaphylactique est une réaction allergique grave. La réaction se produit dans les minutes qui suivent l'exposition à un allergène (nouveau contact considéré comme déclenchant) et se caractérise par une urticaire généralisée, des difficultés respiratoires et une baisse de la tension artérielle. Le traitement doit s'effectuer sans délai.
Cholinestérase
Enzyme présente dans le sang (provoque l'hydrolyse des esters de la choline).
Chorée
Syndrome caractérisé par des contractions musculaires involontaires, spontanées, brusques et brèves, irrégulières et de grande amplitude, variables dans leur distribution, leur fréquence et leur intensité, persistant pendant le repos et provoquant de l'incoordination dans les mouvements voulus, des douleurs articulaires et parfois un syndrome inflammatoire.
Chromatide
Chacune des "moitiés" d'un chromosome dans sa forme en X.
Chromatides soeurs
Les deux chromatides d'un même chromosome.
Chromatine
Le génome entier (ADN et protéines) dans sa forme longue et filamenteuse typique de l'interphase (période entre deux mitoses).
Chromosome
Chacun des éléments essentiels du noyau cellulaire visibles sous forme de bâtonnets lors de la mitose. Chaque chromosome se divise de façon longitudinale, donnant naissance à deux filaments jumeaux parfaitement égaux. Le nombre des chromosomes est constant pour une espèce déterminée (46 chez l'homme). Ils sont constitués essentiellement d'une double chaîne d'acide désoxyribonucléique (ADN) et sont les supports des gènes.

 

Les chromosomes autosomiques ou autosomes (44 chez l'homme) n'interviennent pas dans la détermination du sexe alors que les chromosomes sexuels (2 chez l'homme) sont ceux qui déterminent le sexe (on connaît les deux types X et Y, dont la combinaison XX est celle du sexe féminin et la combinaison XY celle du sexe masculin).

CIIT
(Chemical Industry Institute of Toxicology)
Institut de recherche en toxicologie qui a été fondé en 1974 et qui est localisé en Caroline du Nord aux États-Unis ("Research Triangle Park"). Il est à but non lucratif et est soutenu par de nombreuses compagnies. Il se consacre à fournir des bases scientifiques pour la compréhension et l'estimation du potentiel toxique des produits chimiques, pharmaceutiques et des produits de consommation sur la santé humaine.
CIRC
(Centre international de recherche sur le cancer)
Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) est un centre de recherche qui fait partie de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). La mission du CIRC est de coordonner et d'effectuer des recherches sur les causes du cancer chez l'homme, les mécanismes de cancérogenèse et le développement de stratégies scientifiques pour le contrôle du cancer. L'agence est impliquée dans la recherche épidémiologique et expérimentale ainsi que dans la diffusion de l'information scientifique au moyen de diverses activités telles que les publications, les cours, etc.
Circulation entéro-hépatique
Circulation des substances qui sont absorbées par l'intestin puis transportées au foie où elles sont excrétées dans la bile et entent dans l'intestin à nouveau (ex. le manganèse).
Cirrhose
Maladie chronique et progressive affectant la structure et la fonction du foie.
Clairance
Mesure de la capacité d'un organe à se débarrasser d'une substance (quantité de substance éliminée par unité de temps). C'est une notion qui s'applique au foie (clairance hépatique), aux reins (clairance rénale), aux poumons (clairance pulmonaire), au plasma (clairance plasmatique), etc.
Clairance mucociliaire
Mécanisme par lequel les particules inhalées, de taille trop importante pour être absorbées par la voie pulmonaire, sont absorbées par la voie digestive. Ainsi, les particules ayant un diamètre de deux à cinq µm qui sont déposées dans la région trachéobronchiale sont propulsées vers la bouche, par l'action combinée du mucus et des cils de la muqueuse respiratoire. Elles sont ensuite avalées et peuvent être absorbées par la voie digestive.
Clastogène
Qui peut altérer la structure des chromosomes (susceptible de rompre un chromosome en plusieurs segments).
Clivage
Tendance des minéraux à se briser (se cliver) selon certaines directions planes ou plan bien défini suivant lequel un minéral se fend plus ou moins facilement, p. ex. un bris longitudinal fait selon l'orientation du plan du réseau cristallin.
CNPI
Code national de prévention des incendies, publié par la Commission canadienne des codes du bâtiment et de prévention des incendies du Conseil national de recherche du Canada. C'est un code national modèle pouvant être adopté par les gouvernements provinciaux et territoriaux.
CNSC
(Canadian Nuclear Safety Commission).
Voir CCSN .
Coeur pulmonaire chronique
Terme qui désigne une affection cardiaque causée par une pathologie pulmonaire lentement progressive comme dans le cas de la silicose.
Collagénose
Maladie caractérisée par une dégénérescence du collagène (qui est le composant essentiel des fibrilles et fibres du tissu conjonctif).
Collapsus
Diminution rapide des forces et de la pression artérielle pouvant conduire à l'état de choc.
Colostrum
Liquide sécrété par les glandes mammaires, peu de temps après l'accouchement, avant la véritable sécrétion lactée (montée de lait).
Comète (essai de la )
Électrophorèse sur gel d'une cellule ("Single cell gel electrophoretic assay ou SCGE") qui permet de mesurer les bris du brin d'ADN. Le bris de l'ADN cause un relâchement de l'enroulement et la boucle d'ADN est alors libre pour se déplacer vers l'anode. Ceci donne l'aspect d'une comète. Plus la queue de la comète est importante, plus les dommages le sont également.
Compliance
Mesure de la capacité de distension d'une structure déterminée (ex : poumons, vessie, vésicule biliaire) qui est exprimée par le rapport entre le volume du réservoir et la pression du liquide ou de l'air qu'elle contient.
CONCAWE
(Conservation of Clean Air and Water in Europe)
Organisation européenne des compagnies pétrolières pour l'environnement, la santé et la sécurité.
Concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine (CCMH)
Rapport entre le poids de l'hémoglobine et le volume des globules contenus dans un même volume de sang.
Conceptus
Terme utilisé pour désigner le produit de conception, c'est-à-dire l'embryon ou le foetus et leurs annexes (membranes). Il comprend les structures qui se développent de la fécondation à la naissance.
Congestion
Accumulation anormale de sang dans les vaisseaux d'un tissu, d'un organe ou d'une partie du corps.
Conjonctivite
Inflammation de la conjonctive (muqueuse recouvrant l'oeil).
Convulsions
Contractions violentes involontaires des muscles.
Corps d'amiante (ou corps amiantosique ou corps asbestosique)
Petites particules en forme d'haltère contenant des fibres d'amiante enrobées de protéine et de fer. Ces corps sont recherchés dans l'expectoration ou le liquide provenant du lavage bronchoalvéolaire ou dans le tissu pulmonaire. Ils ne sont généralement pas dangereux, mais leur présence indique que la personne a été exposée à l'amiante.
Corrosion
Destruction des tissus biologiques (peau, cornée, etc.) ou des matériaux. En absence de données spécifiques, selon le SIMDUT une substance appartient à la catégorie des matières corrosives si son pH est égal ou inférieur à 2 ou s'iil est égal ou supérieur à 11,5.
CSTC

Code de sécurité pour les travaux de construction (S-2.1, r. 4). Pour accéder au texte intégral.

Cutané
Qui se rapporte à la peau.
CVF
"Capacité vitale forcée"
Volume total d'air expiré après une inspiration profonde.
Cyanose
Coloration bleutée de la peau et des muqueuses produite par un manque d'oxygène.
Cycle oestral
Modification périodique de l'utérus et du vagin déclenchée par les sécrétions ovariennes et qui préparent à la fécondation et à la gestation. On distingue quatre phases : une phase folliculinique, le pré-oestrus; puis l'oestrus qui correspond à l'ovulation et à la période où la fécondation est possible; une phase folliculo-lutéinique, le post-oestrus ou métoestrus, de préparation à la gestation, puis une phase de au retour au repos, le dioestrus ou interoestrus.
Cycloalcanes
Voir «Hydrocarbures naphténiques».
Cytochrome P450 ou P-450
Famille d'enzymes que l'on retrouve dans la plupart des êtres vivants. Elles jouent un rôle important en pharmacologie et en toxicologie puisqu'elles sont impliquées dans la biotransformation. Les activités d'oxydation du cytochrome P450 conduisent normalement à une élimination plus facile des métabolites.
Cytochromes
Protéines qui jouent un rôle important dans le fonctionnement de la cellule. Certains cytochromes possèdent une activité enzymatique, p. ex. le cytochrome P450 2E1 (CYP2E1).
Cytokine
Substance sécrétée par les lymphocytes (globules blancs) et les macrophages, impliquée dans le développement et la régulation des réponses immunitaires.
Dégénérescence
Transformation anormale d'un organe, d'un tissu ou d'une faculté entraînant une altération de son fonctionnement, mais pas toujours de façon définitive.
Déliquescent
Substance qui absorbe l'humidité de l'air au point de devenir liquide.
DEM
(Débit expiratoire maximal)
Débit instantané mesuré après expiration d'un pourcentage de la capacité vitale. On utilise DEM 25 %, DEM 50 %, DEM 75 % et DEM 25-75 %. Le DEM (25-75) ou DEMM correspond au débit expiratoire maximal médian calculé entre 25 et 75 % de la capacité vitale.
DEP
(Débit expiratoire de pointe)
Vitesse maximale à laquelle l'air peut être expiré du poumon au cours d'une expiration forcée.
Dermatose
Nom générique de toutes les affections de la peau.
Dermite (ou dermatite)
Inflammation de la peau.
Desquamation
Élimination anormale des couches superficielles de la peau en petites lamelles.
Développement (Effets sur le)
Indique que des effets peuvent survenir au cours du développement prénatal (avant la naissance) et/ou postnatal (après la naissance jusqu'à la puberté). Ces effets comprennent les malformations congénitales (effet tératogène), les effets sur l'embryon ou le foetus (retard de croissance, diminution du poids corporel, mort, etc.) ainsi que les effets postnataux (trouble du comportement, etc.).
DFG
(Deutsche Forschungsgemeinschaft)
Commission allemande pour la recherche sur les risques à la santé des produits chimiques en milieu de travail. La DFG publie des normes d'exposition recommandées pour les produits chimiques (les valeurs MAK) et des indices biologiques d'exposition (les valeurs BAT).
Diamètre aérodynamique
Diamètre d'une particule sphérique de densité égale à 1 g/cm³ ayant la même vitesse de dépôt que la particule mesurée. Le diamètre aérodynamique permet de quantifier la dimension d'une particule aérienne.
Dioestrus
Voir cycle oestral.
Diploïde
Qui possède des chromosomes par paires. La diploïdie se retrouve dans toutes les cellules, à l'exception des cellules sexuelles.
Distal
Qui est le plus éloigné.
Diurèse
Formation et excrétion de l'urine.
Diurétique
Qui augmente le débit urinaire.
DIVS
(Danger immédiat pour la vie ou la santé)
Cette valeur représente la concentration maximale d'un produit présent dans un milieu et duquel un individu peut s'échapper dans un délai de 30 minutes, sans présenter de symptômes pouvant l'empêcher de fuir et sans produire des effets irréversibles sur sa santé. Cette concentration a été définie dans le but de sélectionner un appareil de protection respiratoire approprié. (Cette désignation provient de l'organisme NIOSH, National Institute for Occupational Safety and Health, l'acronyme anglais est " IDLH ".)
Dopamine
Neurotransmetteur qui a un rôle important au niveau du cerveau. Sa disparition dans certaines régions du cerveau est la cause de la maladie de Parkinson. La dopamine a également une action anti-prolactine.
Dysarthrie
Trouble de l'articulation des mots.
Dysidrose (dyshidrose, eczéma dysidrosique ou pompholix)
Dermatose caractérisée par la présence de vésicules et de bulles affectant les pieds et les mains sur les faces latérales des doigts et dans les espaces entre ceux-ci. Les causes connues sont : une infection locale par un champignon microscopique, une infection microbienne locale, une allergie de contact (ex. nickel) et l'atopie.
Dysmétrie
Difficulté de coordination caractérisée par un manque de mesure dans l'amplitude des mouvements musculaires.
Dysphagie
Difficulté à avaler.
Dysphonie
Altération de la voix.
Dyspnée
Difficulté à respirer.
Dystonie
Trouble du tonus donnant lieu à des contractions musculaires involontaires et durables, provoquant des attitudes anormales.
Dysurie
Difficulté à uriner.
ECETOC
(European Chemical Industry Ecology and Toxicology)
C'est un organisme international non gouvernemental localisé en Europe. L'organisme fonctionne au moyen de groupes de travail dont les membres sont nommés par les compagnies ou des consultants qui proviennent du milieu académique. (www.ecetoc.org).
Échange de chromatides soeurs
Essai qui décèle les échanges réciproques d'ADN entre deux chromatides soeurs d'un chromosome en cours de duplication (qui se dédouble). Le processus implique probablement une cassure suivie d'une réunion de l'ADN.
EINECS
(European Inventory of Existing Commercial Chemical Substances)
Inventaire des substances chimiques "existantes" commercialisées sur le marché européen entre le 1er janvier 1971 et le 18 septembre 1981. La liste des substances chimiques "nouvelles" introduites sur le marché européen après le 18 septembre 1981 est la ELINCS (European List of Notified Chemical Substances). Ces deux listes sont publiées par la Commission Européenne. Le numéro d'identification à 7 chiffres, (numéro EC) est du type XXX-XXX-X. Ce numéro est à ne pas confondre avec le numéro d'index de l'annexe I de la directive 67/548/EEC qui est du type XXX-XXX-XX-X. Pour plus d'information consulter : http://echa.europa.eu/information-on-chemicals
ELINCS
(European List of Notified Chemical Substances)
Voir EINECS.
Embryon
Produit de la conception depuis l'oeuf fécondé jusqu'à la fin du troisième mois de la grossesse. Le stade embryonnaire précède le stade foetal.
Embryotoxique
Effet toxique sur l'embryon.
Emphysème pulmonaire
Maladie caractérisée par la dilatation ou la destruction des alvéoles pulmonaires.
Encéphalopathie
Nom générique donné aux maladies diffuses du cerveau.
Endogène
Une substance est dite endogène lorsqu'elle est fabriquée par l' organisme (ex. urée).
EPA (É.-U.)
(Environmental Protection Agency)
L'EPA est un organisme américain chargé de la protection de la santé humaine et de sauvegarder un environnement naturel (air, eau et sol) dont dépend la vie.
Épaississement pleural
Augmentation de l'épaisseur de la plèvre. L'affection peut être bénigne ou maligne, mais la distinction est souvent difficile.
Épididyme
Petit corps allongé situé sur la partie supérieure du testicule. Il est constitué d'un canal pelotonné sur lui-même, le canal épididymaire, dans lequel les spermatozoïdes y subissent leur maturation. L'épididyme est composé d'une tête, d'un corps et d'une queue. Il fait partie des voies spermatiques.
Épigastrique
Se dit de la région située entre les côtes et le sternum en haut, les flancs de chaque côté et la région de l'ombilic en bas.
Épithélium
Tissu de recouvrement des surfaces externes (peau, muqueuse des orifices naturels) et des surfaces internes de l'organisme (tube digestif, glandes).
Érosion dentaire
Lésion superficielle des dents.
Érythème
Rougeur de la peau due à une dilatation des vaisseaux capillaires.
Érythrocyte
Globule rouge.
Escarre, escarrification
Nécrose d’un tissu de revêtement cutané ou muqueux formant une croûte noirâtre.
Essai des ganglions lymphatiques locaux ou EGLL («Local Lymph Node Assay» ou LLNA)
Test de sensibilisation effectué chez la souris pour identifier les sensibilisants cutanés.
Il est basé sur des phénomènes immunologiques qui sont stimulés pendant la phase d'induction de la sensibilisation cutanée.
Étape limitante
Lorsqu'utilisé en toxicocinétique, c'est l'étape la plus lente au cours d'une réaction.
Étude exploratoire
Étude qui a pour objectif de sélectionner les doses à utiliser pour une étude ultérieure plus détaillée. L'étude exploratoire utilise généralement un nombre réduit d'animaux et une procédure d'examen simplifiée.
Eucaryote
Organisme qui possède un noyau bien différencié (ex. les cellules animales).
Euphorie
Impression intense de bien-être.
Exencéphalie
Anomalie congénitale correspondant à une sortie presque complète du cerveau (ou de l'encéphale) à travers la voûte crânienne.
Exogène
Qui se produit à l'extérieur de l'organisme.
Expectoration
Expulsion par la bouche de sécrétions provenant des voies respiratoires (crachat).
Facteurs de conversion
Pour convertir de mg/m³ en ppm (à 25°C et 760 mm Hg) : ppm = mg/m³ x (24,45 / masse moléculaire)
Pour convertir de mg/l en mg/m³ : 1 mg/m³ = mg/l x 1000
Pour convertir de mm Hg en kPa : kPa = mm Hg x (133,32 / 1000)
Fasciculation
Contraction isolée, involontaire et anarchique d'un groupe de fibres musculaires (n'aboutit jamais à un mouvement).
Fente labiopalatine ou bec-de-lièvre
Malformation congénitale du visage consistant en une fente de la lèvre supérieure associée à une fente de la mâchoire supérieure et de la voûte du palais.
Fermentation acétique
Transformation de l'alcool éthylique en acide acétique par l'action de bactéries comme celles de la famille des aerobacter.
Fermentation alcoolique

Transformation des sucres en alcool éthylique et en gaz carbonique par l'action de levures.

FEV1
(Forced Expiratory Volume in one second)
Acronyme anglais de VEMS.
Fibre respirable d'amiante
Toute fibre d'amiante dont le diamètre est inférieur à 3 micromètres (µm) et le rapport longueur-diamètre supérieur à 3 : 1; seules les fibres d'une longueur supérieure à 5 micromètres (µm) seront prises en compte pour des fins de mesure.
Fibrillation ventriculaire
Contractions rapides et désordonnées des fibres musculaires des ventricules du coeur, caractérisées par un pouls irrégulier, pouvant entraîner un arrêt du débit cardiaque.
Fibroadénome ou adénofibrome
Tumeur bénigne constituée de tissu conjonctif fibreux (fibrome) et de tissus appartenant à une glande (adénome). On la retrouve surtout dans le sein.
Fibrome
Tumeur bénigne formée d'un tissu fibreux, par exemple, un fibrome ovarien.
Fibrose pulmonaire
Affection causée par le développement de tissu conjonctif dans le parenchyme pulmonaire (tissu qui assure la fonction pulmonaire). Elle provoque une insuffisance respiratoire progressive.
Fibrose pulmonaire interstitielle diffuse
Affection qui atteint tout le tissu interstitiel du poumon et, plus particulièrement, la paroi alvéolaire, laquelle épaissit et empêche la diffusion de l'oxygène. Elle se manifeste par une dyspnée progressive avec cyanose et toux. Elle peut évoluer vers la mort par insuffisance cardiaque, en quelques mois ou quelques années.
Flatulence
Accumulation de gaz dans le tube digestif.
Flocage
Technique d'isolation qui consiste à projeter de l'amiante mélangé à un liant sur les murs et les plafonds des immeubles, pour les protéger de l'incendie.
Fluorose
Intoxication chronique caractéristique causée par le fluor et ses dérivés.
Foetotoxique
Effet toxique sur le foetus.
Foetus
Produit de la conception depuis la fin du troisième mois de la grossesse jusqu'à la fin de la vie intra-utérine. Le stade foetal fait suite au stade embryonnaire.
Folate

Sel dérivé de l'acide folique.

Follicule ovarien ou follicule de Graaf
Formation anatomique située à la surface de l'ovaire et contenant un ovocyte en formation.
Formule moléculaire brute
Représentation des éléments chimiques qui composent une substance pure ainsi que leur proportion relative. Le Répertoire toxicologique présente la formule moléculaire de la façon suivante : somme des atomes de carbone en premier, suivi des atomes d'hydrogène et présentation ensuite des autres atomes en ordre alphabétique. La séquence est inscrite sans tirets, sans espace et sans point. Ex. : C6H4BrNO2
Frittage
Traitement thermique par lequel les grains d'une poudre (minerai, polymère, etc.), préalablement comprimés à froid dans un moule métallique, sont chauffés à une température inférieure au point de fusion du constituant principal du mélange. Ceci a pour conséquence de souder les grains ensemble pour former une masse solide tout en conservant la forme donnée au comprimé.
FSH («Follicle Stimulating Hormone» ou hormone de stimulation folliculaire)
Hormone qui stimule la croissance et le développement des follicules ovariens et la spermatogenèse dans les testicules.
Fumée
Très petites particules solides en suspension dans l'air qui se forment lorsque de la vapeur d'une substance (normalement solide à température de la pièce) se refroidit.
FVC
(Forced Vital Capacity)
Acronyme anglais de CVF.
Ganglion
Renflement situé sur le trajet des vaisseaux lymphatiques (ganglions lymphatiques) et sur certains nerfs (ganglions nerveux).
Ganglion lymphatique
Ganglion qui produit une variété de cellules impliquées dans la fonction immunologique, p. ex. les lymphocytes.
Gastrochisis
Anomalie de défaut de fermeture de la paroi abdominale.
Gastro-entérite
Inflammation simultanée de la muqueuse de l'estomac et de l'intestin grêle.
Gène
Support matériel de l'hérédité situé sur les chromosomes à l'intérieur du noyau.
Génétique
Science de l'hérédité.
Génique
Qui concerne le gène.
Germinal
Qui se rapporte aux éléments reproducteurs des êtres vivants. Les cellules germinales sont les cellules reproductrices de l'organisme.
Gingivite
Inflammation des gencives.
Glaire cervicale
Sécrétion muqueuse alcaline, translucide et filante des glandes du col utérin, apparaissant périodiquement au moment de l'ovulation, protégeant les spermatozoïdes de l'acidité vaginale et indispensable à leur ascension.
Glandes de Harder
Glandes lacrymales accessoires situées dans le coin de l'oeil chez les animaux ayant une membrane nictitante (troisième paupière). Elles sécrètent un liquide qui facilite le déplacement de la troisième paupière. Elles sont rudimentaires chez l'homme.
Gliose
Prolifération anormale de la névroglie (tissu de soutien du système nerveux).
Glycosurie
Présence anormale du glucose dans l'urine.
Goitre
Augmentation du volume de la glande thyroïde.
GPMT (« Guinea Pig Maximization Test »)
Voir Test de maximisation chez le cochon d'Inde.
Granulomatose
Affection caractérisée par des granulomes multiples.
Granulomatose pulmonaire
Lésion pulmonaire caractérisée par la formation de petits nodules (granulomes).
Granulome
Petite tumeur bénigne de nature inflammatoire ayant une forme arrondie.
Halogène
Famille d'éléments chimiques ayant la propriété d'être oxydants : fluor, chlore, brome, iode et astate.
Haptène
Substance non protéinique combinée à une matière protéinique afin de lui permettre d’acquérir les qualités d’antigène spécifique.
Hémangiome
Tumeur caractérisée par la prolifération de tissu vasculaire sanguin.
Hématémèse
Vomissement de sang.
Hématocrite
Pourcentage du volume occupé par les globules rouges concentrés dans un échantillon de sang entier.
Hématome
Accumulation de sang localisée dans un tissu.
Hématurie
Présence de sang dans l'urine.
Hème
Molécule cyclique composée de protoporphyrine unie à un atome de fer ferreux (bivalent) capable de se combiner à l'oxygène. Elle est l'élément essentiel de divers pigments respiratoires (hémoglobine, myoglobine, cytochrome) et d'enzymes d'oxydoréduction (catalase, peroxydase).
Hémoglobine
Protéine constituant le pigment respiratoire des hématies (globules rouges). Elle a la capacité de fixer l'oxygène d'une manière réversible et d'en assurer le transport du milieu extérieur vers les cellules de l'organisme. Elle joue un rôle important dans la respiration cellulaire.
Hémoglobinurie
Présence d'hémoglobine dans l'urine.
Hémolyse
Destruction des globules rouges avec libération d'hémoglobine.
Hémorragie
Perte de sang.
Hépatomégalie
Augmentation du volume du foie.
Hépatosplénomégalie
Hypertrophie du foie et de la rate.
Hépatotoxique
Se dit d'un produit toxique pour le foie.
Héréditaire
Transmis d'une génération aux suivantes, des parents aux descendants.
Hippocratisme digital (finger clubbing)
Déformation particulière des doigts en forme de baguette de tambour.
HMIS
(Hazardous Materials Identification System)
Système originalement développé par le National Paint & Coatings Association (NPCA). C'est un programme complet d'information qui aide les employeurs à se conformer avec le Hazard Communication Standard (HCS) de OSHA. Il utilise un système de pointage numérique indiquant le degré de risque relié à un produit chimique. Ce programme comporte des étiquettes à code de couleur informant sur le risque en milieu de travail ainsi que de l'information sur le type d'équipement de protection individuelle à employer. Pour plus d'informations consulter leur site internet http://www.paint.org/hmis/index.cfm.
Homéostasie
Tendance de l'organisme à maintenir à leur valeur normale les diverses constantes physiologiques de l'individu (ex. température, composition du sang, etc).
Hydrate
Substance chimique combinée à l'eau dans une proportion bien définie. Peut s'accompagner des préfixes mono-, di-, tri-, etc. (ex. sulfate de calcium dihydraté).
Hydrocarbures
Composés chimiques constitués uniquement d'atomes de carbone et d'hydrogène.
Hydrocarbures aliphatiques
Voir «Hydrocarbures paraffiniques».
Hydrocarbures aromatiques
Hydrocarbures dont les atomes de carbone sont reliés entre eux pour former au moins un cycle où les liens simples et doubles sont alternés (liaisons doubles conjuguées), sur lesquels peuvent être greffées une ou des chaînes linéaires ou ramifiées, les atomes d'hydrogène occupant tous les autres liens disponibles sur les atomes de carbone (ex. toluène, triméthylbenzène, naphtalène).
Hydrocarbures halogénés
Hydrocarbures constitués uniquement d'atomes de carbone, d'hydrogène et d'au moins un atome de chlore, de fluor, de brome ou d'iode.
Hydrocarbures naphténiques
Hydrocarbures dont les atomes de carbone sont reliés entre eux par un lien simple formant au moins un cycle, sur lequel peuvent être greffées une ou des chaînes linéaires ou ramifiées, les atomes d'hydrogène occupant tous les autres liens disponibles sur les atomes de carbone. Synonymes : naphtènes, cycloalcanes (ex. cyclohexane, éthylcyclopentane).
Hydrocarbures paraffiniques
Hydrocarbures dont les atomes de carbone sont reliés entre eux par un lien chimique formant une chaîne linéaire ou ramifiée, mais ne formant pas de cycle, les atomes d'hydrogène occupant tous les autres liens disponibles sur les atomes de carbone. Synonymes : hydrocarbures aliphatiques ou alcanes (ex. n-hexane, isopentane).
Hydrocéphalie
Accumulation d'une quantité anormale de liquide céphalo-rachidien (liquide entourant le système nerveux central) dans les cavités du cerveau, p.ex. les ventricules cérébraux. Elle se traduit par une augmentation du volume du crâne.
Hydrolyse
Transformation chimique (fragmentation) d'une substance en plusieurs autres substances plus petites par l'addition chimique de l'eau. Survient en milieu aqueux pouvant induire la formation de nouvelles substances.
Hygroscopique
Substance qui a tendance à absorber l'humidité de l'air.
Hyperhémie ou hyperémie
Voir la définition de congestion.
Hyperkératose
Augmentation de la couche cornée de l'épiderme (corne).
Hyperleucocytose
Augmentation pathologique du nombre de leucocytes (globules blancs) dans le sang.
Hyperpigmentation
Développement exagéré de la pigmentation de la peau.
Hyperplasie
Développement excessif d'un tissu normal.
Hyperréflexie
Exagération des réflexes.
Hypertension
Augmentation de la tension artérielle.
Hypertrophie
Augmentation du volume d'un tissu ou d'un organe.
Hypocalcémie
Taux anormalement faible du calcium dans le sang.
Hypokaliémie
Taux anormalement faible du potassium dans le sang.
Hypotension
Diminution de la tension artérielle.
Hypothermie
Abaissement de la température corporelle au-dessous de la normale (37 °C).
Hypoxie
Diminution de la concentration en oxygène dans un tissu.
IARC
(International Agency for Research on Cancer)
Sigle anglais dont l'équivalent français est le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer).
Ictère
Synonyme de jaunisse. Symptôme consistant en une coloration jaune plus ou moins intense de la peau et des muqueuses due à l'imprégnation des tissus par la bilirubine. Il peut être causé par une obstruction des voies biliaires, une destruction excessive des globules rouges ou à un mauvais fonctionnement hépatique.
Ictère (jaunisse)
Coloration jaune de la peau et des muqueuses.
IgE
Immunoglobuline E. Les IgE sont surtout associées à des maladies telles que l'asthme et le rhume des foins.
IgG
Immunoglobuline G. Les IgG sont produites lors d'un contact prolongé ou d'un second contact d'une substance étrangère avec l'organisme.
IgM
Immunoglobuline M. Les IgM sont sécrétées lors du premier contact de l'organisme avec une substance étrangère.
Immunoglobuline
Protéine sanguine douée de propriétés immunitaires. Il y a cinq classes d'immunoglobulines : les IgA, les IgD, les IgE, les IgG et les IgM.
Immuno-suppression
Diminution de la réponse immunitaire (mécanisme de défense de l'organisme).
In utero
Expression latine signifiant dans l'utérus. Elle s'applique à ce qui s'effectue ou se produit dans l'utérus.
In vitro
Expérimentation biologique qui se fait à l'extérieur de l'organisme (ex. dans un milieu artificiel).
In vivo
Expérimentation biologique qui se fait dans l'organisme vivant.
Incandescent
Un corps est dit incandescent lorsque, sous l'influence de la chaleur ou d'une réaction chimique, il devient plus ou moins lumineux sans qu'il y ait nécessairement combustion.
Indice d'exposition biologique
Valeur numérique servant à évaluer la quantité d'une substance absorbée par le corps. La substance ou un de ses métabolites est mesurée dans un tissu, un liquide biologique ou dans l'air expiré. Cette désignation provient de l'ACGIH.
Indice mitotique
Proportion de cellules en mitose dans un échantillon donné.
Insecticide
Produit servant à détruire les insectes.
Insectifuge
Produit servant à éloigner provisoirement les insectes. Synonyme de chasse-moustiques, répulsif.
Insoluble
Produits qui ne peuvent être dissous l'un dans l'autre.
Instillation
Méthode qui consiste à déposer une petite quantité (goutte à goutte) d'un liquide sur une surface, dans un conduit naturel ou une cavité de l'organisme, p.ex. instillation intratrachéale (dans la trachée), ou instillation nasale (dans les fosses nasales).
Interhalogène
Composé chimique diatomique dont chacun des atomes est un halogène différent.
Interstitium pulmonaire
Tissu interstitiel pulmonaire comprenant les septums interalvéolaires et interlobulaires. L'interstitium contient du tissu de soutien, des vaisseaux capillaires et lymphatiques et quelques faisceaux de fibres nerveuses du pneumogastrique.
Intoxication systémique (toxicité systémique)
Action toxique qui se manifeste en un ou des sites éloignés de l'endroit de contact initial entre l'organisme et le produit toxique (ex. foie, système nerveux central).
Iritis
Inflammation de l'iris.
Irritabilité
Réponse anormale aux stimuli.
Irritation
Changements réversibles de la peau, des yeux ou des muqueuses (ex. rougeur, inflammation).
Ischémie
Arrêt ou diminution de l'apport sanguin dans un tissu ou un organe. Par exemple, l'ischémie myocardique est une insuffisance de l'apport sanguin artériel dans le muscle cardiaque.
IUPAC
(International Union of Pure and Applied Chemistry)
Association internationale de référence vouée à l'avancement de la chimie au niveau mondial, qui contribue à mettre au service de l'humanité toutes les applications de la chimie.
Jéjunum
Partie de l'intestin située entre le duodénum (premier segment de l'intestin grêle qui fait suite à l'estomac) et l'iléon (partie terminale de l'intestin grêle).
Kératite
Inflammation de la cornée (partie antérieure de l'oeil).
Kératoconjonctivite
Inflammation de la cornée et de la conjonctive de l'oeil.
Lait maternel (Données sur le)
Il s'agit du lait fourni par la mère pour alimenter son enfant. Les données présentées concernent la présence de produits chimiques dans le lait ainsi que l'altération de la qualité du lait ou de la quantité de lait produite.
Larmoiement
Écoulement involontaire de larmes.
Laryngite
Inflammation du larynx.
Latence
État de ce qui existe de manière non apparente mais qui peut se manifester à tout moment.
Lavage bronchoalvéolaire (ou LBA)
Technique qui permet de recueillir et d'analyser les éléments contenus dans les bronches et les alvéoles pulmonaires. Le sérum physiologique tiédi est introduit dans les bronches et les alvéoles, puis aspiré et analysé au microscope. On peut y trouver des éléments cellulaires (ex. : lymphocytes), des particules (ex. : amiante) et des agents infectieux. Il sert à diagnostiquer des maladies infectieuses, inflammatoires, etc.
LEL
(Lower Explosive Limit)
Voir LIE.
Léthargie
Sommeil profond et prolongé ou nonchalance extrême.
Leucémie
Maladie néoplasique caractérisée par la prolifération maligne des globules blancs (leucocytes), ou de cellules précurseurs de globules blancs dans la moelle osseuse et le sang. Il existe plusieurs types de leucémie (aiguës et chroniques) ainsi que plusieurs causes (ex. les radiations, les produits chimiques tel que le benzène).
Leucocyte ou globule blanc
Cellule sanguine qui contient un noyau et joue un rôle dans la défense de l'organisme contre les agents étrangers. Il y a plusieurs types de leucocytes : les polynucléaires qui comprennent les neutrophiles, les éosinophiles et les basophiles et les mononucléaires dont on distingue les lymphocytes et les monocytes. Des variations physiologiques (p. ex. une augmentation au cours de la grossesse) et pathologiques (p.ex. une augmentation lors de la leucémie) peuvent survenir.
Leucocytose
Augmentation du nombre de globules blancs dans le sang. La leucocytose peut être normale, p. ex. après un repas ou durant la grossesse, ou anormale. Le terme hyperleucocytose est parfois utilisé pour indiquer une augmentation anormale ou pathologique du nombre de globules blancs.
Leucopénie
Diminution du nombre des globules blancs.
Leydig (cellules de)
Cellules interstitielles (situées dans les petits espaces d'un tissu) du testicule sécrétant les hormones mâles.
LH («Luteinizing Hormone» ou hormone lutéinisante)
Hormone qui stimule la synthèse et la sécrétion d'hormones ovariennes et testiculaires.
LIE
Limite inférieure d'explosibilité. Concentration minimale d'un produit dans l'air à laquelle il peut se former un mélange inflammable ou explosif en présence d'une source d'ignition. Cette concentration est exprimée en pourcentage de volume dans l'air. Au-dessous de cette concentration le mélange sera trop pauvre en produit pour exploser ou s'inflammer.
Limite de détection olfactive
Concentration minimale à laquelle une substance est susceptible d'être détectée dans l'air par l'odorat humain. La limite de détection olfactive est habituellement exprimée en parties par million (ppm).
Lixiviation
Opération de dissolution par lavage.
LLNA («Local Lymph Node Assay»)
Voir Essai du ganglion lymphatique local.
LOAEL
(Lowest Observed Adverse Effect Level)
Il s'agit de la concentration la plus faible ou de la dose la plus faible à laquelle on a observé un effet néfaste chez une population exposée. Dans la langue française, le terme DMENO (dose minimale entraînant un effet nocif observé) est parfois utilisé.
Locus
Lieu sur un chromosome où l'on retrouve un gène.
LOEL
(Lowest Observed Effect Level)
Il s'agit de la concentration la plus faible ou de la dose la plus faible à laquelle on a observé un effet chez une population exposée.
LSE

Limite supérieure d'explosibilité. Concentration maximale d'un produit dans l'air à laquelle il peut se former un mélange inflammable ou explosif en présence d'une source d'ignition. Cette concentration est exprimée en pourcentage de volume dans l'air. Au-dessus de cette concentration le mélange sera trop pauvre en air pour exploser ou s'enflammer.

LSST

Loi sur la santé et la sécurité du travail (S-2.1). Pour accéder au texte intégral.

Lymphocyte
Catégorie de cellules qui prennent naissance dans la moelle osseuse et participent à la défense du corps. Les lymphocytes se retrouvent dans les tissus et organes lymphoïdes (p. ex. les ganglions lymphatiques, la rate). Ils ont un rôle important dans la fonction immunologique.
Lymphocytose
Augmentation du nombre des lymphocytes (type de globules blancs).
Lymphome
Tumeur composée de tissu lymphoïde (cellules et organes dont dépendent des réactions immunitaires). Le terme est réservé généralement aux tumeurs malignes (ex. lymphome de Burkitt).
Macrophage
Cellule dont le rôle est de phagocyter (englober et digérer) des particules solides (ex. : débris cellulaires, bactéries). Le macrophage dérive d'un monocyte (type de globule blanc) ayant quitté la circulation sanguine pour passer dans les tissus tels que la rate, le thymus et les alvéoles pulmonaires. Les macrophages contribuent au nettoyage et à la remise en état des tissus agressés. Par exemple, ils éliminent des particules de poussière et des débris cellulaires au niveau des alvéoles pulmonaires.
Maladie auto-immune
Désordre causé par une hyperactivité du système immunitaire se traduisant par la production d'anticorps à l'encontre de constituants habituels de l'organisme. À titre d'exemple, on peut citer la polyarthrite rhumatoïde, le lupus érythémateux, la sclérodermie systémique, etc.
Maladie de Raynaud
Trouble de la circulation sanguine au niveau des doigts et des orteils qui est aggravé par le froid. Le froid produit une réduction anormale de la circulation sanguine, ce qui donne à la peau un aspect pâle ou cireux. Par la suite, une cyanose locale, causant une coloration bleutée et des douleurs aux extrémités peut survenir et peut se compliquer en nécrose.
Manganisme
Intoxication chronique causée par le manganèse et ses dérivés.
Matière
Terme utilisé dans la loi fédérale concernant le SIMDUT (Loi sur les produits dangereux). Ce terme générique englobe aussi bien un produit pur qu'un mélange.
Mélanome
Tumeur de la peau formée de cellules riches en mélanine (pigment formé par les mélanocytes). Il existe plusieurs sortes de mélanomes dont la majorité sont bénins, p. ex. les grains de beauté et les taches de rousseur. Cependant, il existe des formes malignes qui ont la capacité de former des métastases, p. ex. le mélanoblastome et le mélanosarcome.
Membrane séreuse
Membrane qui entoure certains organes. Les principales membranes séreuses sont la plèvre (poumon), le péricarde (coeur) et le péritoine (p. ex. intestin).
Membranes muqueuses
Membranes qui tapissent les cavités du corps et qui sont recouvertes d'une substance visqueuse (mucus).
Mésothéliome
Tumeur provenant d'une prolifération de cellules mésothéliales. Il existe une forme maligne et une forme bénigne du mésothéliome. La forme maligne est la plus fréquente et elle se localise principalement au niveau de la plèvre qui est l'enveloppe du poumon (mésothéliome pleural). Une exposition professionnelle ou environnementale à des fibres d'amiante est la cause la plus souvent invoquée. La forme bénigne, fibrome pleural, également appelée mésothéliome bénin, est une tumeur qui ne serait pas reliée à une exposition à l'amiante.
Mésothéliome péritonéal
Mésothéliome qui se développe à partir du mésothélium du péritoine.
Mésothéliome pleural
Mésothéliome qui se développe à partir du mésothélium de la plèvre. Il est également appelé cancer primitif de la plèvre. La forme diffuse de cette variété de cancer évolue rapidement et envahit la région superficielle du poumon et le péricarde. Elle se propage également quelques fois au péritoine et donne alors des métastases au niveau des ganglions lymphatiques et des viscères.
Mésothélium
Couche de cellules qui recouvre la surface interne d'une membrane séreuse.
MEST (« Mouse Ear Swelling Test »)
Voir Test de tuméfaction de l'oreille.
Méta-analyse
C'est une méthode épidémiologique quantitative qui révise et analyse les données de plusieurs essais plus petits (regroupement statistique). Elle permet d'obtenir une estimation globale d'un effet. Sa qualité dépend de la qualité des études qui la constituent.
Métalloprotéine
Protéine composée dont le groupement prosthétique, c'est-à-dire la partie de nature non protéique, est un métal (ex. méthémoglobine (fer), cytochrome-oxydase (cuivre)).
Métaplasie
Transformation d'un tissu en un autre tissu ayant une structure et des fonctions différentes. C'est un processus généralement réversible. La métaplasie peut être normale (ex. au cours du développement embryonnaire) ou anormale (ex. chez un individu adulte).
Métastase
C'est le transfert d'une affection d'un organe ou d'une partie d'organe à un autre qui ne lui est pas directement relié (développement de foyers secondaires). On donne le nom de métastase aux foyers secondaires d'une affection (principalement le cancer) qui se dissémine par la voie lymphatique ou sanguine (ex. métastases cancéreuses).
Métaux actifs (ou réactifs)
Métaux qui réagissent facilement et rapidement avec l'eau, les acides ou les alcalis (ex. sodium, aluminium et zinc).
Méthémoglobine
Hémoglobine dont le fer ferreux a été oxydé en fer ferrique, ce qui la rend inapte au transport de l'oxygène.
Méthémoglobinémie
Présence dans le sang de concentrations anormales de méthémoglobine, résultant en cyanose.
Mettre à la masse
Mettre en communication avec l'ensemble des pièces conductrices dans une installation électrique. Terme anglais : to bound.
Mettre à la terre
Mettre en communication avec le sol l'ensemble des pièces conductrices dans une installation électrique. Terme anglais : to ground.
Micron
Un micron ou micromètre (µm) représente 10-6 mètre (0,000001 mètre) ou 10-3 millimètre (0,001 mm). Par exemple, un µm est environ 1 000 fois plus petit qu'un grain de sable.
Micronoyaux (essai du microcleus, test du micronucleus)
Essai qui détecte les dommages causés aux chromosomes ou à l'appareil mitotique (impliqué dans la division cellulaire). Le micronoyau est un fragment de chromosome qui persiste dans le cytoplasme de la cellule et qui s'observe lors de la transformation d'un érythroblaste en érythrocyte. L'augmentation du nombre de cellules micronuclées fournit une indication d'un effet génétique.
Microphtalmie
Malformation congénitale consistant en une réduction des dimensions du globe oculaire.
Miction
Action d'uriner.
Miscible
Produits qui se dissolvent complètement l'un dans l'autre.
Mitose
Mode de division de la cellule au cours duquel une cellule forme deux cellules - filles identiques. Les divisions anormales s'observent surtout dans les cellules cancéreuses. La mitose est une des phases du cycle cellulaire.
Mobilisation
Substance qui est remise en circulation.
Modèle pharmacocinétique à base physiologique
Le modèle pharmacocinétique à base physiologique (PBPK : Physiologically based pharmacokinetic model) est un modèle mathématique qui permet de représenter les différentes phases du métabolisme des médicaments (pharmacocinétique) ou des xénobiotiques (toxicocinétique) et de quantifier les résultats.

Il est composé d'une série de compartiments représentant des organes ou un groupe de tissus et des débits sanguins. Il faut, pour être en mesure de l'utiliser, disposer d'information sur plusieurs facteurs physiologiques : volume tissulaire, débits sanguins tissulaires, débit cardiaque, taux de ventilation alvéolaires et parfois de données concernant la perméabilité membranaire. II fait également appel à des données biochimiques telles que des coefficients de partage air/sang ainsi qu'à divers paramètres métaboliques.

Modélisation mathématique
Construction de modèles mathématiques à partir de données expérimentales. La modélisation mathématique s'applique généralement à la simulation du comportement de populations et de systèmes biologiques ou physiologiques. Comme les applications des modèles mathématiques sont nombreuses et variées, ils peuvent constituer des outils efficaces d'aide à la prise de décision, par exemple, lorsqu'il s'agit d'adapter la posologie d'un médicament.

 

Les résultats que fournit le modèle, quels qu'ils soient, doivent être comparés aux résultats observés dans la réalité à partir de paramètres modélisés ayant les mêmes valeurs. Lorsqu'il y a adéquation, le modèle peut être utilisé pour décrire le système existant, mais surtout pour prédire son évolution ou son comportement en cas de modification des paramètres initiaux.

Un des modèles mathématiques les plus couramment utilisés en pharmacologie et en toxicologie est le «modèle pharmacocinétique à base physiologique».

Mortinaissance
Venue au monde d'un enfant mort-né.
Mutagène (Effet)

Indique que le produit peut causer des changements dans les gènes (support de l'hérédité).

Mutation létale dominante
Mutation qui se produit dans une cellule germinale et qui n'entraîne pas son dysfonctionnement, mais qui est mortelle pour l'oeuf fécondé (zygote) ou pour l'embryon en cours de développement.
Mydriase
Dilatation anormale des pupilles (partie de l'oeil).
Myoclonie
Contraction musculaire brève, involontaire et relativement stéréotypée qui affecte un segment de muscle, un muscle ou plus souvent un groupe de muscles. Les myoclonies peuvent être intermittentes ou persistantes, localisées ou diffuses, bilatérales, synchrones ou asynchrones, rythmiques ou arythmiques, spontanées ou provoquées.
Myose (myosis)
Diminution du diamètre de la pupille (partie de l'oeil).
Nanomètre
Un nanomètre (nm) représente un milliardième de mètre ou 10-9 mètre (0,000000001 mètre), un millionième de millimètre ou 10-6 millimètre (0,000001 mm) ou 10-3 micromètre (0,001 µm). Par exemple, un nm est environ un million de fois plus petit qu'un grain de sable.
Nanoparticule
Particule de matière formée d'atomes et de molécules, qui comporte une ou plusieurs dimensions pouvant mesurer entre 1 et 100 nanomètres et qui possède des propriétés physicochimiques particulières.
Naphtènes
Voir «Hydrocarbures naphténiques». À ne pas confondre avec naphtalène.
Narcose
Sommeil provoqué.
Nasopharynx
Partie supérieure du pharynx qui est située au-dessus du palais.
Nécrose
Mort cellulaire, mort tissulaire.
Néoplasie
Formation histologique nouvelle. Le terme est souvent utilisé pour désigner les tumeurs bénignes et les tumeurs malignes. Voir Tumeur.
Néphrite
Inflammation des reins.
Néphron
Unité anatomique fonctionnelle du rein. Il est composé du corpuscule rénal, qui filtre le plasma, et du tubule rénal. Chaque rein en contient environ un million.
Néphropathie
Toute affection des reins.
Néphrotoxique
Se dit d'un produit toxique pour les reins.
Neurasthénie
Affection psychiatrique faisant partie du groupe des névroses et qui se caractérise par l'asthénie.
Neurocomportemental
Relatif au comportement et aux effets sur le système nerveux.
Neurogénèse
Développement du système nerveux.
Neurone
Cellule hautement différenciée, constituant l'élément fondamental du tissu nerveux, qui a pour fonctions de recevoir, conduire, transmettre et intégrer les influx nerveux par l'intermédiaire de son axone.
Neuropathie
Toute affection du système nerveux.
Neuropathie périphérique
Affection des nerfs périphériques.
Neurotoxique
Se dit d'un produit toxique pour le système nerveux.
Neurotransmetteur
C'est une substance chimique, également appelée médiateur chimique, qui transmet un message chimique des cellules nerveuses. Il agit sur un récepteur (macromolécule portant des sites chimiques capables de recevoir des molécules endogènes ou exogènes) spécifique pour produire un effet. Il y a de nombreux neurotransmetteurs tels que : l'acétylcholine, la dopamine, etc.
Névrite
Inflammation d'un nerf.
NFPA
(National Fire Protection Association)
Organisme américain à but non lucratif regroupant des membres individuels, industriels et professionnels, dont le principal mandat est de développer des normes pour la prévention des incendies, les installations électriques et la sécurité des bâtiments.
NIOSH
(National Institute of Occupational Safety and Health)
Organisme américain de réglementation qui fait partie des Services d'hygiène publique, s'occupe de recherche sur l'incidence et les causes des maladies professionnelles, fait des recommandations sur les limites d'exposition des substances et aide OSHA dans ses recherches.
NIP
Numéro d'identification du produit. Numéro à quatre chiffres associé à une substance dangereuse ou à une catégorie de substances pour permettre de les identifier durant le transport. Au Canada, ces numéros sont attribués par Transport Canada et sont identifiés par le Règlement sur le transport des marchandises dangereuses. Cette appellation est désuète, le terme numéro UN est maintenant communément employé.
NOAEL
(No Observed Adverse Effect Level)
Niveau d'exposition le plus élevé à une substance pour lequel aucun effet néfaste n'est observé. Dans la langue française, le terme DSENO (dose sans effet nocif observé) est parfois utilisé.
Nodule
Lésion cutanée ou muqueuse bien délimitée de forme approximativement sphérique. Par exemple, on peut observer la présence de nodules dans les poumons de sujets exposés à la silice cristalline.
NOEL
(No Observed Effect Level)
Niveau d'exposition le plus élevé à une substance pour lequel aucun effet n'est observé.
NTP
(National Toxicology Program)
C'est le programme national de toxicologie des États-Unis. Il a été établi en 1978 par le "Secretary of Health and Human Services" pour coordonner la recherche en toxicologie et les activités du département, fournir de l'information au public ainsi qu'aux organismes de recherche et de réglementation sur les produits chimiques potentiellement toxiques et consolider les bases scientifiques en toxicologie.
Numéro CAS
Numéro attribué par le Chemical Abstracts Service, une division de l'American Chemical Society pour désigner une substance chimique. Il se caractérise par la présence de deux tirets toujours placés au même endroit. Exemple : 12345-67-8.
Numéro UN
Code alphanumérique (deux lettres et quatre chiffres) servant à désigner une substance dangereuse ou un groupe de substances dangereuses ayant les mêmes caractéristiques. Il permet d'identifier rapidement une substance lors de son transport en Amérique du Nord.
Nystagmus
Mouvements involontaires, oscillatoires ou rotatoires des globes oculaires (yeux).
Ochronose
Affection très rare caractérisée par une coloration, variant du gris-brun au noir, des cartilages, des tendons et de certaines zones cutanées.
Oedème
Gonflement diffus provoqué par l'infiltration de liquides dans les tissus.
Oedème de Quincke
Variété d'urticaire caractérisée par l'apparition soudaine d'infiltrations oedémateuses sur le visage, le cou, des muqueuses et parfois le larynx. Cette maladie est provoquée par une réaction de type anaphylactique. Elle évolue par poussées parfois fébriles, pendant des années.
Oligurie
Diminution de la quantité d'urine sécrétée par les reins.
OMS
(Organisation mondiale de la santé)
Institution spécialisée des Nations-Unies pour la santé qui a pour but d'amener tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible.
Oropharynx
Partie moyenne, buccale, du pharynx, limitée en haut par le voile du palais (zone visible au fond de la bouche).
OSHA
(Occupational Safety and Health Administration)
Organisme gouvernemental américain qui a pour mission de sauver des vies, prévenir les accidents et protéger la santé des travailleurs américains. Cet organisme établit des standards de protection et voit à leur mise en vigueur. Il rejoint les employeurs et les travailleurs par le biais de programmes d'assistance et de consultation.
Ostéomalacie
Déminéralisation squelettique généralisée, par insuffisance de fixation phosphocalcique. Elle est caractérisée par un ramollissement progressif des os, associé à des douleurs osseuses.
Ostéoporose
Fragilité des os due à une raréfaction et à un amincissement des travées osseuses. Elle entraîne une diminution du volume de tissus par unité de volume d'os, ou encore une diminution de la masse osseuse.
Palpitation
Perception de ses propres battements cardiaques, ressentie comme un phénomène gênant et parfois douloureux.
Panache
Dans le domaine du soudage, émission de fumée de forme plutôt conique ayant pour point de départ la zone soudée.
Papillome
C'est une tumeur bénigne dérivée d'un épithélium mais pouvant dégénérer en cancer (ex. papillome de la vessie).
Parenchyme
Tissu fonctionnel d'un organe (ex. : parenchyme pulmonaire). Le parenchyme pulmonaire est composé de l'ensemble des tissus des poumons qui jouent un rôle physiologique.
Parésie
Paralysie légère avec diminution de la force musculaire.
Paresthésie
Anomalie de la perception des sensations ou sensation subjective spontanée non douloureuse.
Pariétal
Qui se rapporte à une paroi.
Parturition
Accouchement naturel chez l'humain ou mise bas chez les animaux.
PEFR (Peak Expiratory Flow Rate)
Voir Débit expiratoire de pointe.
Pellet
Dans le domaine biomédical, c'est une préparation conditionnée sous diverses formes qui est destinée à être introduite sous la peau (implantation sous-cutanée).
Péricarde
Membrane séreuse qui enveloppe le coeur.
Péritoine
Membrane séreuse qui tapisse les parois de l'abdomen et les organes abdominaux.
Péritonite
Inflammation du péritoine (membrane tapissant la cavité abdominale et recouvrant certains organes).
Pétéchie
Hémorragie sous-cutanée caractérisée par de petites taches rouges.
pH
Mesure de l'acidité ou de la basicité d'une substance. Le pH est exprimé par une valeur numérique comprise entre 0 et 14.
Phagocytose
Absorption de particules solides par une cellule.
Phanère
Formation épidermique ayant une kératinisation intense (ex. poils, cheveux, ongles, etc).
Pharyngite
Inflammation du pharynx (gorge).
Phénomène (ou syndrome) de Raynaud
Affection des vaisseaux sanguins qui est localisée strictement aux extrémités des membres. Elle est causée par une constriction soudaine des petites artères, ce qui entraîne de la pâleur, un refroidissement et une douleur dans les doigts ou les orteils. Elle peut être provoquée par une atteinte artérielle, une artérite ou encore lors de certaines intoxications. Elle peut aussi être observée au cours de collagénoses.
Phlegme
Mucus que sécrètent les muqueuses du nez et de la gorge et qui est rejeté par la bouche.
Photophobie
Impression provoquée par la lumière, pénible et douloureuse pour les yeux.
Photosensibilisation
Réaction anormale (sensibilisation) de la peau à la lumière.
Photosensible
Substance qui s'altère en présence de lumière.
Plaque pleurale
Épaississement fibreux, parfois calcifié de la plèvre. Elle indique qu'une personne a déjà été exposée à l'amiante.
Plèvre
Membrane à deux feuillets (un externe ou pariétal et un autre, interne ou viscéral) qui enveloppe chaque poumon.
Plombémie
Présence de plomb dans le sang.
Pneumallergène ou aéroallergène
Produit allergène inhalé par les voies respiratoires (acariens, pollens, moisissures, etc.)
Pneumoconiose
Affection pulmonaire chronique due à l'inhalation de certaines poussières.
Pneumonie
Infection aiguë du poumon caractérisée par une inflammation.
Pneumonite (chimique)
Inflammation du poumon causée par l'exposition à un produit chimique.
Pneumopathie
Toute affection pulmonaire.
Pneumopathie d'hypersensibilité (alvéolite allergique extrinsèque)
Inflammation d'origine immunologique, non infectieuse du parenchyme pulmonaire. Elle est causée par l'inhalation répétée de divers allergènes (d'origine organique tels que des microorganismes ou par des produits chimiques comme les isocyanates).
Pneumothorax
Perforation d’une lésion pulmonaire.
Polycythémie
Augmentation anormale du nombre des globules rouges.
Polynévrite
Inflammation de plusieurs nerfs.
Polyurie
Excrétion d'une quantité excessive d'urine au cours d'une période donnée.
Poussières d'amiante
Particules d'amiante en suspension dans l'air ou particules d'amiante déposées susceptibles d'être mises en suspension dans l'air du milieu de travail.
ppm
Mesure de concentration en volume. La concentration est exprimée en parties par million, par exemple un cm3 de la substance par million de cm3 d'air. Une partie par million (1 ppm) représente le volume qu'occupe une orange dans un wagon de marchandises ou une pièce d'un cent dans un million de pièces.
Préestomac («Forestomach»)
Partie non glandulaire de l'estomac des rongeurs tels que le rat, la souris et le hamster, qui est absente chez l'humain.
Prick (test de)
Test cutané utilisé dans la détection d'une allergie de contact immédiate.
Procancérogène
Produit qui doit être transformé par l'organisme pour devenir cancérogène.
Procaryote
Organisme unicellulaire dépourvu de noyau (ex. les bactéries).
Produit
Ce terme s'applique aussi bien à un produit pur qu'à un mélange.
Produits de combustion
Énumération des contaminants provenant de la combustion complète du produit dans l'air. Leur nature et leur quantité dépendent largement de la température et de l'apport d'air (oxygène). L'incendie pourrait par exemple produire des substances très différentes de celles qui se dégagent lorsque le produit est traité à des températures élevées (produits de décomposition thermique).
Prolactine (ou hormone galactogène)
Hormone sécrétée par l'hypophyse (lobe antérieur). Elle déclenche la lactation après l'accouchement et empêche l'ovulation (l'anovulation a comme résultat l'arrêt des règles). Sa production peut être affectée par de nombreux agents pharmacologiques (ex. dopamine, bromocriptine).
Promoteur (de cancérogénèse)
Substance susceptible de favoriser l'effet cancérogène d'une autre substance (exposition ultérieure).
Prostration
Abattement extrême.
Protéinurie
Présence d'une quantité anormale de protéines dans l'urine.
Prurit
Trouble produisant des démangeaisons. Il en existe différentes variétés selon la partie du corps affectée (ex. la peau, les narines) ou la cause (ex. eczéma).
Psychose
Désigne un groupe de maladies mentales caractérisées par une altération de la personnalité et une perte de contact avec la réalité.
Pyrophorique
Substance qui prend feu spontanément au contact de l'air.
Rabougri
Terme utilisé en développement, indiquant un retard de croissance (en anglais : stunted).
RACB
(Reproductive assessment by continuous breeding)
Protocole d'étude de la toxicité des produits chimiques sur la reproduction, développé par le NTP. Ces études, effectuées sur deux générations d'animaux, ont pour but d'identifier les effets toxiques sur la repoduction des mâles et/ou des femelles, de caractériser cette toxicité et de définir une relation dose-réponse pour chacun des produits.
Rad
(Radiation Absorbed Dose)
Unité d'une dose absorbée de radiation ionisante.
Radiomimétique
Se dit d'une action identique à celle des rayonnements ionisants.
RADS
(Reactive Airways Dysfunction Syndrome)
Acronyme anglais du syndrome d'irritation bronchique.
Rash
Éruption cutanée de courte durée.
RAST
(Radioallergosorbent test)
Acronyme anglais dont l'équivalent français est Radio-allergo-immunocaptation. Il s'agit d'un test qui permet d'identifier les allergènes pour lesquels la personne a une hypersensibilité immédiate (ou causée par les IgE), par exemple chez les personnes ayant des rhinites allergiques, de l'asthme ou une dermatite atopique, ou des réactions systémiques à des produits chimiques ou autres.
Relation dose - effet
C'est la relation entre la quantité d'une substance qui pénètre dans l'organisme et l'augmentation de l'intensité et de la diversité des effets toxiques.

 

Les données présentées dans le tableau proviennent :

  1. d'études effectuées sur des volontaires dans des conditions contrôlées en laboratoire
  2. de cas d'exposition en milieu de travail (accidents, intoxication)
  3. ou d'une combinaison des deux situations.

Ces données servent de référence (ordre de grandeur) et ne peuvent être considérées comme une valeur absolue. Les études contrôlées sont généralement les plus fiables. En ce qui concerne les autres études, soulignons que de nombreux paramètres, tant individuels et inter-individuels que ceux concernant l'exposition, peuvent contribuer à la variabilité des données toxicologiques.

Pour plus d'information

Reproduction (Effets sur la)
Indique que des effets biologiques néfastes peuvent survenir au cours de la reproduction. Ces effets comprennent l'altération des fonctions ou de la capacité de reproduction,soit notamment la spermatogenèse (formation des spermatozoïdes), l'oogenèse (formation des ovules), l'activité hormonale qui pourrait affecter la fécondation, la conception.
Rétention
Se réfère à la quantité déposée moins la quantité éliminée, par exemple, la rétention pulmonaire.
Rétrosternal
Qui est situé ou se produit derrière le sternum.
Rhinite
Inflammation de la muqueuse des fosses nasales.
Rhinoconjonctivite
Inflammation des muqueuses nasales accompagnée de conjonctivite.
Rhinorrhée
Écoulement de liquide par le nez.
Risque relatif
En épidémiologie, il s'agit du rapport entre le risque de maladie ou de décès chez des sujets exposés à un facteur de risque et le risque chez des sujets non exposés.
RSSM

Règlement sur la santé et la sécurité du travail dans les mines (S-2.1, r. 14). Pour accéder au texte intégral.

RSST

Règlement sur la santé et la sécurité du travail (S-2.1, r. 13). Pour accéder au texte intégral.

Sarcoïdose
Maladie systémique chronique d’origine inconnue caractérisée par une réaction inflammatoire granulomateuse localisée à différents endroits (poumons, peau, ganglions, ...)
Sarcome
Terme générique désignant les cancers nés du tissu conjonctif (ex. ostéosarcome, lymphosarcome).
Saturnisme
Ensemble de manifestations causées par une intoxication par le plomb ou ses sels.
Sclérotique de l'oeil (sclère)
Membrane fibreuse blanchâtre qui enveloppe l’oeil sur presque toute sa surface.
Sensibilisation
Réaction de l'organisme à la suite de l'exposition à un agent physique, chimique ou biologique conduisant à une réponse allergique des voies respiratoires (rhinite, asthme) ou de la peau (eczéma). L'exposition à l'agent sensibilisant peut avoir été sans conséquence préalablement jusqu'à ce qu'une première réponse allergique se manifeste.
Sensibilisation croisée
Allergie à un produit B qui survient chez un sujet déjà sensibilisé à un produit A. Les produits A et B sont en général apparentés.
Sidérose
Infiltration des tissus par des poussières de fer inhalées ou par des composés ferrugineux. La sidérose pulmonaire est une pneumoconiose provoquée par l'accumulation de poussières de fer dans les alvéoles pulmonaires.
Silicose
Pneumoconiose, maladie pulmonaire provoquée par l'inhalation de poussières de silice cristalline.
Somatique
Qui concerne l'ensemble des cellules non reproductrices des êtres vivants. Les cellules somatiques sont les cellules non reproductrices de l'organisme.
Spermatogenèse
Ensemble des processus qui aboutissent à la formation des cellules reproductrices mâles.
Spermicide
Substance qui détruit les spermatozoïdes.
Spina bifida
Malformation congénitale de la colonne vertébrale qui se caractérise par l'absence de soudure des deux moitiés d'un ou de plusieurs arcs vertébraux postérieurs (l'arc vertébral est également appelé arc neural). Elle est habituellement localisée dans la région lombo-sacrée. La fissure peut favoriser une hernie, ou saillie, d'une portion des méninges et de la moelle épinière.
Splénomégalie
Augmentation du volume de la rate.
Splénomégalie
Hypertrophie de la rate.
Spot test
Test effectué sur des souris qui permet de détecter d'éventuelles mutations somatiques dans les cellules foetales à la suite de l'absorption transplacentaire de la substance à étudier. Les mutations produites entraînent l'apparition de taches d'une autre couleur dans le pelage des rejetons. La fréquence des taches comptées dans la descendance du groupe traité est comparée à celle du goupe témoin.
Sténose
Rétrécissement d'un conduit ou d'un orifice naturel.
Sternèbre
Un des quatre segments du sternum primitif de l'embryon. Chez l'adulte, la fusion de ces segments forme le sternum.
Stomatite
Inflammation de la muqueuse buccale.
Strabisme
Défaut de convergence des deux axes visuels vers un point fixe (qui fait loucher).
Stupeur
Suspension de toute activité physique et psychique.
Sublimer
Passer directement de l'état solide à l'état gazeux sans passer par l'état liquide.
Substance
Terme généralement utilisé dans les législations fédérale (Loi sur le transport des marchandises dangereuses) et provinciale (Règlement sur la qualité du milieu de travail). Ce terme s'applique à une matière homogène de composition chimique définie, qui ne peut être séparée par procédé mécanique. Cette définition ne s'applique donc pas aux solutions, dispersions, alliages, etc., qui sont des mélanges de plusieurs substances. Exemples : oxygène (O2), chlorure d'hydrogène (HCl).
Surface spécifique
La surface spécifique d'un corps est exprimée par le rapport entre sa surface et une unité de masse (ex. m²/g) ou par le rapport entre sa surface et son unité de volume (ex. m²/cm³).
Surveillance biologique
Examen périodique d'un ou de plusieurs milieux biologiques (sang, urine, etc.), afin de déterminer s'il y a absorption d'un contaminant à la suite d'une exposition.
Syncope
Perte de conscience temporaire complète par suite de l'arrêt des battements cardiaques et de la respiration.
Syndrome d'irritation bronchique
Aussi appelé asthme sans période de latence. Il est causé par l'exposition à des substances irritantes présentes à de fortes concentrations.
Pour plus d'information
Système hématopoïétique
Système responsable de la formation des cellules du sang (comprend la moelle osseuse et les organes lymphatiques).
Système nerveux
Ensemble des centres nerveux et des nerfs qui assurent la commande et la coordination des viscères et de l'appareil locomoteur, la réception des informations sensorielles ainsi que les fonctions psychiques et intellectuelles. D'un point de vue anatomique, on distingue le système nerveux central (SNC) et le système nerveux périphérique (SNP).
Système nerveux central
Il se situe à l'intérieur du crâne et de la colonne vertébrale. Il comprend l'encéphale (cerveau, cervelet et tronc cérébral) et la moelle épinière. Il est responsable de l'émission des influx nerveux (modifications physico-chimiques qui se propagent le long des fibres nerveuses) et de l'analyse des données sensitives.
Système nerveux périphérique
Il est composé des nerfs qui irradient vers tous les points de l'organisme. Il comprend les nerfs crâniens et spinaux qui sortent de l'encéphale et de la moelle épinière. Il est responsable de la transmission des influx nerveux vers ou à partir de nombreuses structures de l'organisme.
Tachycardie
Augmentation de la fréquence des battements du coeur.
Tachypnée
Respiration anormale et rapide.
TCC
(Tagliabue closed-cup)
Méthode de détermination du point d'éclair fermé.
Temps de latence
Temps écoulé entre une exposition et l'apparition des premiers symptômes. Le temps de latence est fonction de plusieurs facteurs tels que l'importance de l'exposition, la nature du produit, la constitution de l'individu, la sensibilité des examens (p. ex. dépistage précoce ou tardif). Le temps de latence peut être court, dans le cas d'un effet corrosif, ou prendre plusieurs années, dans le cas d'un cancer pulmonaire.
Temps de prothrombine
Test clinique qui mesure le temps requis pour la formation d'un caillot sanguin.
Test cutané fermé
Le test cutané fermé (Patch test), ou test épicutané, est une méthode qui consiste à appliquer une petite quantité d'allergène sur la peau que l'on recouvre d'un matériel (occlusion). Ce test a pour objectif de reproduire un eczéma sur une surface limitée. Il est utile pour essayer d'identifier les allergènes responsables d'un eczéma. Si possible, il ne faut pas utiliser de produits irritants au cours de ce test.
Test cutané ouvert
Le test cutané ouvert (Open test) est une méthode qui consite à appliquer une petite quantité d'allergène sur la peau sans la recouvrir d'un matériel (occlusion). Ce test est utile lorsque l'on ne connaît pas le pouvoir irritant du produit à tester.
Test de Buehler
Test de sensibilisation cutanée effectué sans adjuvant chez le cochon d'Inde.
Test de maximisation chez le cochon d'Inde ou GPMT («Guinea Pig Maximisation Test»)
Test de sensibilisation effectué chez le cochon d'Inde pour identifier les sensibilisants cutanés.
Test de provocation bronchique à la méthacholine
Test qui permet d'évaluer l'hyperréactivité des bronches en utilisant une substance chimique, la méthacholine. Il consiste à faire inhaler, en milieu contrôlé, une solution de méthacholine et à déterminer la concentration qui entraîne une baisse de 20 % du VEMS appelée CP20 VEMS.
Test de provocation nasale
Méthode qui consiste à déposer, à l'aide d'un coton-tige ou d'un coton imbibé, un produit dilué sur la muqueuse nasale afin de permettre le diagnostic d'une rhinite allergique.
Test de Stevens
Test cutané effectué chez le cochon d'Inde afin d'identifier le potentiel de sensibilisation d'une substance. Il consiste à faire une induction au niveau de l'oreille et par la suite, un déclenchement («challenge») au niveau du flanc.
Test de tuméfaction de l'oreille de la souris ou MEST («Mouse Ear Swelling Test»)
Test de sensibilisation effectué chez la souris pour identifier les sensibilisants cutanés.
Test d'inhibition de la coopération métabolique
Test in vitro visant à détecter si un produit peut causer une inhibition de la communication entre les cellules. La communication cellulaire est un processus de base dans la prolifération et la différenciation cellulaire. Il a été postulé qu'elle est impliquée dans la tératogenèse, la tumorigenèse et la reproduction.
Tétanique
Se dit d'une contraction musculaire persistante.
Thrombocytopénie
Diminution du nombre des plaquettes sanguines.
Tissu lymphoïde
Ensemble des organes, par exemple, la moelle osseuse et le thymus, où résident les lymphocytes et les autres cellules du système immunitaire.
TOC
(Tagliabue closed-cup)
Méthode de détermination du point d'éclair ouvert.
Toxicocinétique
Étude du sort d'une substance toxique dans l'organisme. La quantité de substance qui agit avec l'organisme pour causer un effet néfaste dépend de quatre facteurs biologiques principaux qui sont : l'absorption, la distribution, le métabolisme (ou la biotransformation) et l'excrétion. La concentration d'une substance toxique dans l'organisme est influencée par différents facteurs qui peuvent être regroupés en trois catégories : les facteurs biologiques (endogènes), les facteurs environnementaux (exogènes) et les caractéristiques physico-chimiques.
TPN (Température et pression normale)
Température et pression atmosphérique normale à 20 °C et 760 mm Hg.
TPS (Température et pression standard)
Température et pression atmosphérique à 0 °;C et 760 mm Hg.
Trachéo-bronchique
Qui concerne la trachée et les bronches.
Trachéo-bronchite
Inflammation simultanée de la trachée et des bronches.
Translocation
Déplacement ou migration d'un produit d'un site de l'organisme vers un autre, p. ex. de l'espace alvéolaire vers les ganglions lymphatiques.
Trou osmotique («osmolar gap»)
Différence entre l'osmolalité mesurée et calculée. Il peut aider à distinguer des cas d'intoxication par certains produits (p. ex. certains alcools et glycols) d'autres causes d'acidose métabolique.
Tumeur
C'est une prolifération incontrôlée et progressive de cellules. Il existe deux types de tumeurs : (1) les tumeurs bénignes qui sont des tumeurs sans propriétés d'invasion (envahissement) et de métastase et, (2) les tumeurs malignes (ou cancer) qui sont des tumeurs ayant une propriété d'invasion et de métastase. On utilise également tumeur primaire ou primitive pour désigner la partie du corps où la tumeur a pris naissance et tumeur secondaire pour le nouveau site où se répand le cancer.
Tumorigène
Agent qui favorise ou qui provoque la formation de tumeurs.
UEL
(Upper explosive limit)
Voir LSE.
Ulcération
Formation d'ulcères.
Ultrastructure
Structure telle qu'elle apparaît au microscope électronique.
Unités de mesure
Bq = Becquerel
°C = degré Celsius
cm = centimètre
g = gramme
Gy = Gray
kg = kilogramme
kPa = kilopascal
l = litre
m = mètre
m³ = mètre cube
mg = milligramme
ml = millilitre
mm = millimètre
mm Hg = millimètre de mercure
mpppc = million de particules par pied cube d'air
mSv = millisievert
nm = nanomètre
Pa = pascal
ppb = partie par milliard
ppm = partie par million
Sv = sievert
µg = microgramme
µm = micromètre ou micron

 

Urémie
Taux d'urée dans le sang.
Urticaire
Affection cutanée provoquant des démangeaisons ou une sensation de brûlure, consistant en une éruption de papules blanchâtres ou rougeâtres, dont chacune ne persiste que quelques heures. Elle peut être causée par des médicaments, des aliments, des produits chimiques, etc.
Valeur plafond
Indique une valeur d'exposition qui ne doit jamais être dépassée pour quelque durée que ce soit, en vertu du Règlement sur la santé et la sécurité du travail(S-2.1, R.19.015). Cette valeur est exprimée en ppm ou mg/m³.

 Valeur d'exposition de courte durée.

Vasoconstriction
Contraction avec rétrécissement des vaisseaux sanguins.
Vasodilatation
Dilatation des vaisseaux sanguins.
VECD
Valeur d'exposition de courte durée. Il s'agit de la concentration moyenne, pondérée sur 15 minutes, pour une exposition à une substance chimique (sous forme de gaz, poussières, fumées, vapeurs ou brouillards) présente dans l'air au niveau de la zone respiratoire du travailleur, qui ne doit pas être dépassée durant la journée de travail, même si la valeur d'exposition moyenne pondérée est respectée. L'exposition moyenne au cours d'une période de 15 minutes consécutives peut être comprise entre la VEMP et la VECD, en autant que de telles expositions ne se reproduisent pas plus de 4 fois par jour et qu'elles soient entrecoupées l'une de l'autre par des périodes d'au moins 60 minutes en vertu du Règlement sur la santé et la sécurité du travail (S-2.1, r.19.01). Cette valeur est exprimée en ppm, mg/m³ ou fibre/cm³.
VEMA
Valeur d'exposition moyenne ajustée. Elle doit être établie suivant le Guide d'ajustement des valeurs d'exposition admissibles pour les horaires de travail non-conventionnels, publié par l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail, en vertu du Règlement sur la santé et la sécurité du travail (S-2.1, r.19.01). Cette valeur est exprimée en ppm, mg/m³ou fibre/cm³.
VEMP
Valeur d'exposition moyenne pondérée. Elle est la concentration moyenne, pondérée pour une période de 8 heures par jour, en fonction d'une semaine de 40 heures, d'une substance chimique (sous forme de gaz, poussières, fumées, vapeurs ou brouillards) présente dans l'air au niveau de la zone respiratoire du travailleur, en vertu du Règlement sur la santé et la sécurité du travail (S-2.1, r.19.01). Cette valeur est exprimée en ppm, mg/m³ ou fibre/cm³.
VEMS
"Volume expiratoire maximal par seconde"
Volume maximal d'air qui peut être expulsé du poumon dans la première seconde d'une expiration forcée.
Verrue à l'amiante
Petite excroissance de la peau formée lors de la pénétration, sous la peau, de fibres d'amiante. Elle indique qu'une personne a été exposée à l'amiante.
Vésication
Formation de vésicules (cloques) sur la peau.
Volume résiduel
Volume de gaz restant dans les poumons à la fin d'une expiration forcée. Il est en moyenne de 1,35 litre chez la femme et 1,45 litre chez l'homme.
WHO
(World Health Organization)
Sigle anglais dont l'équivalent français est OMS (Organisation mondiale de la santé).
Zone respiratoire
Zone comprise à l'intérieur d'un hémisphère de 300 mm de rayon s'étendant devant le visage et ayant son centre sur une ligne imaginaire joignant les oreilles.