Acide sulfurique

Numéro CAS : 7664-93-9

Identification

Description


Numéro UN : UN1830

Formule moléculaire brute : H2O4S

Principaux synonymes

Noms français :

  • Acide sulfurique
  • Acide sulfurique concentré
  • Huile de vitriol

Noms anglais :

  • Concentrated sulfuric acid
  • Hydrogen sulfate
  • Oil of vitriol
  • Spirit of sulphur
  • Sulfuric acid
  • Sulphuric acid
  • Vitriol brown oil
Commentaires 1 2 3 4 5 6

L'acide sulfurique anhydre, pur à 100 %, est commercialement disponible mais il est moins couramment utilisé et moins stable en entreposage que l'acide sulfurique concentré. Celui-ci contient généralement 98 % d'acide sulfurique, le reste étant de l'eau. À moins que ce ne soit autrement spécifié, les données physicochimiques présentées dans cette fiche sont celles de l'acide sulfurique pur à 100 %. Lorsqu'elles sont disponibles, les informations concernant l'acide sulfurique concentré sont aussi incluses et les teneurs correspondant à ces données sont alors spécifiées.

Il ne faut pas confondre l'acide sulfurique concentré avec l'acide sulfurique fumant aussi appelé oléum. Ce dernier est une solution de 10 à 80 % de trioxyde de soufre dans l'acide sulfurique anhydre.

L'acide sulfurique est aussi disponible sous forme de solutions aqueuses à différentes concentrations. L'acide utilisé pour les accumulateurs au plomb (batteries) a une teneur inférieure à 51 %.

Consulter au besoin les produits suivants :

Solution aqueuse d'acide sulfurique à plus de 51 %

Solution aqueuse d'acide sulfurique à 51 % et moins

Acide sulfurique fumant (oléum)

Utilisation et sources d'émission 1 2 7 8

L'acide sulfurique est de loin le plus utilisé des produits chimiques industriels. On l'utilise à grand volume dans :

  • la fabrication d'engrais, dont les superphosphates et les phosphates d'ammonium
  • le lessivage des minerais non-ferreux, notamment le cuivre
  • le décapage en sidérurgie et le nettoyage de surface dans la production d'acier
  • la fabrication de pigments dont le dioxyde de titane
  • la production d'acide chlorhydrique et d'acide fluorhydrique
  • le raffinage du pétrole, que ce soit lors de procédés de purification ou d'alkylation
  • l'industrie des pâtes et papiers
  • l'industrie des explosifs
  • la production de détergents, comme agent de sulfonation
  • la production de matières premières pour l'industrie des polymères, tels que le caprolactame et le méthacrylate de méthyle
  • l'industrie des textiles synthétiques, dont la rayonne.

D'autres types d'industries spécialisées l'utilisent en volume moins important dont :

  • l'électrodéposition, dans les bains d'électrolytes
  • l'électronique pour la fabrication de composantes telles que les puces
  • la fabrication d'accumulateurs (batteries) au plomb, où il sert d'électrolyte
  • l'industrie pharmaceutique et les laboratoires, où il sert de réactif et d'agent acidifiant.

Dans l'atmosphère, les émissions d'oxydes de soufre provenant de l'utilisation des combustibles fossiles ou des éruptions volcaniques, sont converties en trioxyde de soufre qui en présence d'humidité forme un brouillard d'acide sulfurique, l'un des composants du smog. Dans les épisodes aigus de smog, la concentration en brouillard d'acide sulfurique a pu atteindre 50 µg/m3 dans le sud de l'Ontario durant l'été 1986, des records de 240 µg/m3 à Los Angeles dans les années 50 et de 678 µg/m3 à Londres en 1962.

Références

La cote entre [ ] provient de la banque ISST du Centre de documentation de la CSST.