Silice cristalline

 

L'information disponible sur cette substance est partielle. Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec le Répertoire toxicologique.

Identification

Description


Formule moléculaire brute : O2Si

Principaux synonymes

Noms français :

  • Dioxyde de silicium, cristalline
  • Silice cristalline
  • Silice cristalline (inhalée sous forme de quartz ou de cristobalite de source professionnelle)
  • Silices cristallines

Noms anglais :

  • Crystalline silica
  • Silica, crystalline (inhaled in the form of quartz or cristobalite from occupational sources)
  • Silica-crystalline
  • Silicon dioxide, crystalline
Commentaires 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23

La silice ou dioxyde de silicium (formule moléculaire : SiO2) peut exister sous forme de silice cristalline ou de silice amorphe. La silice cristalline, peut se présenter sous plusieurs formes (polymorphes : même formule chimique mais structure cristalline différente). Le quartz [CAS : 14808-60-7], qui est la forme cristalline que l'on trouve le plus en abondance de façon naturelle, est présente dans différents procédés miniers. Il est largement utilisé en industrie en raison de ses propriétés physico-chimiques intéressantes. Plusieurs milliers de travailleurs québécois sont potentiellement exposés au quartz dans différents domaines d'activités : les mines, les carrières et sablières, le traitement des minerais, le creusage de tunnel, la coupe de pierre et le polissage, la maçonnerie, les fonderies, le sablage au jet, les abrasifs, la céramique, les manufactures de verre et les pigments. Dans le secteur de la construction sur des ouvrages en béton ou en maçonnerie (brique ou mortier) lors du sciage, du ponçage, du meulage, du sablage etc. La cristobalite [CAS : 14464-46-1], quoique relativement rare dans la nature et en industrie, est la deuxième forme de silice cristalline la plus rencontrée. Elle provient, par exemple, de l'altération à la chaleur des fibres réfractaires céramiques. Le tripoli [CAS : 1317-95-9], est une forme microcristalline de quartz. La tridymite [CAS : 15468-32-3], la moins courantes des formes polymorphes réglementées de silice cristalline, est pratiquement inexistante à l'état naturel et peu ou pas documentée dans la littérature qui traite d'hygiène industrielle. Certaines formes de silices cristallines peuvent être converties en d'autres formes en fonction de l'augmentation ou de l'abaissement de la température, la figure 1 illustre ces conversions. La présence simultanée de différentes formes de silice cristalline est constatée notamment dans les matériaux réfractaires usagés.

Formes de la silice

Figure 1 : Conversions des formes de silices cristallines entre elles, en fonction de l'élèvement ou de l'abaissement de la température [Adapté de : Bohnet, M. et al., Refractory ceramics dans Ullmann's Encyclopedia of Industrial Chemistry. 7th. éd. Wiley InterScience (John Wiley & Sons). 2003-].

Les documents des organismes consultés n'utilisent pas tous la même identification pour les différents types de silice cristalline. Le tableau 2 compare l'identification (nom, CAS et forme) rapportée dans la littérature consultée.

Tableau 1 : comparaison d'identification (nom, CAS et forme) selon le type de silice cristalline et l'organisme consulté.

Type RSST1 ACGIH2 ChemIDplus3 CIRC4 NTP5 MAK6 NIOSH7
Quartz 14808-60-7a 14808-60-7b
1317-95-9b
14808-60-7 14808-60-7c Quartzd 14808-60-7e Voir silice cristalline
Tripoli 1317-95-9a Voir quartz 1317-95-9 Voir quartz --- ---
Cristobalite 14464-46-1a 14464-46-1b 14464-46-1 14464-46-1c Cristobalited 14464-46-1e
Tridymite

15468-32-3a --- 15468-32-3 15468-32-3 Tridymited 15468-32-3e
Silice cristalline --- Voir
quartz et
cristobalite
--- Voir
quartz et
cristobalite
Voir
quartz,
cristobalite et tridymite
Voir
quartz,
cristobalite et tridymite
14808-60-7a
Forme : aPoussière respirable bMasse particulaire respirable cInhalé de source professionnelle dDimension respirable eFraction respirable
  1. Règlement sur la santé et la sécurité du travail [S-2.1, r.19.01]. Québec : Éditeur officiel. (2007).
  2. Documentation of the TLVs® and BEIs® with Other Worldwide Occupational Exposure Values, CD-ROM 2006. Cincinnati, OH : ACGIH. (2006).
  3. National Library of Medicine, ChemIDplus® Database. Bethesda, MD : National Institutes of Health. (1994-).
  4. IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks of Chemical to Man, Silica. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks, Vol. 68. Lyon : IARC. (1997).
  5. U.S. Department of Health and Human Services, Crystaline silica. 11. Public Health Service, National Toxicology Program. (2005).
  6. Deutsche Forschungsgemeinschaft. Kommission zur Prüfung Gesundheitsschädlicher Arbeitsstoffe, List of MAK and BAT Values 2007 : maximum concentrations and biological tolerance values at the workplace. Report no. 43. Weinheim : Wiley-VCH. (2007).
  7. National Institute for Occupational Safety and Health, NIOSH pocket guide to chemical hazards. Washington, D.C. : NIOSH. (2005).

Utilisation et sources d'émission 1

Les types de silices cristallines ont des utilisations variées et particulières, chacune des silices cristallines réglementées au Québec ont des utilisations spécifiques. De plus, leurs niveaux d'utilisation et leurs présences dans le milieu de travail sont très différents. Pour obtenir des informations concernant chacune des silices cristallines règlementées au Québec, le Service du répertoire toxicologique vous suggère de consulter les fiches de renseignements suivantes :

Références

La cote entre [ ] provient de la banque ISST du Centre de documentation de la CSST.