Acide sulfurique fumant

Numéro CAS : 8014-95-7

Programme pour une maternité sans danger (PMSD)

Propriétés physiques pertinentes 1

Mise à jour : 2006-02-07

État physique : Liquide
Tension de vapeur : Voir Commentaires
Point d'ébullition : À 20 % de trioxyde de soufre : 140 °C; à 40 % : 100 °C; à 65 % : 58 °C
Solubilité dans l'eau : Voir Commentaires

Voies d'absorption

Mise à jour : 2006-02-08

Voies respiratoires : Négligeable
Voies digestives : Négligeable
Percutanée : Négligeable

Effets sur le développement 

Mise à jour : 2006-02-23

Il est peu probable que l'acide sulfurique soit absorbé dans l'organisme de façon significative puisqu'il est corrosif et exerce une action locale qui détruit les tissus au site de contact initial. Donc, l'exposition à ce produit ne devrait pas causer d'effet sur le développement.

Une étude de Murray et al. (1979) a tout de même été faite par inhalation d'aérosols d'acide sulfurique chez la souris et le lapin. Ils ont rapporté un effet foetotoxique chez le lapin en présence de toxicité maternelle à la plus forte dose (20 mg/m3). L'effet rapporté est vraisemblablement secondaire à la toxicité maternelle. Aucun effet significatif n'a été rapporté chez la souris.

Effets sur la reproduction 2

Mise à jour : 2006-02-23

Il est peu probable que l'acide sulfurique soit absorbé dans l'organisme de façon significative puisqu'il est corrosif et exerce une action locale qui détruit les tissus au site de contact initial. Donc, l'exposition à ce produit ne devrait pas causer d'effet sur la reproduction.

L'OCDE (SIDS, 2001) rapporte qu'il n'y a pas eu d'altération histologique sur les organes reproducteurs suite à des études de toxicité chronique ou de cancérogénicité chez le rat et le cochon d'Inde exposés à des aérosols (1 à 10 mg/m3) d'acide sulfurique.

Effets sur l'allaitement 

Mise à jour : 2006-02-08

  • Il n'y a aucune donnée concernant l'excrétion ou la détection dans le lait.

Cancérogénicité 3 4 5 6 7 8

Mise à jour : 2006-02-08

Évaluation de l'A.C.G.I.H. : Cancérogène humain suspecté (groupe A2).

Le CIRC (1992) considère que l'exposition professionnelle aux brouillards d'acides minéraux forts contenant de l'acide sulfurique est cancérogène pour l'homme (groupe 1). Cette évaluation est basée sur plusieurs études épidémiologiques démontrant que l'exposition à des brouillards d'acides inorganiques forts contenant de l'acide sulfurique provoque le cancer du larynx ou des poumons chez l'homme.

L'ACGIH (2004) considère que seulement l'acide sulfurique contenu dans les brouillards d'acides inorganiques forts est cancérogène suspecté chez l'humain (notation A2). Selon cet organisme, les études qui associent l'exposition à l'acide sulfurique et cancer du larynx contiennent plusieurs limitations : la description incomplète des méthodes ou des niveaux d'exposition, l'exposition simultanée à d'autres produits chimiques et le contrôle insuffisant de facteurs confondants comme la cigarette et la consommation d'alcool.

Selon le NTP (2005), les brouillards d'acides inorganiques forts contenant de l'acide sulfurique sont reconnus cancérogène (notation K). Le NTP considère que les évidences de cancer sont suffisantes chez l'humain. Selon leur évaluation, l'exposition professionnelle aux brouillards d'acides forts contenant de l'acide sulfurique est spécifiquement associée au cancer du larynx et des poumons chez l'humain.

Études chez l'animal

Kilgour et al. (2002) ont fait une étude par inhalation d'aérosols (0,62, 0,83 et 0,94 µm de diamètre) d'une solution d'acide sulfurique à 50 % chez le rat (0, 0,3, 1,38 et 5,52 mg/m3; 6 h/j, pendant 5 j ou 5 j/sem. pendant 28 j). Une métaplasie squameuse de l'épithélium du larynx et une prolifération cellulaire significative étaient visible chez les rats exposés aux deux doses les plus fortes après 5 et 28 jours d'exposition. Aucun effet n'a été rapporté chez les rats exposés à 0,3 mg/m3 après 5 jours d'exposition et seulement quelques rats ont démontré une faible métaplasie squameuse de l'épithélium du larynx sans prolifération cellulaire après 28 jours d'exposition. Les résultats à 0,3 mg/m3 sont considérés, selon les auteurs, comme une réponse adaptative du tissu à l'exposition aux aérosols irritants. La période d'exposition de cette étude est insuffisante pour une évaluation de la cancérogénicité.

Mutagénicité4 6 9

Mise à jour : 2006-02-08

  • Aucune donnée concernant un effet mutagène in vivo n'a été trouvée dans les sources documentaires consultées.

Aucune donnée n'est disponible sur les effets mutagènes in vivo de l'exposition aux brouillards d'acide sulfurique. Plusieurs études in vitro ont été faites sur l'effet d'un pH acide sur l'induction des aberrations ou des échanges chromosomiques. Ces études suggèrent que le mécanisme le plus susceptible de causer la cancérogénicité par l'exposition aux brouillards d'acide inorganique soit lié à leur capacité d'abaisser le pH ce qui influence l'intégrité du chromosome.

Commentaires 2 10

Mise à jour : 2006-02-08

Pour causer un effet toxique sur la reproduction ou le développement, un produit doit être absorbé, passer dans la circulation sanguine, se distribuer dans divers tissus de l'organisme (tels que le système reproducteur et le foetus) et y causer des changements nocifs. Il est peu probable que ce produit soit distribué dans l'organisme puisqu'il est corrosif et réagit avec les tissus au site de contact initial (les yeux, le nez, la gorge, les poumons ou la peau).

Références

  • ▲1.  Kirk-Othmer encyclopedia of chemical technology. 4th ed. New York : John Wiley & Sons. (1991-1998). [RT-423004]
  • ▲2.  Organisation de coopération et de développement économiques, Sulfuric Acid (CAS No: 7664-93-9). OECD Screening Information Data Sets (SIDS). Orlando, Florida : UNEP Publication. (2001).   http://www.chem.unep.ch/irptc/sids/OECDSIDS/sidspub.html
    http://www.chem.unep.ch/irptc/sids/OECDSIDS/7664939.pdf
  • ▲3.  American Conference of Governmental Industrial Hygienists, 2017 TLVs® and BEIs® : threshold limit values for chemical substances and physical agents and biological exposure indices. Cincinnati (OH) : ACGIH. (2017). [NO-003164]   http://www.acgih.org
  • ▲4.  American Conference of Governmental Industrial Hygienists, 2010 TLVs and BEIs with 7th edition documentation CD-ROM. Cincinnati, OH : ACGIH. (2010). Publication 0111CD. [CD-120061]   http://www.acgih.org
  • ▲5.  IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Occupational exposures to mists and vapours from strong inorganic acids, and other industrial chemicals. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks, Vol. 54. Lyon : International Agency for research on Cancer. (1992). [MO-002233]   http://www.iarc.fr
  • ▲6.  Agency for toxic substances and disease registry, Toxicological profile for sulfur trioxide and sulfuric acid. ATSDR. Research Triangle Park, NC : Research Triangle Park. (1998). [MO-019836], Microfiche : PB99-122038   http://www.atsdr.cdc.gov/toxprofiles/
  • ▲7.  Report on Carcinogens, 11th edition. Research Triangle Park, NC : U.S. Department of Health and Human Services, Public Health Service, National Toxicology Program. (2005).   http://ntp.niehs.nih.gov/index.cfm?objectid=32BA9724-F1F6-975E-7FCE50709CB4C932
  • ▲8.  Kilgour, J.D. et al., «Responses in the respiratory tract of rats following exposure to sulphuric acid aerosols for 5 or 28 days.» Journal of Applied Toxicology. Vol. 22, p. 387-395. (2002).
  • ▲9.  Dutch expert committee on occupational standards (DECOS), Strong inorganic acid mists containing sulphuric acid : Evaluation of the carcinogenicity and genotoxicity. No. 2003/07OSH,. Den Haag : Health council of the Netherlands. (2003).   http://www.gezondheidsraad.nl/sites/default/files/03@07OSH.pdf
  • ▲10.  Coyle, P. et Sonquis Forest, C, Workplace chemical hazards to reproductive health : a resource for worker health and safety training and patient education. Berkeley, Cal. : HESIS. (1990). [BR-000826]

La cote entre [ ] provient de la banque ISST du Centre de documentation de la CSST.