N 347 - Synonyme de Noir de carbone

Numéro CAS : 1333-86-4

Identification

Description


Principaux synonymes

Noms français :

  • Noir d'acétylène
  • Noir de carbone
  • Noir de fourneau
  • Noir de fumée
  • Noir thermique
  • Noir tunnel

Noms anglais :

  • Carbon black
  • Channel black
  • Furnace black
  • Lamp black
  • Thermal black.
Commentaires 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

Le noir de carbone appartient à une forme amorphe du carbone alors que le diamant et le graphite appartiennent à une forme cristalline du carbone. Le noir de carbone est une forme de carbone élémentaire obtenu industriellement. Il se présente sous forme de très petites particules. À cause de sa grande utilisation il est la forme de carbone élémentaire le plus fortement répandu. Le noir de carbone est produit dans des conditions minutieusement contrôlées. Le tableau suivant compare les divers procédés chimiques industriels produisant les différents types de noir de carbone dont le noir de fourneau (Furnace Black), qui est celui le plus utilisé.

Procédé chimique

Type de noir de carbone

Diamètre (nm)

Produit de départ

Combustion incomplète

Noir de fumée (Lamp black)

50-100

Hydrocarbures de goudron

Noir tunnel (Channel Black)

10-30

Gaz naturel

Noir de fourneau (Furnace Black)

10-80

Gaz naturel
Liquide aromatique

Décomposition thermique

Noir thermique (Thermal Black)

150-500

Gaz naturel

Noir d'acétylène (Acetylene Black)

35-70

Acétylène

Lorsqu'il s'agit de définir la grosseur des particules de noir de carbone, on constate que dans la documentation, qu'elles sont incorrectement identifiées comme étant des particules exceptionnellement petites, souvent définies comme étant ultrafines (plus petites que 0,1 µm ou 100 nm en diamètre aérodynamique). Lors du procédé de fabrication, les premières particules à se former dans le réacteur sont très petites et identifiées comme étant des nodules (nanoparticules d'environ 15 à 300 nm ou 0,015 à 0,300 µm). S'ensuit une séquence rapide d'élaboration d'une structure complexe à l'intérieur même du réacteur. Les nodules, presque sphériques, s'agglomèrent en agrégats (environ 85 à 500 nm) qui deviennent des structures de base indivisibles de noir de carbone. De plus, des forces électriques maintiennent des liens entre les agrégats eux-mêmes pour former des agglomérats (de 1 µm à plus de 100 µm) eux-mêmes formés de centaines à des milliers d'agrégats fortement adhérés entre-eux. Le noir de carbone commercial est sous forme d'agglomérats, lesquels ne se fragmenteront pas en agrégats. D'autre part, le noir de carbone est défini par l'IUPAC (International Union of Pure and Applied Chemistry) comme étant des particules, nodules ou agrégats ayant une dimension inférieure à 1 000 nm. Le noir de carbone est de plus transformé en granules pour en faciliter la manipulation et réduire la formation de poussières. La grosseur de ces granules est généralement de l'ordre de 0,1 à 1 mm.

Formation d'un agglomérat

Adapté de : International Carbon Black Association, Carbon Black User's Guide, Safety, Health, & Environmental Information. International Carbon Black Association. (2004).

La teneur en carbone élémentaire de la plupart des noirs de carbone varie entre 97 et 99 %. Les noirs de carbone peuvent aussi contenir d'autres éléments chimiques comme l'hydrogène, l'oxygène, l'azote et le soufre qui sont liés chimiquement au carbone. L'oxygène est lié à leur surface, surtout sous forme de groupes fonctionnels acides ou basiques. La teneur en oxygène est de la plus haute importance pour les utilisations de ces produits. Selon la nature des matières de départ utilisées pour leur fabrication, leurs méthodes de production, leurs aires de surface élevées et les propriétés de leur surface, les noirs de carbone commerciaux contiennent typiquement des quantités variables de sous-produits adsorbés à leur surface, en particulier des composés aromatiques. Ils appartiennent aux classes suivantes : les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les dérivés nitrés et soufrés de HAP.

Bien que la suie et le noir de carbone soient tous deux obtenus par décomposition thermique ou par combustion partielle de matières contenant du carbone, la suie se distingue du noir de carbone de plusieurs façons : elle est essentiellement un sous-produit indésirable de la combustion de sources multiples de carburants (bois, charbon, produits pétroliers), elle est obtenue sans procédé définit et sans contrôle de qualité (degré de pureté et régularité de la grosseur des particules). De plus, chimiquement, la suie contient un niveau de goudron plus élevé.

Le noir de carbone (carbon black) [1333-86-4], a l'apparence et certaines caractéristiques de plusieurs substances similaires. Les substances suivantes sont très souvent identifiées, à tort, comme étant du noir de carbone :

  • graphite naturel (natural graphite) [7782-42-5]
  • graphite synthétique (synthetic graphite) [pas de CAS]
  • charbon de bois en poudre (charcoal powder) [16291-96-6]
  • poussières de charbon (coal dust) [53570-85-7]
  • charbon activé (activated charcoal) [64365-11-3]
  • noir animal (bone black) [8021-99-6]
  • suie (soot) [pas de CAS]
  • coke en poudre (coke powder) [7440-44-0]
  • coke de pétrole calciné (calcined coke (petroleum)) [64743-05-1]

Pour chacune d'entre elles, il existe une identification propre ainsi que des propriétés chimiques et toxicologiques spécifiques.

Utilisation et sources d'émission 8 9 12 13

Le noir de carbone est surtout utilisé comme agent de renforcement dans les produits de caoutchouc tels que les pneus, les boyaux, les bandes transporteuses, les câbles et autres accessoires mécaniques en caoutchouc. Il est aussi utilisé comme pigment noir dans les encres d'imprimerie, de lithographie et de typographie; dans le papier carbone et le ruban des machines à écrire, dans les peintures (incluant les poudres électrostatiques), les revêtements et enduits, les vernis, les laques, les plastiques, les fibres, les céramiques, les émaux, les papiers, les disques d'enregistrement et l'encre en poudre à photocopieur. Il est aussi employé à l'apprêtage du cuir et à la fabrication de batteries de piles sèches, d'électrodes et de balais de carbone, de conducteurs électriques, de produits en caoutchouc et en plastique conductibles et antistatiques, de blindage contre l'interférence électromagnétique, de vidéodisques et de bandes vidéo. Il sert à stabiliser les polyoléfines contre les rayons ultraviolets. Finalement, il sert à la fabrication de matériaux isolants résistant aux hautes températures.

Il existe au moins 35 types de noir de carbone de qualité différente, qui sont utilisés principalement dans les produits de caoutchouc, et environ 80 types différents qui sont employés comme pigments ou ayant une application spéciale.

La présence de carbone élémentaire dans l'atmosphère urbaine est une source environnementale d'exposition. Cependant, ce type de carbone est identifié comme étant du "black carbon" qui est différent du noir de carbone "carbon black", et qui s'apparente plutôt à de la suie. Les différences entre le noir de carbone et le "black carbon" sont de trois types. Premièrement, les nodules de noir de carbone ont une surface plus uniforme que celles du "black carbon" qui ont un aspect rugueux. Deuxièmement, les particules de noir de carbone s'agglomèrent alors que celles du "black carbon" restent des particules entités individuelles qui sont diluées dans l'atmosphère. Finalement, les particules de noir de carbone contiennent beaucoup moins d'impuretés que celles du "black carbon".

Une confusion existe dans la littérature concernant la traduction du terme "black carbon" et sur l'identité de cette substance, plusieurs auteurs font référence à du noir de carbone. Le "black carbon" provient essentiellement de la combustion de matières organiques comme le carburant diesel, le bois et le charbon. La NASA le tient en partie responsable des changements climatiques terrestre.

Références

  • ▲1.  IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Overall evaluations of carcinogenicity : an updating of IARC monographs volumes 1-42. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks to humans, Supplement 7. Lyon : International Agency for Research on Cancer. (1987). [MO-011531]   http://www.iarc.fr ou
    http://monographs.iarc.fr/
  • ▲2.  IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks of Chemical to Man, Certain polycyclic aromatic hydrocarbons and heterocyclic compounds. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks of chemical to man, Vol. 3. Lyon : International Agency for Research on Cancer. (1973). [MO-023429]   http://www.iarc.fr
  • ▲3.  IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks of Chemical to Humans, Polynuclear aromatic hydrocarbons, part carbon blacks, mineral oils (lubricant base oils and derived products) and some nitroarenes. IARC monographs on the evaluation of the carcinogenic risk of chemicals to humans, Vol. 33. Lyon : International Agency for Research on Cancer. (1984). [MO-005645]   http://www.iarc.fr
  • ▲4.  IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks of Chemical to Humans, Polynuclear aromatic compounds, part 3, industrial exposures in aluminium production, coal gasification, coke production, and iron and steel founding. IARC monographs on the evaluation of the carcinogenic risk, Vol. 34. Lyon : International Agency for Research on Cancer. (1984). [MO-005714]   http://www.iarc.fr
  • ▲5.  IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks of Chemical to Humans, Polynuclear aromatic compounds, part 4, bitumens, coal-tars and derived products, shale-oils and soots. IARC monographs on the evaluation of the carcinogenic risk of chemicals to humans, Vol. 35. Lyon : International Agency for Research on Cancer. (1985). [MO-006522]   http://www.iarc.fr
  • ▲6.  IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Printing processes and printing inks, carbon black and some nitro compounds. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks to humans, Vol. 65. Lyon : International Agency for Research on Cancer. (1996). [MO-018684]   http://www.iarc.fr
  • ▲7.  IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Silica, some silicates, coal dust and para-aramid fibrils. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks to humans, Vol. 68. Lyon : International Agency for Research on Cancer. (1997). [MO-019731]   http://www.iarc.fr
  • ▲8.  Bohnet, M. et al., Ullmann's Encyclopedia of Industrial Chemistry. 7th. Wiley InterScience (John Wiley & Sons). (2003-).   http://www3.interscience.wiley.com (http://www3.interscience.wiley.com/cgi-bin/mrwhome/104554801/HOME)
  • ▲10.  Tran CL, Donaldson K et al., A scoping study to identify hazard data needs for addressing the risks presented by nanoparticles and nanotubes. Research Report. Institute of Occupational Medecine. (2005).   http://www.defra.gov.uk/environment/nanotech/nrcg/pdf/hazarddata-scoping.pdf
  • ▲11.  International Union of Pure and Applied Chemistry, IUPAC Compendium of Chemical Terminology. IUPAC. (1997).   http://www.iupac.org/publications/compendium/index.html
    (pages consultées en février 2006)
  • ▲12.  NASA Goddard Institute for Space Studies, Black carbon contributes to droughts and floods in China. NASA. (2002).   http://earthobservatory.nasa.gov///Newsroom/NasaNews/2002/2002092610820.html
  • ▲13.  Kroschwitz, J.I., Kirk-Othmer encyclopedia of chemical technology : Antibacterial Agents, Overview to Bioseparations. Vol. 3, 5th ed. Hoboken, N.J. : John Wiley & Sons. (2004-). [RT-423004]
  • ▲14.  Cairelli, S.G., Ludwig, H.R. et Whalen, J.J., Documentation for immediately dangerous to life or health concentrations (IDLHS). Springfield (VA) : NTIS. (1994). PB-94-195047. [RM-515102]   http://www.cdc.gov/niosh/idlh/intridl4.html
  • ▲15.  Filion, A.-M., Gagné, M. et Dumont, J., Guide d'utilisation d'une fiche signalétique. Service du répertoire toxicologique. CSST. (2002). DC 200-338-3. [CS-000286]   http://www.csst.qc.ca/NR/rdonlyres/ABCED347-AB84-4A68-8DD3-5547006023B5/1837/dc_200_338_7.pdf
  • ▲16.  Drolet, D. et Beauchamp, G, Guide d'échantillonnage des contaminants de l'air en milieu de travail. Études et recherches / Guide technique, 8ème éd. revue et mise à jour. Montréal : IRSST. (2012). T-06. [MO-220007]   http://www.irsst.qc.ca
    http://www.irsst.qc.ca/files/documents/PubIRSST/t-06.pdf
  • ▲22.  Santodonato, J. et al., Monograph on human exposure to chemicals in the workplace: Carbon black.. (1985). [MO-009421], Microfiche : PB86-152048, SRC-TR-84-1015
  • ▲23.  Deutsche Forschungsgemeinschaft. Kommission zur Prüfung Gesundheitsschädlicher Arbeitsstoffe, Occupational toxicants : critical data evaluation for MAK values and classification of carcinogens. Weinheim; New York : VCH. (1991-). [MO-020680]   www.wiley-vch.de
    www.mak-collection.com
    http://onlinelibrary.wiley.com/book/10.1002/3527600418/topics
  • ▲24.  Bingham, E., Cohrssen, B. et Powell, C.H., Patty's toxicology. A Wiley-Interscience publication. New York (Toronto) : John Wiley. (2001-). [RM-214008]   http://www3.interscience.wiley.com (http://www3.interscience.wiley.com/cgi-bin/mrwhome/104554795/HOME)
  • ▲25.  Watson, A.Y. et Valberg, P.A., «Particle-induced lung tumours in rats : evidence for species specificity in mechanisms.» Inhalation Toxicology. Vol. 8, no. Suppl., p. 227-257. (1996).
  • ▲26.  Buddingh, F. et al., «Physiological significance of benzo(a)pyrene adsorbed to carbon blacks: elution studies, AHH determinations.» American Industrial Hygiene Association Journal. Vol. 42, no. 7, p. 503-509. (1981).
  • ▲27.  Joint WHO/FAO Expert Committee on Food Additives (JECFA ), WHO food additives series 22 : Carbon black. Safety evaluation of certain food additives and contaminants. Genève : World Health Organization, International Programme on Chemical Safety.   http://www.inchem.org/
    http://www.inchem.org/documents/jecfa/jecmono/v22je10.htm
  • ▲28.  Aitken, R.J., Creely, K.S. et Tran, C.L. , Nanoparticles : an occupational hygiene review . HSE Research report 274 , . Grande-Bretagne : Health and Safety Executive. ( 2004 ). [MO-025999 ]
  • ▲29.  Grant, W.M. et Schuman, J.S., Toxicology of the eye : effects on the eyes and visual systems from chemicals, drugs, metals and minerals, plants, toxins and venoms; also, systemic side effects from eye medications. Vol. 1, 4th ed. Springfield (ILL.) : Charles C. Thomas. (1993). [RM-515030]
  • ▲30.  American Conference of Governmental Industrial Hygienists, 2010 TLVs and BEIs with 7th edition documentation CD-ROM. Cincinnati, OH : ACGIH. (2010). Publication 0111CD. [CD-120061]   http://www.acgih.org
  • ▲31.  Health Effects Institute, Pulmonary toxicity of inhaled diesel exhaust and carbon black in chronically exposed rats. Part I : Neoplactic and nonneoplastic lung lesions. Research report / HEI ; 68. Cambridge, Mass. : HEI. (1995). [MO-017232]
  • ▲32.  Robertson, J.M., «Epidemiologic studies in North American carbon black workers.» Inhalation Toxicology. Vol. 8, no. SUPPL., p. 41-50. (1996).
  • ▲33.  Brockmann, M., Fischer, M. et Müller, K-M., «Exposure to carbon black: a cancer risk?.» International Archives of Occupational and Environmental Health. Vol. 71, p. 85-99. (1998).
  • ▲34.  Gardiner, K , «The health effects of carbon black .» In: Hazards in the european rubber industry. Conference proceedings. , p. 1-10. Manchester, G.-B. : Rapra Technology Limited. (1999). Paper 1. [MO-026085]
  • ▲35.  George, H.Y. et Parent, R.A., «Acute toxity data with Carbon Black.» Journal of the American College of Toxicology/ Part B Acute toxicity data. Vol. 15, no. suppl. 1, p. S28-S29. (1996).
  • ▲36.  Parent, M.E., Siemiatycki, J. et Renaud, G. , «Case-control study of exposure to carbon black in the occupational setting and risk of lung cancer .» American Journal of Industrial Medicine. Vol. 30, no. 3, p. 285-292 . (1996). [AP-051038]
  • ▲37.  Valberg, P.A. et Watson, A.Y. , «Lung cancer rates in carbon-black workers are discordant with predictions from rat bioassay data .» Regulatory Toxicology and Pharmacology. Vol. 24, no. 2, p. 155-170 . (1996). [AP-051671]
  • ▲38.  Meeting reports, « IARC evaluates printing processes and printing inks, carbon black and some nitro compounds .» Scandinavian Journal of Work, Environment & Health. Vol. 22, no. 2, p. 154-156 . (1996). [AP-050535]
  • ▲39.  IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Carbon Black, Titanium Dioxide and Talc. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks to humans, Vol. 93. Lyon : International Agency for Research on Cancer. (2010).   http://www.iarc.fr/
    http://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol93/mono93.pdf
  • ▲40.  American Conference of Governmental Industrial Hygienists, 2017 TLVs® and BEIs® : threshold limit values for chemical substances and physical agents and biological exposure indices. Cincinnati (OH) : ACGIH. (2017). [NO-003164]   http://www.acgih.org
  • ▲41.  Bond, J.A. et al., «DNA adduct formation in rat alveolar type II cells : cells potentially at risk for inhaled diesel exhaust .» Environmental and Molecular Mutagenesis. Vol. 16, p. 64-69. (1990). [AP-049381]
  • ▲42.  Driscoll, K.E. et al., «Pulmonary inflammatory, chemokine, and mutagenic responses in rats after subchronic inhalation of carbon black .» Toxicology and Applied Pharmacology. Vol. 136, p. 372-380 . (1996). [AP-049380]
  • ▲43.  Gallagher, J. et al., «Formation of DNA adducts in rat lung following chronic inhalation of diesel emissions, carbon black and titanium dioxide particles .» Carcinogenesis. Vol. 15, no. 7, p. 1291-1299 . (1994). [AP-050154]
  • ▲44.  Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail, CHEMINFO, Hamilton, Ont. : Canadian Centre for Occupational Health and Safety   http://ccinfoweb.ccohs.ca/cheminfo/search.html
  • ▲45.  France. Institut national de recherche et de sécurité, Fiche toxicologique no 264 : Noir de carbone. Cahiers de notes documentaires. Paris : INRS. (2007). [RE-005509]   http://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox.html
    http://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox/fiche.html?refINRS=FICHETOX_264
  • ▲46.  Côté, A.E. et Linville, J.L., Fire protection handbook. 18th ed. Quincy, Mass. : NFPA. (1997). [RR-334002]   http://www.nfpa.org
  • ▲47.  Combustion and explosion characteristics of dusts : BIA-Report 13/97. Sankt Ausgustin, Allemagne. (1997). [MO-127954]

La cote entre [ ] provient de la banque ISST du Centre de documentation de la CSST.