The section entitled For a Maternity Experience program is not available in English for this substance. Consult the French version.

Programme pour une maternité sans danger (PMSD)

Propriétés physiques pertinentes 1 2 3 4 5 6

Mise à jour : 2004-02-17

État physique : Liquide
Tension de vapeur : 22 mm de Hg    (2,9 kPa) à 20 °C
Autre valeur : 28,4 mm de Hg (3,79 kPa) à 25 °C, 36,7 mm de Hg (4,89 kPa) à 30 °C
Point d'ébullition : 110,6 °C
Solubilité dans l'eau : 0,515 g/l à 20 °C
Autre valeur : 0,47 g/l à 16 °C, 0,67 g/l à 23,5 °C
Coefficient de partage (eau/huile) : 0,00191
Masse moléculaire : 92,15

Voies d'absorption

Mise à jour : 2004-02-25

Voies respiratoires : Absorbé
Voies digestives : Absorbé
Percutanée : Absorbé

Effets sur le développement 5 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67

Mise à jour : 2004-11-12

  • Il traverse le placenta chez l'humain.
  • Il a un effet embryotoxique et/ou foetotoxique chez l'animal.
  • Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate de l'effet postnatal.

Placenta

Selon une étude d'Ungvary et al. (1985) effectuée par inhalation chez la souris (1 375 et 2 700 mg/m³ pendant 24 h/j ; jours 10 à 13 de la gestation), les concentrations sanguines foetales peuvent atteindre 76 % de celles mesurées dans le sang maternel. Une étude par inhalation effectuée par Ghantous et Danielsson (1986) chez la souris (inhalation pendant 10 min de toluène radiomarqué, concentration non mesurée, jour 17 de la gestation) a permis de confirmer le transfert placentaire (détection dans divers tissus maternels et foetaux dont le liquide amniotique).

Développement prénatal

Chez l'humain

Une étude des issues de grossesse a été effectuée par Axelsson et al. (1984) auprès de femmes ayant travaillé en laboratoire entre 1968 et 1979. Une augmentation non significative des fausses couches, l'absence de mortalité périnatale et l'absence de malformations ont été observées chez les femmes exposées à des solvants organiques (plus d'une douzaine de solvants incluant entre autres le chloroforme, l'éther, le chlorure de méthylène, l'acétone, le toluène, etc.).

Une étude du type cas-témoin de Taskinen et al. (1986) concernant des femmes dans 8 industries pharmaceutiques finlandaises travaillant avec de nombreux solvants (le toluène, le benzène, le xylène, le chloroforme, le chlorure de méthylène, etc.), n'a pas permis d'observer d'augmentation des avortements spontanés reliée spécifiquement au toluène.

Une étude du type cas-témoin de McDonald et al. (1987) concernant la population montréalaise a montré un excès d'anomalies pouvant être relié à l'exposition à des solvants aromatiques, notamment au toluène.

Une étude du type cas-témoin a été effectuée par Taskinen et al. (1989) à partir d'un registre finlandais concernant les issues de grossesse des épouses d'hommes exposés à des solvants (le toluène, le styrène, le xylène, le tétrachloroéthylène, le trichloroéthylène, le trichloro-1,1,1 éthane, l'acétone, etc.). Les résultats suggèrent une association significative entre une exposition quotidienne au toluène et l'augmentation de la fréquence des avortements spontanés.

Lindbohm (1990) a effectué une étude auprès de travailleuses finlandaises ayant fait l'objet d'une surveillance biologique pour les solvants au cours des années 1965 à 1983. Il y a eu une augmentation des avortements chez un petit groupe travaillant dans l'industrie de la chaussure. Le nombre réduit de cas et l'exposition mixte à d'autres solvants limitent l'interprétation concernant l'exposition au toluène.

Une étude épidémiologique de Ng et al. (1992) a été faite chez des femmes exposées uniquement au toluène dans une usine de fabrication de haut-parleurs. Un premier groupe était exposé à des concentrations ambiantes de 50 à 150 ppm et le second à des concentrations de 0 à 25 ppm. La comparaison avec un groupe contrôle a permis de montrer un taux d'avortements spontanés significativement plus élevé chez les femmes exposées aux concentrations plus élevées que chez celles du groupe peu ou pas exposé.

Une étude rétrospective du type cas-témoin a été effectuée par Taskinen et al. (1994) concernant les issues de grossesse de femmes travaillant en laboratoire et exposées simultanément à divers solvants (le toluène, le styrène, le xylène, le tétrachloroéthylène, le trichloroéthylène, le trichloro-1,1,1 éthane et l'acétone). Les résultats suggèrent une association significative entre une exposition au toluène (de 3 à 5 fois/semaine) et l'augmentation de la fréquence des avortements spontanés.

Intoxication volontaire consécutive à l'inhalation « abusive » de toluène (ex. sniffer de la colle contenant du toluène)

Plusieurs études ont rapporté une association entre l'incidence d'anomalies et l'exposition abusive au toluène à des fins euphorisantes. Cependant, il s'agit d'expositions à des concentrations considérées inhabituelles en milieu de travail. De plus, plusieurs facteurs limitent l'interprétation des données : exposition non quantifiée, exposition simultanée à plusieurs substances, condition maternelle souvent méconnue, etc. (Holmberg, 1979 ; Toutant et Lippman, 1979 ; Hersh et al., 1985 et 1989 ; Goodwin, 1988; Lindemann, 1991 ; Pearson et al., 1994 ; Arnold et al., 1994 ; Wilkins-Haug et Gabow, 1991; Erramouspe et al., 1996).

Chez l'animal

Exposition par inhalation

Hudak et Ungvary (1978) ont effectué une étude par inhalation chez la souris (qualité analytique ; 0, 500 et 1 500 mg/m³, 24 h/j ; jours 6 à 13 de la gestation) et le rat (qualité analytique ; 0 et 1 000 mg/m³, pendant 8 h/j aux jours 1 à 21 de la gestation ; 0 et 1 500 mg/m³, pendant 24 h/j aux jours 1 à 8 ou  8 h/j aux jours 9 à 14 de la gestation). Chez la souris, il y a eu une diminution significative du poids foetal en l'absence de toxicité maternelle à 500 mg/m³, toutes les mères sont décédées à 1 500 mg/m³. Chez le rat, aucun effet significatif n'a été observé à 1 500 mg/m³ aux jours 1 à 8 ou 9 à 14 de la gestation malgré l'augmentation de la mortalité maternelle. Il y a eu une augmentation statistique des foetus avec un retard squelettique à 1 000 mg/m³ en présence d'une forte mortalité maternelle pour le groupe traité.

Gleich et Hofman en1983 (cité par Klimish et al. , 1992) ont effectué une étude par inhalation chez la souris (pureté non citée ; 0 et 400 ppm, 7 h/j ; jours 6 à 15 de la gestation). Le seul effet mentionné est une augmentation statistique significative du taux des résorptions précoces.

Ungvary et Tatrai (1985) ont fait inhaler du toluène à des souris (pureté non spécifiée ; 0, 500, 1 000 et 1 500 mg/m³, 3 à 4 h/j; jours 6 à 15 de la gestation) et à des lapins (pureté non spécifiée ; 0, 500 et 1 000 mg/m³, 24 h/j ; jours 7 à 20 de la gestation). Chez la souris, l'exposition n'a pas eu d'effet à 500 mg/m³ tant chez les foetus que chez les mères, aucun effet maternel n'a été rapporté à 1 000 mg/m³ alors que chez les foetus une diminution pondérale et un retard d'ossification ont été observés, toutes les femelles sont décédées à 1 500 mg/m³. Chez le lapin, aucun effet significatif n'a été observé chez les foetus et les mères à 500 mg/m³ alors qu'une toxicité foetale (mortalité) et maternelle (mortalité, avortement) a été rapportée à 1 000 mg/m³.

Courtney et al. (1986) ont effectué une étude par inhalation chez la souris (qualité pesticide ; 0, 200 et 400 ppm, 7 h/j ; jours 7 à 16 de la gestation). Aucun signe de toxicité maternelle n'a été observé à l'exception d'une baisse relative du poids du foie et une augmentation significative de l'activité enzymatique cérébrale à 400 ppm. Une augmentation statistique significative d'une anomalie du bassinet à 200 ppm ainsi qu'une augmentation non statistique d'anomalies osseuses à 400 ppm ont été rapportées par les auteurs.

Klimisch et al. (1992) ont effectué deux études par inhalation chez le lapin. Dans la première (99,9 % pur ; 0, 20, 100 et 300 ppm pendant 6 h/j ; jours 6 à 18 de la gestation), il y a eu une augmentation dose réponse non significative des pertes post-implantation ainsi qu'une augmentation significative des retards squelettiques. Dans la seconde étude (99,9 % pur ; 0, 100 et 500 ppm pendant 6 h/j ; jours 6 à 18 de la gestation), les auteurs ont rapporté une augmentation significative des variations au niveau des tissus mous ainsi que du nombre total des foetus ayant des anomalies (externes, tissus mous et squelettiques). Il n'y a eu aucune toxicité maternelle au cours des deux études. On ne peut conclure à un effet embryotoxique ou foetotoxique étant donné que les variations et les anomalies observées sont dans l'écart des contrôles historiques et non reliées à la dose pour certaines d'entre elles, ce qui signifie qu'elles sont probablement d'origine spontanée et non reliée à l'exposition maternelle.

Roberts et al. (1993) ont effectué une étude par inhalation chez le rat. L'étude exploratoire (pureté non spécifiée ; 0, 500, 1 000, 2 000, 3 500 et 5 000 ppm pendant 6 h/j ; jours 6 à 15 de la gestation) a montré un effet embryotoxique aux doses maternotoxiques de 3 500 et 5 000 ppm. L'étude finale (pureté non spécifiée ; 0, 250, 750, 1 500 et 3 000 ppm pendant 6 h/j ; jours 6 à 15 de la gestation) a également montré un effet embryotoxique aux doses maternotoxiques de 1 500 et 3 000 ppm. Cependant, il s'agit d'un résumé d'études dans lequel il n'y a aucune donnée statistique. L'étude complète n'a pas été publiée.

Brooker et al. (1993) ont effectué, pour l'American Petroleum Institute, une étude exploratoire par inhalation chez le rat (99,9 % pur ; 0, 500, 1 000, 2 000, 3 500 et 5 000 ppm pendant 6 h/j ; jours 6 à 15 de la gestation). Les auteurs ont rapporté de la toxicité maternelle aux doses de 2 000 ppm et plus ainsi que de l'embryotoxicité à 3 500 et 5 000 ppm. Aucune donnée statistique n'a été rapportée.

Ono et al. (1995) ont effectué une étude par inhalation chez le rat (98 % pur ; 0, 600 et 2 000 ppm, 6 h/j ; jours 6 à 17 de la gestation). Ils ont rapporté un effet embryotoxique en présence de toxicité maternelle (atteintes biochimiques, poids des organes) à 600 et 2 000 ppm. Lors du prélèvement au jour 20 de la gestation aucun effet n'a été observé concernant les implants, la mortalité, les malformations, etc.). À la naissance, un effet statistiquement significatif sur la proportion mâle/femelle a été rapporté à 600 et 2 000 ppm,  alors qu'une baisse pondérale statistiquement significative a été observée à 2 000 ppm. Cependant, le nombre de portées était limité.

Exposition par la voie cutanée

Overman (1981) a effectué une étude par voie cutanée qui s'avère insuffisante parce que de nombreux paramètres ne sont pas cités par l'auteur.

Exposition par la voie orale

Deux études ont été effectuées par la voie orale. Nawrot et Staples (1979) ont rapporté, dans un résumé, un effet embryotoxique en l'absence de toxicité maternelle chez la souris traitée (pureté non spécifiée; gavage ; 0, 0,3, 0,5 et 1,0 ml/kg; jours 6 à 15 de la gestation) comparativement à une absence d'embryotoxicité en présence de toxicité maternelle à la dose la plus forte et pour une période de traitement différente (gavage; 1,0 ml/kg; jours 12 à 15 de la gestation). Gospe et Zhou (2000) ont montré une atteinte significative de la neurogenèse et de la migration neuronale dans le cortex cérébral du rat (qualité analytique; gavage; 0 et 650 mg/kg; jours 6 à 21 de la gestation).

Note

Diverses opinions ainsi que des estimations quantitatives du risque toxique ont été publiées. Nous vous suggérons de vous référer aux études suivantes : Klimisch et al., 1992; Brodeur et al., 1996; Stijkel et Reijnders, 1995; Jankovic et Drake, 1996;  Deutsche Forschungsgemeinschaft, 2004.

Développement postnatal

Kostas et Hotchin (1981) ont rapporté des modifications comportementales chez les souriceaux nés de mères traitées (qualité technique; voie orale; 0, 16, 80 et 400 ppm; exposition pendant l'accouplement, la gestation et la lactation jusqu'à la fin des tests, soit 55 jours). Il y a eu une diminution temporaire de la performance à la tige tournante pour tous les groupes exposés au toluène ainsi qu'une diminution de l'activité à 400 ppm dans le test des champs ouverts.

Shigeta et al. (1982) n'ont pas mis en évidence d'effets postnataux lors d'une étude par inhalation chez la souris (pureté non spécifiée ; 0, 100 et 1 000 ppm pendant 6 h/j ; jours 1 à 17 de la gestation). Les auteurs n'ont mentionné aucune donnée concernant les effets chez les mères.

Courtney et al. (1986), lors d'une étude par inhalation chez la souris (qualité pesticide ; 0 et 400 ppm, 6 h/j ; jours 7 à 16 de la gestation), ont rapporté une augmentation statistique significative du poids corporel à la naissance mais négative à 21 jours postnataux. Une augmentation significative de l'activité enzymatique a été observée à 21 jours postnataux uniquement au niveau cérébral.

Slomianka et al. (1990) ont évalué l'effet du toluène sur certaines régions cérébrales chez le rat (pureté non spécifiée ; inhalation ; 0, 100 et 500 ppm ; jours postnataux 1 à 28). Ils ont rapporté une diminution significative du volume de certaines aires cérébrales à 100 et 500 ppm alors qu'une atteinte histologique a été observée à 500 ppm. Un faible nombre d'animaux a été utilisé.

Da-Silva et al. (1990) ont effectué une étude par inhalation chez le rat et le hamster (pureté non spécifiée ; 0 et 800 mg/m³ ; jours 14 à 20 de la gestation chez le rat et jours 6 à 11 chez le hamster). Chez le rat, ils ont observé une diminution significative du poids à la naissance, en l'absence de toxicité maternelle, ainsi qu'une diminution significative de la latence d'entrée dans un labyrinthe chez les mâles mais pas en ce qui concerne les femelles. Chez le hamster, ils n'ont pas observé d'effet embryotoxique ni de toxicité maternelle, mais une diminution significative de la performance à la tige tournante lors du troisième essai, mais aucun effet sur le développement des réflexes et le test du labyrinthe.

Ono et al. (1995) ont effectué une étude par inhalation chez le rat (0, 600 et 2 000 ppm, 6 h/j ; jours 6 à 17 de la gestation). Ils ont rapporté un effet embryotoxique en présence de toxicité maternelle à 600 et 2 000 ppm. Au cours de la période postnatale, ils ont rapporté certaines modifications biochimiques significatives à 56 jours postnataux à 600 et 2 000 ppm avec, à 2 000 ppm, une baisse pondérale significative. Les tests neurocomportementaux se sont avérés négatifs.

Une étude a été pratiquée par Jones et Balster (1997) chez la souris (inhalation ; 0, 200, 400 et 2 000 ppm pendant 60 min, 3 fois/jour ; jours 12 à 17 de la gestation). Aucune toxicité maternelle n'a été observée à 200, 400 et 2 000 ppm. Aucun effet sur les paramètres morphologiques n'a été rapporté à 200 et 400 ppm. Une diminution significative du poids à la naissance et pendant la première semaine postnatale ainsi qu'une baisse significative de la performance à plusieurs tests indiquent une atteinte postnatale.

Thiel et Chahoud (1997) ont fait une étude par inhalation chez les rats (99 % pur ; 300, 600, 1 000 et 1 200 ppm pendant 6 h/j ; jours 9 à 21 de la gestation). Ils ont rapporté une baisse pondérale chez les mères exposées. Les concentrations sanguines maternelles étaient de 0,57 et 2,48 mg/l pour les expositions de 300 et 1 200 ppm. Il y a eu une baisse pondérale significative à 1 000 et 1 200 ppm ainsi qu'une augmentation significative de la mortalité à 1 200 ppm. Aucun effet significatif n'a été observé lors du développement postnatal (morphologie, réflexes, locomotion et apprentissage).

Hougaard et al. (1999) ont exposé des rats par inhalation (pureté non spécifiée ; 0 et 1 800 ppm, 6 h/j ; jours 7 à 20 de la gestation). Aucune toxicité maternelle n'a été rapportée. Un retard pondéral a été observé à la naissance et s'est maintenu jusqu'au dixième jour. L'évaluation neurocomportementale s'est révélée négative en ce qui concerne la fonction et l'activité motrice ainsi que certains réflexes. La fonction auditive a été significativement réduite chez les mâles alors que l'apprentissage a été significativement perturbé chez les femelles.

Hass et al. (1999) ont observé des changements significatifs chez le rat (pureté non spécifiée ; inhalation ; 0 et 1 200 ppm, 6 h/j ; du jour 7 de la gestation au jour 18 de la lactation) tels une baisse de poids à la naissance, un retard au niveau des réflexes, de l'ouverture des yeux et une augmentation de l'activité motrice chez les deux sexes ainsi qu'une atteinte de la fonction cognitive chez les femelles. Aucune toxicité maternelle n'a été rapportée. Les ratons ont été exposés in utero au cours de la période prénatale, par ingestion via le lait et par inhalation durant la période postnatale.

Effets sur la reproduction 5 34 40 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80

Mise à jour : 2004-02-25

  • Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate des effets sur la reproduction.

Effet sur le système reproducteur

Chez la femelle

Des anomalies menstruelles se manifestant par des saignements prolongés et une intensité anormale sans perturbation de la durée du cycle oestral ont été rapportées par Michon (1965) chez des femmes qui travaillaient dans une manufacture russe de cuir et de chaussures et étaient exposées à du toluène, du xylène et du benzène.

Une exposition par inhalation chez la souris (14 semaines) et le rat (15 semaines) ne montre pas de modifications de la cytologie vaginale pour des expositions de 100 à 3 000 ppm (> 99 % pur ; 6,5 h/j, 5 j/sem.) (NTP, 1990).

Aucun effet histologique sur les ovaires n'a été observé lors d'une étude par inhalation effectuée par le NTP (1990) chez le rat (> 99% pur ; 0, 600 et 1 200 ppm  ; 6½ h/j, 5 j/sem pendant 2 ans) et la souris (> 99% pur ; 0, 120, 600 et 1 200 ppm, 6½ h/j, 5 j/sem pendant 2 ans).

Tap et al. (1996) n'ont observé aucun effet sur les follicules ovariens primordiaux lors d'une étude microscopique de l'effet de l'inhalation du toluène sur l'ultrastructure des ovaires chez les rates (> 99% pur ; 0 et 3 000 ppm ; 7 h/j, 8 h/j pendant 7 jours). Cependant, des modifications dégénératives ont été observées sur les follicules en développement.

Chez le mâle

Suzuki et al. (1983) ont rapporté un cas d'atrophie testiculaire chez un homme décédé  qui avait été exposé de façon abusive et chronique aux solvants (un récipient de toluène a été retrouvé près du corps) pendant environ 10 ans.

Une exposition par inhalation chez la souris (14 semaines) et le rat (15 semaines) ne montre pas de modifications de la morphologie des spermatozoïdes pour des expositions de 100 à 3 000 ppm (> 99 % pur) pendant 6,5 heures par jour, 5 jours par semaine (NTP, 1990).

Aucun effet histologique sur les testicules n'a été observé lors d'une étude par inhalation effectuée par le NTP (1990) chez le rat (> 99% pur ; 0, 600 et 1 200 ppm (mâles) ; 6½ h/j, 5 j/sem. pendant 2 ans) et la souris (> 99% pur ; 0, 120, 600 et 1 200 ppm (mâles), 6½ h/j, 5 j/sem. pendant 2 ans).

Ono et al. (1996) ont observé une diminution significative de compte spermatique et du poids des épididymes chez les rats mâles exposés par inhalation à une concentration de 2 000 ppm, 6 h/j pendant 90 jours. Une diminution plus faible a été observée à 600 ppm mais sans atteinte histologique des testicules ou des épididymes (98 % pur ; 0, 600 et 2 000 ppm ; 6 h/j ; 14 j pré-accouplement + accouplement + jours 0 à 7 de la gestation pour les femelles et 90 jours pour les mâles).

Effet sur la fertilité

Chez l'humain

Une étude rétrospective de Sallmén et al. (1995) a été effectuée par questionnaire en Finlande entre 1963 et 1985 auprès de travailleuses exposées à des solvants organiques (le styrène, le xylène, le toluène, le trichloroéthylène, le tétrachloroéthylène et le trichloro-1,1,1 éthane) afin d'évaluer le délai nécessaire pour devenir enceinte. Aucune association n'a été mise en évidence entre le nombre de cycles oestraux requis pour devenir enceinte et l'exposition au toluène. Le nombre de participantes n'était pas élevé.

Plenge-Böning et Karmaus (1999) ont observé une diminution de la fécondité (temps requis pour devenir enceinte) chez les femmes exposées au toluène (seul solvant utilisé) dans 14 imprimeries allemandes. Aucune baisse de fécondité n'a été montrée concernant les hommes exposés et leurs partenaires. Le nombre de participants n'était pas élevé.

Chez l'animal

L'API (1985) a effectué une étude de reproduction et de fertilité chez le rat par inhalation (0, 100, 500 et 2 000 ppm, 6 h/j, 7 j/sem pendant 80 jours avant et 15 jours pendant la période d'accouplement pour les mâles ; jours 1 à 21 de la gestation et 5 à 20 de la lactation). Outre une baisse pondérale significative à 2 000 ppm, aucun effet significatif n'a été observé concernant la reproduction ou lors de l'analyse histopathologique des tissus des ratons de la première génération.

Lors de l'étude de Ono (1996), aucun effet sur la fertilité ou le comportement reproducteur n'a été relié à l'exposition par inhalation (98 % pur ; 0, 600 et 2 000 ppm ; 6 h/j ; 14 j pré-accouplement + accouplement + jours 0 à 7 de la gestation pour les femelles et 90 jours pour les mâles).

Aucun effet significatif sur la fertilité n'a été observé chez les ratons de la première génération lors d'une étude par inhalation effectuée par Thiel et Chahoud (1997) chez les rats (99% pur ; 300, 600, 1 000 et 1 200 ppm pendant 6 h/j ; jours 9 à 21 de la gestation).

L'ATSDR (2000) cite une étude de Smith (1990) qui n'a pas observé d'effet sur la viabilité des souris (voie orale ; 2 350 mg/kg ; jours 7 à 14 de la gestation).

Effet hormonal

Chez l'humain, aucun changement de la prolactine sérique n'a été rapporté chez les travailleurs exposés au toluène (Svensson et al., 1992, 1992). Le toluène perturbe temporairement l'axe hypothalamo-hypophysaire chez le rat causant ainsi une augmentation sérique de la prolactine (Andersson et al., 1983 ; von Euler et al., 1993, 1994 ; Hillefors-Berglund et al., 1995).

Effets sur l'allaitement 30 81 82 83

Mise à jour : 2004-02-25

  • Il est trouvé dans le lait maternel chez l'animal.

La présence de toluène a été rapportée lors d'une étude destinée à identifier, en milieu urbain, les contaminants pouvant se retrouver dans le lait. Cependant, aucune relation avec l'exposition professionnelle ne peut être établie (Pellizzari et al., 1982).

Da-Silva et al. (1991) ont rapporté que le toluène (injection sous-cutanée ; 1,2 g/kg ; jour 10 de la lactation) se retrouve dans le lait chez le rat à des concentrations environ 5 fois supérieures à celles mesurées dans le sang maternel. L'évaluation n'a pas montré d'effet lors d'un test de locomotion, d'activité exploratoire et d'un test de conditionnement durant la période de lactation.

Une méthode de modélisation mathématique a été utilisée afin d'estimer quantitativement le transfert lacté de plusieurs contaminants dont le toluène (Fisher et al., 1997). La quantité ingérée via le lait a été estimée (modèle pharmacocinétique à base physiologique) à 0,460 mg pour un enfant allaité (24 heures) lorsque la mère est exposée par inhalation à une concentration de 50 ppm (exposition intermittente pendant 6½ heures sur une période de 8 heures). Signalons, à titre indicatif, que la valeur recommandée par l'Environmental Protection Agency des É.-U. (pour protéger des effets néfastes autres que l'effet cancérogène) pour la consommation d'eau potable est de 2,0 mg/l pour un enfant de 10 kg qui ingèrerait 1 litre par jour, pendant 10 jours, d'eau contaminée par le toluène (United States Environmental Protection Agency et Office of Water, 2002).

Cancérogénicité 4 5 76 84 85

Mise à jour : 2004-02-25

Évaluation du C.I.R.C. : L'agent (le mélange, les circonstances d'exposition) ne peut pas être classé quant à sa cancérogénicité pour l'homme (groupe 3).
Évaluation de l'A.C.G.I.H. : Substance non classifiable comme cancérogène pour l'homme (groupe A4).

Plusieurs études épidémiologiques effectuées chez l'humain ont évalué possibilité d'un lien entre l'exposition au toluène et le cancer. Aucune association spécifique à un type de cancer n'a été reliée au toluène. Les informations sont insuffisantes à cause du manque de consistance des résultats et de l'exposition simultanée à plusieurs produits chimiques. Les études faites par inhalation et par la voie cutanée chez l'animal se sont avérées négatives.

Mutagénicité5 7 76 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99

Mise à jour : 2004-02-25

  • Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate de l'effet mutagène.

Effet mutagène héréditaire / sur cellules germinales

Feldt et al. (1985) ont obtenu une réponse négative lors d'un test de dominance létale chez la souris (gavage ; 0,001 à 0,2 fois la DL50 pendant 5 semaines).

Effet sur cellules somatiques

Études chez l'humain

Forni et al. (1971) ont effectué une étude chez 34 travailleurs exposés à des vapeurs de toluène pendant environ 15 ans (0 à 240 ppm) dans une usine de rotogravure. Dix travailleurs ont déjà été exposés à des vapeurs de benzène, les vingt-quatre autres ont été exposés au toluène seulement. Ils ont observé une augmentation non significative des aberrations chromosomiques dans les lymphocytes chez les travailleurs exposés au toluène.

Haglund et al. (1980) n'ont observé aucune augmentation d'échange de chromatides-soeurs dans les lymphocytes périphériques des travailleurs exposés à des vapeurs de toluène (> 26 ppm pendant 30 min.) contenu dans des peintures. Il y avait exposition à d'autres produits.

Mäki-Paakkanen et al. (1980) ont effectué une étude chez 32 travailleurs exposés uniquement au toluène (7 à 112 ppm) dans une usine de rotogravure. Un test d'aberration chromosomique et un test d'échange de chromatides-soeurs sur des lymphocytes périphériques se sont avérés négatifs.

Bauchinger et al. (1982) ont effectué une étude dans une usine de rotogravure chez 20 travailleurs (hommes exposés pendant plus de 16 ans à des concentrations de toluène entre 200 et 300 ppm dans l'air) et 24 travailleurs non exposés. La concentration du benzène était inférieure à 0,3 %. Le groupe exposé a montré une augmentation significative des anomalies chromosomiques au niveau des lymphocytes.

Une étude de Carbonell et al. (1982, rapportée dans Deutsche Forschungsgemeinschaft Kommission zur Prüfung Gesundheitsschädlicher Arbeitsstoffe ) effectuée sur des travailleurs de l'imprimerie exposés pendant 14 ans (200 à 300 mg/m³) n'a pas permis de mettre en évidence de différence significative concernant les aberrations chromosomiques ou l'échange des chromatides-soeurs.

Schmid et al. (1985) ont effectué une étude chez 27 travailleurs exposés au toluène dans une usine de rotogravure. Les conditions d'exposition étaient les mêmes que ci-dessus. Les auteurs ont montré une augmentation de l'incidence des aberrations chromosomiques au niveau de lymphocytes jusqu'à 2 ans suivant l'arrêt de l'exposition au toluène, tandis qu'elle s'est avérée négative pour une exposition supérieure à 2 ans.

Pelclova et al. (1990) ont effectué une étude chez 47 travailleurs exposés pendant près de 12 ans à du toluène purifié (104 à 1 170 ppm) dans une usine de rotogravure et chez 28 employés de bureau et techniciens exposés à de faibles concentrations de toluène (2,1 à 4,3 ppm) dans la même usine. L'exposition au toluène a été démontrée par la présence d'acide hippurique et de toluène dans le sang. Les auteurs ont rapporté une augmentation significative des aberrations chromosomiques chez les 2 groupes exposés. Cependant, cette étude mentionne que l'exposition aux teintures utilisées dans les encres pour la rotogravure n'est pas exclue.

Nise et al. (1991) ont effectué une étude chez 21 travailleurs en rotogravure exposés au toluène (150 mg/m³ dans l'air et 1,6 µmole/l sanguin). Ils ont rapporté une augmentation significative de la fréquence des micronoyaux dans les lymphocytes périphériques mais aucune différence significative pour les bris de chromosomes.

Popp et al. (1992) n'ont pas observé de bris d'ADN ni d'augmentation de la fréquence des échanges de chromatides-soeurs dans les lymphocytes de femmes travaillant depuis en moyenne 18 ans en rotogravure (70,06 mg/m³ de toluène et 4,16 mg/m³ de benzène).

Richer et al. (1993) ont effectué une étude chez 5 volontaires qui ont été exposés à des vapeurs de toluène (50 ppm, 7 h/j, pendant 3 jours ; répétée 3 fois à des intervalles de 2 semaines). Ils ont évalué les effets cytogénétiques sur les lymphocytes périphériques (échanges de chromatides-soeurs, le cycle cellulaire et la mortalité cellulaire). Aucun effet cytogénétique n'a été observé.

Une étude de Pitarque et al. (1999) dans une manufacture de chaussures en Bulgarie (96,0 à 412,3 mg/m³ toluène) n'a pas permis de montrer de dommage à l'ADN dans les leucocytes lors d'un essai de la comète.

Études chez l'animal

Feldt et al. (1985) ont administré du toluène par gavage (0,001à 0,2 fois la DL50) à des souris : 2 fois pour le test du micronoyau et 10 fois pour le test d'aberration chromosomique. L'analyse des cellules de la moelle osseuse n'a pas permis de montrer d'effet significatif.

Études in vitro

Deux études d'aberrations chromosomiques et d'échanges des chromatides-soeurs se sont avérées négatives (Gerner-Smidt et Friedrich, 1978 ; NTP, 1990).

Richer et al. (1993) ont effectué une étude sur des lymphocytes humains qu'ils ont mis en milieu de culture contenant du toluène (0, 50, 500 µM, 1, 2 et 2,5 mM). Il n'y a pas de différence significative pour la progression cellulaire suite à l'exposition au toluène entre 50 µM et 1mM. La mortalité cellulaire était trop élevée pour pouvoir mesurer l'effet aux concentrations de 2 et 2,5 mM. Il n'y a pas eu d'augmentation sur le nombre d'échanges des chromatides-soeurs.

Zarani et al. (1999) ont obtenu des résultats négatifs lors d'un test de micronoyau effectué sur des lymphocytes humains avec ou sans activateur (0,1, 0,5, 1, et 2mM). Le toluène était dilué avec du DMSO.

Commentaires 13 17 20 24 41 48 50 60 63 66 100 101 102

Mise à jour : 2004-02-25

Le degré de pureté peut varier selon les spécifications requises lors de l'utilisation, ce qui est susceptible d'influencer les effets toxiques.

Effet sur le développement

Le toluène n'a pas d'effet tératogène (malformation congénitale) chez l'animal ou l'humain tant par ingestion que par inhalation. Chez l'humain, les données obtenues lors d'expositions chroniques à très fortes concentrations (ex. usage à des fins euphorisantes) rapportent des malformations. Toutefois, l'imputation au toluène seul est incertaine à cause de l'implication de plusieurs facteurs (ex. l'exposition simultanée à d'autres solvants). Une augmentation des avortements spontanés a été rapportée lors des expositions pour lesquelles il y avait une présence prédominante de toluène (Ng et al., 1992) et lors d'expositions à plusieurs solvants incluant le toluène (McDonald et al. 1987 ; Taskinen et al., 1989 ; Linbohm, 1990 ; Taskinen et al., 1994).

Des études ont été effectuées chez plusieurs espèces animales. Les principaux effets rapportés ont été une diminution du poids foetal et le retard du développement squelettique (Hudak et Ungvary, 1978 ; Gleich et Hofman, 1983 ; Courtney et al. 1986 ; Da-Silva et al. 1990 ; Hougaard et al., 1999). Les études soulèvent la possibilité d'un effet postnatal mais l'absence d'une relation dose réponse et la variabilité des essais ne permettent pas de conclure (Kostas et Hotchkin, 1981 ; Courtney et al., 1986 ; Slomianka et al., 1990 ; Da-Silva et al. 1990 ; Jones et Balster, 1997 ; Hougaard et al., 1999 ).

Effet sur la reproduction

L'exposition au toluène peut causer des atteintes au niveau des organes du système reproducteur chez l'animal. Toutefois, les conséquences sur la capacité reproductive ne sont pas évidentes car la fertilité n'est pas affectée.

Effet mutagène

Aucune conclusion définitive ne peut être tirée concernant l'activité génétique chez l'humain et l'animal à cause de discordance dans les résultats et de problèmes méthodologiques (ex: pureté, exposition mixte). Notons que les données concernant l'exposition humaine ne permettent pas actuellement de mettre en évidence un effet mutagène du toluène. Les études animales in vivo et in vitro sont peu nombreuses et insuffisamment diversifiées.

Références

  • ▲1.  Verschueren, K., Handbook of environmental data on organic chemicals. 3rd ed. Toronto : Van Nostrand Reinhold. (1996). [RS-415005]
  • ▲2.  National Fire Protection Association, Fire protection guide to hazardous materials. 13th ed. Quincy, Mass. : NFPA. (2002). [RR-334001]
  • ▲3.  Royal Society of Chemistry (Grande-Bretagne), Chemical safety data sheets. Volume 1: Solvents. Nottingham, Angleterre : The Royal Society of Chemistry. (1988). [RM-515064]
  • ▲4.  IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Some organic solvents, resin monomers and related compounds, pigments and occupational exposures in paint manufacture and painting. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks to humans, Vol. 47. Lyon : International Agency for Research on Cancer. (1989). [MO-014158]   http://www.iarc.fr
  • ▲5.  Agency for Toxic Substances and Disease Registry, Toxicological profile for toluene. Atlanta, GA : ATSDR. (2000). [MO-016492]   http://www.atsdr.cdc.gov/
    http://www.atsdr.cdc.gov/ToxProfiles/tp56.pdf
  • ▲6.  Budavari, S. et O'Neil, M., The Merck index : an encyclopedia of chemicals, drugs, and biologicals. 12ème éd. Rahway (N.J.) : Merck. (1996). [RM-403001]
  • ▲7.  Deutsche Forschungsgemeinschaft. Kommission zur Prüfung Gesundheitsschädlicher Arbeitsstoffe, Occupational toxicants : critical data evaluation for MAK values and classification of carcinogens. Weinheim; New York : VCH. (1991-). [MO-020680]   www.wiley-vch.de
    www.mak-collection.com
    http://onlinelibrary.wiley.com/book/10.1002/3527600418/topics
  • ▲8.  Swedish National Chemicals Inspectorate, Effects on reproduction of styrene, toluene and xylene. KEMI report, Vol. 2/90. Solna, Sweden : Swedish National Chemicals Inspectorate. (1990). [MO-019153]
  • ▲9.  Frazier, L.M. et Hage, M.L., Reproductive hazards of the workplace. New York : Van Nostrand Reinhold. (1998). [MO-020035]
  • ▲10.  Bukowski, J. A., «Review on the epidemiological evidence relating toluene to reproductive outcomes.» Regulatory Toxicology and Pharmacology. Vol. 33, no. 2, p. 147-156. (2001).
  • ▲11.  Wilkins-Haug, L., «Teratogen update : toluene.» Teratology. Vol. 55, p. 145-151. (1997). [AP-051737]
  • ▲12.  Vonburg, R., «Toxicology update : toluene.» Journal of Applied Toxicology. Vol. 13, no. 6, p. 441-446. (1993). [AP-042399]
  • ▲13.  McDonald, J. C. et al., «Chemical exposures at work in early pregnancy and congenital defect : a case-referent study .» British Journal of Industrial Medicine. Vol. 44, no. 8, p. 527-533. (1987). [AP-015746]
  • ▲14.  Brodeur, J., Vyskocil, A. et Viau, C., Développement d'une approche basée sur l'analyse du risque toxicologique pour déterminer un niveau acceptable d'exposition aux solvants pour la travailleuse enceinte. Projet pilote portant sur le toluène. Études et recherches / Rapport. Montréal : IRSST. (1996). R-142. [MO-019047]   http://www.irsst.qc.ca
  • ▲15.  Deutsche Forschungsgemeinschaft, List of MAK and BAT Values 1999 : commission for the investigation of health hazards of chemical compounds in the work area. Report no. 35. Weinheim : Wiley-VCH. (1999). [RM-515093]   http://www.dfg.de
  • ▲16.  Gospe, S.M. Jr. et Zhou, S.S., «Prenatal exposure to toluene results in abnormal neurogenesis and migration in rat somatosensory cortex.» Pediatric Research. Vol. 47, no. 3, p. 362-38. (2000). [AP-060617]
  • ▲17.  Slomianka, L. et al., «The effect of low-level toluene exposure on the developing hippocampal region of the rat : histological evidence and volumetric findings.» Toxicology. Vol. 62, p. 189-202. (1990).
  • ▲18.  Slomianka, L. et al., «Late postnatal growth in the dentate area of the rat hippocampus compensates for volumetric changes caused by early postnatal toluene exposure.» Toxicology. Vol. 74, no. 2-3, p. 203-208. (1992).
  • ▲19.  Hass, U. et al., «Developmental neurotoxicity after toluene inhalation exposure in rats.» Neurotoxicology and Teratology. Vol. 21, no. 4, p. 349-357. (1999). [ap-060811]
  • ▲20.  Hougaard, K.S. et al., «Effects of prenatal exposure to toluene on postnatal development and behavior in rats.» Neurotoxicology and Teratology. Vol. 21, no. 3, p. 241-250. (1999).
  • ▲21.  Lindemann, R., «Case report : Congenital renal tubular dysfunction associated with maternal sniffing of organic solvents.» Acta Pediatrics Scandinavia. Vol. 80, p. 882-884. (1991).
  • ▲22.  Erramouspe, J., Galvez, R. et Fischel, D.R., «Newborn renal tubular acidosis associated with prenatal maternal toluene sniffing.» Journal of Psychoactive Drugs. Vol. 28, no. 2, p. 201-204. (1996).
  • ▲23.  Taskinen, H., Lindbohm, M.L. et Hemminki, K., «Spontaneous abortions among women working in the pharmaceutical industry.» British Journal of Industrial Medicine. Vol. 43, p. 199-205. (1986). [AP-012087]
  • ▲24.  Taskinen, H. et al., «Spontaneous abortions and congenital malformations among the wives of men occupationally exposed to organic solvents.» Scandinavian Journal of Work, Environment & Health. Vol. 15, no. 5, p. 345-352. (1989). [AP-027750]
  • ▲25.  Ungvary, G. et Tatrai, E., «On the embryotoxic effects of benzene and its alkyl derivatives in mice, rats and rabbits.» Archives of Toxicology. , no. Suppl. 8, p. 425-430. (1985). [AP-013590]
  • ▲26.  Overman, D.O., «Testing for percutaneous embryotoxicity of laboratory reagents in the hamster.» Teratology. Vol. 23, no. 2, p. 56A. (1981). [AP-041416]
  • ▲27.  Sullivan, F.M., Watkins, W.J. et van der Venne, M.Th., Reproductive toxicity. Vol. 1 : Summary reviews of the scientific evidence. Vol. 1. Luxembourg : Commission of the European Communities. (1993). EUR : 14991. [RM-515100]
  • ▲28.  Jankovic, J. et Drake, F., «A screening method for occupational reproductive health risk.» American Industrial Hygiene Association Journal. Vol. 57, no. 7, p. 641-649. (1996). [AP-049865]
  • ▲29.  Axelsson, G., Lütz, C. et Rylander, R., «Exposure to solvents and outcome of pregnancy in university laboratory employees.» British Journal of Industrial Medicine. Vol. 41, no. 3, p. 305-312. (1984). [AP-004021]
  • ▲30.  Da-Silva, V. A., «Neurobehavioral development of rats exposed to toluene through maternal milk.» Brazilian journal of medical and biological research. Vol. 24, p. 1239-1243. (1991). [AP-052981]
  • ▲31.  Ghantous, H. et Danielson, B. R. G., «Placental transfer and distribution of toluene, xylene and benzene, and their metabolites during gestation in mice.» Biological research in pregnancy and perinatalogy. Vol. 7, no. 3, p. 98-105. (1986). [AP-043163]
  • ▲32.  Goodwin, T. M., «Toluene abuse and renal tubular acidosis in pregnancy.» Obstetrics and Gynecology. Vol. 71, no. 5, p. 715-718. (1988). [AP-021715]
  • ▲33.  Little, B. B. et Vanbeveren, T. T., «Placental transfer of selected substances of abuse.» Seminars in perinatology. Vol. 20, no. 2, p. 147-153. (1996). [AP-050979]
  • ▲34.  Thiel, R. et Chahoud, I., «Postnatal development and behaviour of wistar rats prenatal toluene exposure.» Archives of Toxicology. Vol. 71, no. 4, p. 258-265. (1997). [AP-051582]
  • ▲35.  Yelian, F. D. et Dukelow, W. R., «Cellular toxicity of toluene on mouse gamete cells and preimplantation embryos.» Archives of Toxicology. Vol. 66, p. 443-445. (1992). [AP-042471]
  • ▲36.  Donald, J. M., Hooper, K. et Hopenhayn-Rich, C., «Reproductive and developmental toxicity of toluene : a review.» Environmental Health Perspectives. Vol. 94, p. 237-244. (1991). [AP-036200]
  • ▲37.  Jelnes, J. E., Occupational exposure limits : criteria document for toluene. Health and safety series. (1993). [MO-010214]
  • ▲38.  Loi canadienne sur la protection de l'environnement : liste des substances d'intérêt prioritaire, rapport d'évaluation : Toluène. Liste des substances prioritaires, rapport d'évaluation. (1992). [MO-002674]   http://www.hc-sc.gc.ca/ehp/dhm/catalogue/dpc_pubs/cepa/toluene.pdf
  • ▲39.  «Final report on the safety assessment of toluene.» Journal of the American College of Toxicology. Vol. 6, no. 1, p. 77-120. (1987). [AP-018178]
  • ▲40.  API (American Petroleum Institute), Two-generation inhalation reproduction/fertility study on a petroleum derived hydrocarbon with toluene. API Med. Res. Publ. 32-32854. (1985). [MO-011015]
  • ▲41.  Jones, H. E. et Balster, R. L., «Neurobehavioral consequences of intermittent prenatal exposure to high concentrations of toluene.» Neurobehavioral Toxicology and Teratology. Vol. 19, no. 4, p. 305-313. (1997). [AP-052866]
  • ▲42.  Hersh, J. H., «Toluene embryopathy : two new cases.» Journal of medical genetics. Vol. 26, no. 5, p. 333-337. (1989).
  • ▲43.  Arnold, G. L. et al., «Toluene embryopathy : clinical delineation and developmental follow-up.» Pediatrics. Vol. 93, no. 2, p. 216-220. (1994). [AP-044533]
  • ▲44.  Hersh, J. H. et al., «Toluene embryopathy.» Journal of Pediatrics. Vol. 106, no. 6, p. 922-925. (1985). [AP-010900]
  • ▲45.  Wilkins-Haug, L. et Gabow, P. A., «Toluene abuse during pregnancy : obstetric complications and perinatal outcomes.» Obstetrics and Gynecology. Vol. 77, no. 4, p. 504-509. (1991). [AP-044549]
  • ▲46.  Arnold, G., Solvent abuse and developmental toxicity. Washington, D.C : Taylor & Francis. (1997). [MO-019644]
  • ▲47.  Nawrot, P. S. et Staples, R. E., «Embryofetal toxicity and teratogenicity of benzene and toluene in the mouse.» Teratology. Vol. 19, p. 41a. (1979). [AP-018943]
  • ▲48.  Ng, T. P., Cheng Foo, S. et Yoong, T., «Risk of spontaneous abortion in workers exposed to toluene.» British Journal of Industrial Medicine. Vol. 49, no. 11, p. 804-808. (1992). [AP-039427]
  • ▲49.  Luderer, U. et al., «Reproductive endocrine effects of acute exposure to toluene in men and women.» Occupational and Environmental Medicine. Vol. 56, no. 10, p. 657-666. (1999). [AP-057301]
  • ▲50.  Taskinen, H. et al., «Laboratory work and pregnancy outcome.» Journal of Occupational Medicine. Vol. 36, no. 3, p. 311-319. (1994). [AP-044090]
  • ▲51.  Jones, H. E. et Balster, R. L., «Inhalant abuse in pregnancy.» Obstetrics and Gynecology. Vol. 25, no. 1, p. 153-167. (1998). [AP-055227]
  • ▲52.  Ungvary, G. et al., «Combined embryotoxic action of toluene, a widely used industrial chemical, and acetylsalicylic acid (aspirin).» Teratology. Vol. 27, no. 2, p. 262-269. (1983). [AP-122663]
  • ▲53.  Brooker, A. J. et al., A preliminary study of the effect of toluene on pregnancy of the rat (inhalation exposure). American Petroleum Institute, Toxicology Report number TR400. Washingtonm D.C.. (1993). [MO-017470]
  • ▲54.  Ono, A. et al., «Reproductive and developmental toxicity studies of toluene. I. Teratogenicity of inhalation exposure in pregnant rats.» Journal of Toxicological Sciences. Vol. 20, no. 2, p. 109-134. (1995). [AP-048381]
  • ▲55.  Gospe, S. M. et al., «Developmental of a rat model of toluene-abuse embryopathy.» Pediatrics. Vol. 40, no. 1, p. 82-87. (1996). [AP-050820]
  • ▲56.  Roberts, L. et al., «Developemental toxicity of toluene in the rat.» Teratology. Vol. 47, no. 5, p. 434. (1993). [AP-040357]
  • ▲57.  Kawa, F. et Kudoh, T., «Effect of toluene inhalation in rats, mice, and mice offsprings.» Nippon Hoigaku Zasshi. Vol. 42, no. 2, p. 173-178. (1988). [AP-023902]
  • ▲58.  Gospe, S. M. et al., «The effects of high-dose toluene embryonic development in the rat.» Pediatric Research. Vol. 36, no. 6, p. 811-815. (1994). [AP-050832]
  • ▲59.  Shigeta, S., Aikawa, H. et Misawa, T., «Effects of maternal exposure to toluene during pregnancy on mouse embryos and fetuses.» Tokai journal of experimental and clinical medicine. Vol. 7, no. 2, p. 265-270. (1982). [AP-024242]
  • ▲60.  Courtney, K. D. et al., «A perinatal study of toluene in CD-1 mice.» Fundamental and Applied Toxicology. Vol. 6, no. 1, p. 145-154. (1986). [AP-043928]
  • ▲61.  International Programme on Chemical Safety, Environmental Health Criteria 52: Toluene. Genève : World Health Organization. (1986). [MO-010665]   http://www.inchem.org/pages/ehc.html
  • ▲62.  Klimisch, H. J., Hellwig, J. et Hofmann, A., «Studies on the prenatal toxicity of toluene in rabbits following inhalation exposure and proposal of a pregnancy guidance value.» Archives of Toxicology. Vol. 66, no. 6, p. 373-381. (1992). [AP-037313]
  • ▲63.  Gleich, J. et Hofmann, A., Prenatal toluene inhalation toxicity studies in mice. Research report. Darmstadt : E. Merck. (1983).
  • ▲64.  Lorente, C. et al., «Maternal occupational risk factors for oral clefts.» Scandinavian Journal of Work, Environment & Health. Vol. 26, no. 2, p. 137-145. (2000). [AP-058210]
  • ▲65.  Ungvary, G. T., The possible contribution of industrial chemicals (organic solvents) to the incidence of congenital defects caused by teratogenic drugs and consumer goods. An experimental study. Prevention of physical and mental congenital defects. Part. A. The scope of the problem. NY : A. R. Liss, Inc. (1984).
  • ▲66.  Lindbohm, M.-L. et al., «Spontaneous abortions among women exposed to organic solvents.» American Journal of Industrial Medicine. Vol. 17, no. 4, p. 449-463. (1990).
  • ▲67.  Stijkel, A. et Reijnders, L., «Implementation of the precautionary principle in standards for the workplace.» Occupational and Environmental Medicine. Vol. 52, p. 304-312. (1995). [AP-047771]
  • ▲68.  Barlow, S.M. et Sullivan, F.M., Reproductive hazards of industrial chemicals : an evaluation of animal and human data. London (Toronto) : Academic Press. (1982). [RM-515020]
  • ▲69.  Andersson, K. et al., «Increased amine turnover in several hypothalamic noradrenaline nerve terminal systems and changes in prolactin secretion in male rat by exposure to various concentrations of toluene.» Neurotoxicology. Vol. 4, no. 4, p. 43-55. (1983).
  • ▲70.  Michon, S., «Disturbances of menstruation in women working in an atmosphere polluted with aromatic hydrocarbons.» Polski tygodnik lekarski. . Vol. 20, p. 1648-1649. (1965). [AP-043974]
  • ▲71.  Ono, A. et al., «Reproductive and developmental toxicity studies of toluene : II. Effects of inhalation exposure on fertility in rats..» Journal of Environmental Pathology, Toxicology and Oncology. Vol. 15, no. 1, p. 9-20. (1996).
  • ▲72.  Tap, O., Solmaz, S. et Polat, S., «The effect of toluene on the rat ovary : An ultrastructural study.» Journal of Submicroscopy Cytology and Pathology. Vol. 28, no. 4, p. 553-558. (1996).
  • ▲73.  von Euler, G. et al., «Persistent effects of 80 ppm toluene on dopamine-regulated locomotor activity and prolactin secretion in the male rat.» NeuroToxicology. Vol. 15, no. 3, p. 621-624. (1994).
  • ▲74.  Suzuki, T., Kashimura, S. et Umetsu, K., «Thinner abuse and aspermia.» Medicine Science and Law. Vol. 23, no. 3, p. 199-202. (1983).
  • ▲75.  Sallmen, M. et al., «Reduced fertility among women exposed to organic solvents.» American Journal of Industrial Medicine. Vol. 27, no. 5, p. 699-713. (1995). [AP-047233]
  • ▲76.  NTP, Toxicology and carcinogernesis studies of toluene (CAS No. 108-88-3) in F344/N rats and B6C3F1 mice (inhalation studies).. National Toxicology Program, Technical report series No. 371. (1990). [MO-013963]
  • ▲77.  Plenge-Böning, A. et Karemaus, W., «Exposure of toluene in the printing industry is associated with subfecundity in women but not in men.» Occupational and Environmental Medicine. Vol. 56, no. 7, p. 443-448. (1999). [AP-055350]
  • ▲78.  Andersson, K. et al., «Increased amine turnover in several hypothalamic noradrelamine nerve terminal systems and changes in prolactin secretion in the male by exposure to various concentrations of toluene.» Neurotoxicology. Vol. 4, no. 4, p. 43-56. (1983). [AP-060598]
  • ▲79.  Svensson, B.-G. et al., «Hormone status in occupational toluene exposure.» American Journal of Industrial Medicine. Vol. 22, p. 99-107. (1992).
  • ▲80.  Svensson, B.-G. et al., «Neuroendocrine effects in printing workers exposed to toluene.» British Journal of Industrial Medicine. Vol. 49, p. 402-408. (1992).
  • ▲81.  Pellizzari, E.D. et al., «Purgeable organic compounds in mother's milk.» Bulletin of Environmental Contamination and Toxicology. Vol. 28, p. 322-328. (1982).
  • ▲82.  Fisher, J. et al., «Lactational transfer of volatile chemicals in breast milk.» American Industrial Hygiene Association Journal. Vol. 58, no. 6, p. 425-431. (1997). [AP-051996]
  • ▲83.  United States Environmental Protection Agency et Office of Water, Drinking Water Standards and Health Advisories. Washington. (2004).
  • ▲84.  IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Re-evaluation of some organic chemicals, hydrazine and hydrogen peroxide : part 1. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks to humans, Vol. 71. Lyon : International Agency for Research on Cancer. (1999). [MO-021119]   http://www.iarc.fr
  • ▲85.  American Conference of Governmental Industrial Hygienists, 2017 TLVs® and BEIs® : threshold limit values for chemical substances and physical agents and biological exposure indices. Cincinnati (OH) : ACGIH. (2017). Publication 0114. [NO-003164]   http://www.acgih.org
  • ▲86.  McGregor, D., «The genetic toxicology of toluene.» Mutation Research. Vol. 317, no. 3, p. 213-228. (1994). [AP-045066]
  • ▲87.  Bauchinger, M. et al., «Chromosome changes in lymphocytes after occupational exposure to toluene.» Mutation Research. Vol. 102, p. 439-445. (1982). [AP-005703]
  • ▲88.  Mäki-Paakkanen, J. et al., «Toluene-exposed workers and chromosome aberrations.» Journal of Toxicology and Environmental Health. Vol. 6, p. 775-781. (1980). [AP-022661]
  • ▲89.  Pelclova, D., Rossner, P. et Pickova, J., «Chromosome aberrations in rotogravure printing plant workers.» Mutation Research. Vol. 245, p. 299-303. (1990).
  • ▲90.  Pitarque, M. et al., «Evaluation of DNA damage by the comet assay in shoe workers exposed to toluene and other organic solvents.» Mutation Research. Vol. 441, p. 115-127. (1999).
  • ▲91.  Nise, G. et al., «Cytogenetic effects in rotogravure printers exposed to toluene (and benzene).» Mutation Research. Vol. 261, p. 217-223. (1991). [AP-127337]
  • ▲92.  Gerner-Smidt, P. et Friedrich, U., «The mutagenic effect of benzene, toluene and xylene studies by the SCE technique.» Mutation Research. Vol. 58, p. 313-316. (1978). [AP-022281]
  • ▲93.  Haglund, U., Lundberg, I. et Zech, L., «Chromosome aberrations and sister chromatid exchanges in swedish paint industry workers.» Scandinavian Journal of Work, Environment & Health. Vol. 6, p. 291-298. (1980). [AP-003289]
  • ▲94.  Schmid, E., Bauchinger, M. et Hauf, R., «Chromosome changes with time in lymphocytes after occupational exposure to toluene.» Mutation Research. Vol. 142, p. 37-39. (1985). [AP-043925]
  • ▲95.  Feldt, E.G. et Zhurkov, V.S., «Study of the mutagenic effects of benzene and toluene in the mammalian somatic and germ cells.» Mutation Research. Vol. 147, p. 294. (1985). [AP-043221]
  • ▲96.  Forni, A., Pacifico, E. et Limonta, A., «Chromosome studies in workers exposed to benzene or toluene or both.» Archives of Environmental Health. Vol. 22, p. 373-378. (1971). [AP-024953]
  • ▲97.  Richer, C.-L. et al., «Cytogenetic effects of low-level exposure to toluene, xylene and their mixture on human blood lymphocytes.» International Archives of Occupational and Environmental Health. Vol. 64, p. 581-585. (1993). [AP-042989]
  • ▲98.  Popp, W. et al., «Investigation of the frequency of DNA strand breakage and cross-linking and sister chromatid exchange frequency in the lymphocytes of female workers exposed to benzene and toluene.» Carcinogenesis. Vol. 13, no. 1, p. 57-61. (1992). [AP-043818]
  • ▲99.  Zarani, F., Papazafiri, P. et Kappas, A., «Induction of micronuclei in human lymphocytes by organic solvents in vitro.» J. Environ. Pathol. Toxicol. Oncol.. Vol. 18, no. 1, p. 21-28. (1999).
  • ▲100.  Kostas, J. et Hotchin, J., «Behavioral effects of low-level perinatal exposure to toluene in mice.» Neurobehavioral Toxicology and Teratology. Vol. 3, p. 467-469. (1981). [ap-060618]
  • ▲101.  Hudak, A. et Ungvary, G., «Embryotoxic effects of benzene and its methyl derivatives : toluene, xylene.» Toxicology. Vol. 11, p. 55-63. (1978).
  • ▲102.  Da-Silva, V. A., Malheiros, L. R. et Bueno, F. M. R., «Effects of toluene exposure during gestation on neurobehavioral development of rats and hamsters.» Brazilian journal of medical and biological research. Vol. 23, p. 533-537. (1990). [AP-052987]

La cote entre [ ] provient de la banque ISST du Centre de documentation de la CSST.