Communiqués

Un travailleur meurt intoxiqué par le monoxyde de carbone : la CSST constate une utilisation inadéquate d’un appareil à essence

Joliette, le 30 juin 2009

M. Philippe Charbonneau, ouvrier agricole pour l’entreprise Ferme M. R. J. Mercier inc., est mort intoxiqué au monoxyde de carbone le 3 février 2009. La CSST constate que l’utilisation d’un appareil fonctionnant à l’essence à l’intérieur d’un bâtiment expose le travailleur à une concentration létale de monoxyde de carbone.

La CSST rend publiques les conclusions de son enquête. Elle rappelle aux milieux de travail concernés qu’il est primordial d’identifier les risques et de prendre des mesures préventives lors de l’utilisation d’un équipement à essence pour les travaux dans une porcherie ou tout autre bâtiment. Rappelons que, depuis cinq ans au Québec, quatre travailleurs sont morts au travail, intoxiqués par le monoxyde de carbone.

Rappel des faits

Le 3 février 2009, M. Charbonneau se sert d’une laveuse à pression fonctionnant à l’essence pour nettoyer des parcs d’animaux dans une section non-ventilée d’une porcherie. Les portes, la trappe d’entrée d’air frais et les ventilateurs étant fermés, le monoxyde de carbone s’accumule dans la pièce. Le travailleur meurt intoxiqué.

La CSST retient deux causes

L'enquête a permis à la CSST de retenir les causes suivantes pour expliquer l'accident. D’abord, le travailleur est exposé à une concentration létale de monoxyde de carbone lors de l’utilisation d’un appareil fonctionnant à l’essence à l’intérieur d’un bâtiment. Ensuite, la formation et la supervision sur l’utilisation sécuritaire d’un tel appareil et les dangers d’exposition au monoxyde de carbone sont déficientes.

Exigences de la CSST

La CSST interdit l’utilisation de la laveuse à pression à essence à l’intérieur du bâtiment de l’entreprise. Elle exige une procédure d’utilisation sécuritaire de la machine et une formation pour les travailleurs portant sur les dangers du monoxyde de carbone.

La CSST considère que l’employeur Ferme M. R. J. Mercier inc. a agi de manière à compromettre la sécurité des travailleurs. En conséquence, un constat d’infraction lui a été délivré. Pour cette infraction, l’amende peut varier de 5 000 $ à 20 000 $ pour une première offense ou de 10 000 $ à 50 000 $ en cas de récidive.

Mesures de prévention

Afin de prévenir les décès reliés au monoxyde de carbone dans les milieux agricoles, la CSST transmettra son rapport d’enquête à l’Union des producteurs agricoles (UPA) pour qu’elle informe ses membres des dangers reliés à l’utilisation d’équipement à moteur à combustion interne à l’intérieur des bâtiments.

De plus, dans le cadre de son partenariat avec le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, la CSST diffusera, à titre informatif et à des fins pédagogiques, le rapport d’enquête dans les établissements de formation qui offrent des programmes sur les productions porcine, laitière et bovine, ainsi que dans les programmes de gestion d’exploitation d’entreprise agricole.

Le site Web de la CSST (www.csst.qc.ca/publications) livre des informations supplémentaires sur les mesures pour prévenir l’exposition au monoxyde de carbone.

 

Retour à la liste des communiqués